Disparition de Steve Maia Caniço à Nantes : le Défenseur des droits s'auto-saisit et ouvre une enquête

Police

DISPARITION - Deux semaines après l'intervention policière controversée à Nantes qui a provoqué la chute de personnes dans la Loire, Steve Maia Caniço est toujours introuvable. Selon le média vidéo Loopsider, le Défenseur des droits annonce s'être saisi d'office sur cette affaire.

Deux semaines que Steve Maia Caniço a disparu. Le jeune éducateur de 24 ans est introuvable depuis la Fête de la musique, le 21 juin dernier, sur l'île de Nantes. Mercredi 10 juillet, le journaliste David Perrotin du média vidéo Loopsider annonce via les réseaux sociaux que le Défenseur des droits s'est "saisi d'office" de cette situation et a ouvert une enquête. 

Rappel des faits : dans la nuit du 21 au 22 juin dernier, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées quai du président Wilson à Nantes (Loire-Atlantique) à l’occasion d'une "free party" organisée durant la Fête de la Musique. Aux environs de 4 heures du matin, la police est intervenue pour demander aux organisateurs de couper le son. Mais la musique a été remise par un des DJ présents. Certains témoins évoquent des jets de projectiles à l’encontre des forces de l’ordre, qui auraient riposté. C’est à ce moment que la situation a dégénéré. 

Lire aussi

Des images montrent des jets de gaz lacrymogènes ou des policiers faisant usage de leurs tonfas. L'association Freeform évoque même dans un communiqué des tirs de LBD. Les fêtards quittent alors les lieux, certains à pieds. C’est là que plusieurs d’entre eux sont tombés accidentellement à l’eau. Quatorze ont été repêchés par les secours. Mais Steve, lui, reste introuvable et injoignable. 

Une marche et un rassemblement se sont tenus dans les jours qui ont suivi la disparition du jeune nantais. Mercredi 3 juillet, deux associations, Freeform et Media'son, ont annoncé qu'elles allaient porter plainte contre X pour "mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique."

Lire et commenter