EN DIRECT - Agression mortelle à Villeurbanne : le suspect mis en examen pour assassinat et tentatives d'assassinat

Police

AGRESSION - L'auteur présumé de l'agression au couteau de plusieurs passants samedi à Villeurbanne a tenu des propos confus devant les enquêteurs. Il souffre d'un "état psychotique" et de "délire paranoïde". Voici les dernières informations sur l'enquête et le témoignage de voisins qui le côtoyaient.

Live

VILLEURBANNE


TF1 a rencontré Abdelkader, chauffeur de bus TCL et témoin de l'attaque au couteau. Face caméra, il raconte comment il a raisonné, avec d'autres témoins et des collègues, l'assaillant.


Sofiane, un jeune homme présent sur les lieux, raconte également comment l'assaillant a été bloqué avant l'arrivée de la police.

DOCUMENT TF1/LCI


Dans le centre d'hébergement de l'agresseur présumé,  voici le témoignage des voisins du jeune Afghan en garde à vue depuis samedi pour assassinat et tentatives d'assassinat. 

ENQUÊTE

Le parquet de Lyon a annoncé la mise en examen pour assassinat et tentatives d'assassinat du mis en cause. Les juges d'instruction ont saisi le juge des libertés et de la détention en vue de son placement en détention provisoire. 

SUSPECT

Selon nos informations, la garde à vue du suspect a été levée. Il est actuellement déféré devant des magistrats du parquet de Lyon, qui vont procéder à sa mise en examen.

"PROTECTION SUBSIDIAIRE"


Le suspect de l'attaque au couteau de Villeurbanne est  avait obtenu l'asile en France en 2018 sous le statut spécifique de la "protection subsidiaire" selon l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII).


La protection subsidiaire est accordée, selon l'Ofpra, à "toute personne  dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié mais pour  laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu'elle courrait dans  son pays un risque réel de subir" une atteinte grave, comme la peine de mort,  la torture, ou une "menace grave et individuelle contre sa vie" en raison  "d'une situation de conflit armé".

TIMOTHY


Le jeune homme décédé des suites de ses blessures s'appelait Timothy et n'avait que 19 ans. Avec plusieurs témoignages de ses proches, Le Parisien a dressé le portrait d'un jeune homme qui avait "toujours le sourire".


Originaire de Bonvillard (Savoie), le jeune homme débutait une carrière de traiteur. Tout a commencé dans une école hôtelière près de Chambéry, où il a rencontré Aurore. Contactée par nos confrères, cette amie est "sous le choc". "Je ne m'attendais pas à ce que l'on m'appelle pour me dire que mon ami n'est plus là." Timothy a  ensuite obtenu un diplôme en de pâtisserie et une formation pour devenir traiteur. Depuis, il "travaillait dur dans une entreprise de la région".


Celui qui, samedi, se rendait au festival Woodstower, dans la région lyonnaise, était également passionné par la musique. Tous ses amis s'accordent à le dire. Florian, qui dépeint un jeune homme souriant, enjoué et "toujours là pour aider son prochain", trouve sa mort "injuste". Et pour cause, Timothy était un "bon vivant", comme l'explique un autre de ses proches. "C'est le terme qui le caractériserait le mieux. Il aimait faire la fête."

LA RÉACTION DE L'EXTRÊME DROITE JUGÉE "HONTEUSE" 


Jean-Paul Bret s'en est pris dimanche à l'extrême droite. Au micro de RTL, le maire socialiste de Villeurbanne, a ainsi décrit le comportement de certains élus comme "honteuse" et "très peu glorieux". "C'est la réaction classique de l'extrême droite, qui tente d'utiliser un événement dramatique à son profit."


Une façon pour l'élu de gauche de tacler des membres du RN. A commencer par sa présidente, Marine Le Pen, qui avait fustigé "le laxisme de la politique migratoire" française. Mais aussi  l'eurodéputé d'extrême droite, Jordan Bardella, qui avait surenchéri en parlant de la question de "l'ensauvagement" causé par "la submersion migratoire". 


Des théories sur la politique migratoire auxquelles le maire de Villeurbanne répond que, bien qu'il ne soit pas un "supporteur" du gouvernement, il faut "savoir raison garder".

VILLEURBANNE


TF1 a rencontré Abdelkader, chauffeur de bus TCL et témoin de l'attaque au couteau. Face caméra, il raconte comment il a raisonné, avec d'autres témoins et des collègues, l'assaillant.


Sofiane, un jeune homme présent sur les lieux, raconte également comment l'assaillant a été bloqué avant l'arrivée de la police.

INFOS


Retrouvez les dernières infos sur les victimes et sur le profil du suspect après la conférence de presse du procureur de la République de Lyon.

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

VIDÉO 


La conférence de presse de Nicolas Jacquet, procureur de Lyon. 

CONFÉRENCE DE PRESSE 


Il était dépourvu de tout document d'identité. Il s'agirait d'un afghan connu sous deux identités différentes avec trois dates de naissance. Il serait arrivé en France en 2009 puis serait allé en Italie, en Allemagne. Il n'a aucun antécédent judiciaire. "Il indiquait être musulman et avoir entendu des voix insulter Dieu et lui donnant l'ordre de tuer. Ses propos demeuraient incohérents et confus", indique le procureur. L'assaillant a été examiné par un expert psychiatre qui évoque "un état psychotique envahissant et délire paranoïde".


Le parquet national anti-terroriste ne s'est pas saisi de cette affaire. L'enquête se poursuit en lien avec le procureur de Paris. Une information sera ouverte demain, indique le procureur. 

CONFÉRENCE DE PRESSE 


Le procureur rappelle les faits. Au terme de son périple, "l'homme a été raisonné par trois personnes qui l'ont persuadé de lâcher ses armes. Des témoins ont évoqué un comportement délirant. Le mis en cause présentait des blessures à la main gauche et une section des tendons.  


Trois armes ont été récupérés. Une broche à barbecue, ainsi que deux couteaux ont été retrouvés. Une perquisition a eu lieu à son domicile mais aucune trace de radicalisation n'a été constatée. 

CONFÉRENCE DE PRESSE 


Le procureur indique que le bilan est lourd et dramatique : "un jeune homme est décédé et huit personnes sont blessées". Trois personnes demeurent hospitalisées mais leur pronostic vital n'est plus engagé. 


Une quarantaine de personnes ont été prises en charge par la cellule psychologique. Onze d'entre elles ont déposé plainte. Un centre d'accueil des famille a été ouvert. Un numéro vert a été mis en place pour toutes les personnes nécessitant une aide : 0800970169

CONFÉRENCE DE PRESSE 


Le procureur de la République de Lyon doit tenir une conférence de presse à 15h. Vous pourrez suivre celle-ci, sur LCI, canal 26. 

DOCUMENT TF1/LCI


Dans le centre d'hébergement de l'agresseur présumé,  voici le témoignage des voisins du jeune Afghan en garde à vue depuis samedi pour assassinat et tentatives d'assassinat. 

INFO LCI / TF1 : CE QUE L'ON SAIT SUR L'AGRESSEUR PRÉSUMÉ


-  Afghan âgé de 33 ans, il vit en France depuis plusieurs années. Ses papiers de demandeur d'asile sont en règle. Il est inconnu des services de police. 


- Selon nos informations, la perquisition réalisée samedi soir au foyer pour réfugiés où il résidait n'a rien donné. Les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace ou élément permettant de prouver une radicalisation.


- Son examen psychiatrique est en cours. Depuis le début de sa garde à vue,  il tient des propos confus et incohérents.  Il est incapable d'expliquer son geste. 


- Les résultats des examens toxicologiques réalisés après les faits ne sont pas encore connus. Les enquêteurs souhaitent vérifier une éventuelle addiction aux drogues. 

PARQUET


Nicolas Jacquet, procureur de la République de Lyon, tiendra une conférence de presse ce dimanche à 15 heures pour faire le point sur l'enquête.

PROFIL


Quelques heures après l'agression au couteau à Villeurbanne, le profil du suspect se dessine peu à peu. L'homme, visiblement confus, a décliné plusieurs identités aux enquêteurs, qui ont finalement constaté que ce dernier était un demandeur d'asile âgé de 33 ans et de nationalité afghane. Il était inconnu des services de police et de renseignement.


Selon un témoin interrogé par LCI, le suspect, "perturbé, presque en état de transe", aurait répété à plusieurs reprise le mot "drogue". Ce dernier fréquenterait un quartier limitrophe entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, rapporte un témoin au Parisien qui l'aurait croisé "une ou deux fois dans le bus". 


La piste terroriste n'est pas privilégiée à ce stade de l'enquête.

L'AGRESSEUR PRÉSUMÉ "SE MURE DANS LE SILENCE"


Notre journaliste sur place Nivin Potros détaille les derniers éléments de l'enquête et ce que l'on sait sur l'agresseur présumé.

"RÉCUPÉRATION POLITIQUE SCANDALEUSE"


Le député LaREM Bruno Bonnell dénonce "la scandaleuse récupération politique" de certains élus RN après l'agression au couteau.  

"ON JOUE SUR LA PEUR ET LA HAINE"


Olivier Mazerolle revient ce dimanche sur les réactions politiques du RN après l'agression de Villeurbanne.

ATTAQUE


Dans l'articles ci-dessous, découvrez tout ce que l'on sait sur l'attaque au couteau qui s'est produite aux alentours de 16h30 ce samedi à Villeurbanne.

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

ASSISTANCE


La préfecture a ouvert une cellule d’information à destination du public. Des opérateurs répondront à toute question pratique liée à l’événement ou relative au soutien apporté aux victimes, au numéro ci-dessous.

CIRCULATION


Le périmètre de sécurité autour de la scène vient d'être levé.

LA RÉACTION DE MARINE LE PEN


La présidente du Rassemblement national pointe "la naïveté et le laxisme de notre politique migratoire" qui "menacent gravement la sécurité des Français", par rapport au statut de demandeur d'asile du principal suspect. 

LE RÉCIT DES FAITS EN VIDÉO

SYNTHESE


Une personne est décédée et huit autres ont été blessées, dont trois grièvement, ce samedi vers 16h30 à Villeurbanne après une attaque au couteau à la sortie d'une station de métro. L'auteur présumé a été interpellé et placé en garde à vue. Voici tout ce que l'on en sait à cette heure.

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

Agression au couteau à Villeurbanne : les dernières informations après la conférence du procureur de la République

DÉCLARATION À VENIR


Présent sur place, le procureur de la République devrait s'exprimer dans le courant de la soirée, notamment pour donner des informations supplémentaires concernant le profil et les motivations de l'agresseur présumé, toujours interrogé par la police actuellement.

TÉMOIGNAGES


Sidérés et encore sous le choc, plusieurs témoins racontent comment un homme s'en est violemment pris à des passants.

Agression à Villeurbanne : "Il donnait des coups de couteau dans tous les sens"

Agression à Villeurbanne : "Il donnait des coups de couteau dans tous les sens"

RETOUR SUR LES FAITS

LE PROFIL DE L'AGRESSEUR SE PRÉCISE


Selon nos informations, l'agresseur présumé est âgé de 33 ans. Il s'agirait d'un demandeur d'asile de nationalité afghane, qui n'avait pas de papier sur lui. 

PREMIERE REACTION DU MINISTRE DE L'INTERIEUR


"La Police nationale est mobilisée, sous l'autorité du procureur de la République, pour faire toute la lumière sur l'agression à l'arme blanche survenue à Villeurbanne. Je suis la situation Place Beauvau, avec Laurent Nunez. Nos premières pensées vont aux proches et à la famille du jeune homme qui a perdu la vie. Soutien et solidarité avec les blessés. L'État est à leurs côtés. Je salue l'engagement de nos forces de sécurité et secours", vient de tweeter Christophe Castaner.

"LE CHAUFFEUR DU BUS A OUVERT LA PORTE..."


Voici ce qu'a relaté un autre témoin direct, joint par LCI : "J’étais dans le bus de la ligne A. Quand le bus s’est approché de la station Laurent Bonnevay, j’ai pu voir – avec les autres passagers – un homme mettre des coups de couteau aux passants. Les gens couraient. Le chauffeur a ouvert la porte pour laisser entrer des personnes qui fuyaient la scène."

"DES COUPS DE COUTEAU DANS TOUS LES SENS"


"Il y avait un monsieur à l'arrêt du (bus) 57 qui s'est mis à donner des coups de couteau dans tous les sens. Il a réussi à toucher, à ouvrir le ventre d'une personne. Il a mis un coup de couteau dans la tête à un mec, il a ouvert l'oreille à une dame sur l'arrêt du bus", a confié une femme, témoin de la scène.

LA PISTE TERRORISTE NON RETENUE


Selon nos informations, la police judiciaire est saisie pour les chefs d'assassinat et de tentative d'assassinat. À ce stade, le Parquet national antiterroriste n'est donc pas saisi. Il n'y a pas de complice recherché. Le suspect, actuellement en garde à vue, serait un demandeur d'asile de nationalité afghane. Le bilan de l'attaque au couteau s'élève à un mort, un jeune homme de 19 ans, et huit blessés, dont trois en urgence absolue.

RÉACTION


"Il faut attendre les conclusions de l'enquête. En attendant, il faut rester prudents. Le procureur nous en dira plus un peu plus tard. L'assaillant, a priori, a été maîtrisé tandis qu'il tendait de s'enfuir en se réfugiant dans le métro. L'attaque, de ce que l'on en sait, était assez soudaine. Mais les témoignages, dans pareil moment, sont souvent confus et contradictoires", a réagi sur place le maire de Lyon, Gérard Collomb.

SUPERVISION


Deux ministres, Laurent Nuñez et Christophe Castaner, surveillent actuellement la situation depuis Beauvau, a fait savoir à LCI le ministère de l'Intérieur.

TÉMOIGNAGE


"J'étais dans le métro à la fin d'une journée banale, des policiers ont débarqué et ont demandé s'il y avait des blessés. Il n'y en avait pas. Ensuite, ils ont fait évacuer le métro. En sortant on a vu de grosses taches de sang sur le sol, pas celles d'un blessé léger. Dehors, il y avait  énormément de secouristes et de policiers. J'ai vu un monsieur avec ses trois enfants en bas âge, avec du sang sur le visage et son t-shirt blanc... Plusieurs personnes étaient traumatisées, en pleurs", a confié Nina à LCI. Écoutez ci-dessous l'intégralité de son témoignage.

ENQUÊTE


Le parquet de Lyon a été saisi et le Parquet national antiterroriste (PNAT) surveille la situation, mais n'est pas en charge du dossier à ce stade. Pour l'heure, la sous-direction antiterroriste est en train d'évaluer la situation.

TÉMOIGNAGE


"J'étais dans le métro à la fin d'une journée banale, des policiers ont débarqué et ont demandé s'il y avait des blessés. Il n'y en avait pas. Ensuite, ils ont fait évacuer le métro. En sortant on a vu de grosses taches de sang sur le sol, pas celles d'un blessé léger. Dehors, il y avait  énormément de secouristes et de policiers. J'ai vu un monsieur avec ses trois enfants en bas âge, avec du sang sur le visage et son t-shirt blanc... Plusieurs personnes étaient traumatisées, en pleurs", a confié Nina à LCI.

CE QUE L'ON SAIT


- Selon l'AFP,  citant les pompiers, un jeune homme de 19 ans a été tué samedi après-midi et neuf autres personnes ont été blessées dont trois grièvement dans une agression à l'arme blanche au niveau du métro Laurent Bonnevay de Villeurbanne, citant un nouveau bilan des pompiers.


- D'après une source policière, un des blessés graves serait en urgence absolue. Un précédent bilan faisait état d'un mort et six blessés. Le parquet de Lyon a été saisi et le Parquet national antiterroriste (PNAT) surveille la situation mais n'est pas en charge du dossier à ce stade.


- L'incertitude continue de régner concernant l'implication d'une autre personne dans l'agression.

RÉACTION


Gérard Collomb, le maire de Lyon, s'est rendu sur place, alors qu'il se rendait au match de football, opposant Lyon et Bordeaux à Décines. "Pour l’instant, on ne sait rien de ses motivations Ce qui est sûr c’est que ce n’était pas une rixe, puisque c’était quelqu’un qui a attaqué des passagers qui attendaient un bus de manière indifférenciée", a-t-il déclaré auprès du Progrès.

PRÉCISIONS


Selon nos informations, l'individu décédé était âgé de 19 ans. On compte six blessés, cinq légers, et un en urgence absolue.

BLESSÉS


Selon Le Parisien, l'agression qui a eu lieu à proximité de la station de métro Laurent-Bonnevay a impliqué entre 20 à 30 personnes en tout. Parmi les blessés, au nombre d'au moins six, au moins un se trouve en urgence absolue.

CE QUE L'ON SAIT

VILLEURBANNE


Les lignes de bus et de métro sont fortement impactées par l’intervention policière en cours. Plus d'informations ci-dessous.

UN DEUXIEME HOMME RECHERCHÉ


Selon l'AFP, citant la préfecture, ce sont deux hommes, l'un armé d'un couteau, l'autre d'une broche de cuisine, qui ont tué une personne et en ont blessé six autres ce samedi après-midi au niveau du métro Laurent Bonnevay de Villeurbanne.


L'un d'eux a été interpellé et l'autre reste activement recherché, a précisé la préfecture, qui ne dispose pour l'instant d'aucun élément supplémentaire. Une cinquantaine de pompiers se trouvaient sur place dans l'après-midi.

AGRESSION AU COUTEAU


Une agression au couteau a eu lieu ce samedi après-midi à Villeurbanne à la sortie du métro Laurent Bonnevay . Selon les premiers élements confirmés à LCI, une personne est décédée et six autres ont été blessés. Plusieurs de ces blessés seraient en urgence absolue. 


Une personne a été interpellée. On ne connait pas, à ce stade, les motivations de cette agression. 


Les secours, nombreux, sont sur place. 

Une personne a été tuée et huit autres blessées dont trois grièvement lors d'une agression au couteau ce samedi, aux alentours de 16h30, devant la station de métro Laurent-Bonnevay à Villeurbanne (Rhône-Alpes). L'auteur présumé a été interpellé, puis placé en garde à vue, avant d'être mis en examen pour assassinat et tentatives d'assassinat, lundi 2 septembre. L'hypothèse d'un complice - un temps évoquée - a été abandonnée.

Suivez dans le live ci-dessus les dernières informations sur ces agressions. Cliquez ici si vous ne parvenez pas à lire ce live. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter