EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : 3000 contenus supprimés, 1000 sites déréférencés

La plateforme Pharos a été créée pour mieux contrôler les contenus sur Internet. Mais certains messages peuvent l'échapper. Nous vous expliquons pourquoi.
Police

ATTENTAT - L'enquête se poursuit après l'assassinat de Samuel Paty, le professeur tué à Conflans-Sainte-Honorine après avoir montré des caricatures de Mahomet. Selon nos informations, un collégien a reconnu avoir reçu de l'argent de la part d'Abdouallakh Anzorov pour identifier l'enseignant. Suivez les dernières infos en direct.

Live

HOMMAGE NATIONAL A LA SORBONNE


La cérémonie d’hommage à Samuel Paty aura lieu dans la cour de La Sorbonne mercredi 21 octobre en fin d’après midi. Ce choix a été fait en accord avec la famille du défunt.


Considérée comme le "temple de la connaissance, lieu historique de l’enseignement universitaire français, foyer du génie français, la Sorbonne est le monument symbolique de l’esprit des Lumières et du rayonnement culturel, litteraire et éducatif de la France", comme nous le fait savoir l'Elysée, ce lieu "a toujours su être une tribune pour l’expression des libertés et des idées, un lieu qui aujourd’hui revêt une dimension symbolique forte".

L’ENQUÊTE


Selon nos informations, à l’issue d’un travail d’enquête important, il a été établi qu’un collégien de 15 ans a permis au terroriste d’identifier Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie tué vendredi. 


Interpellé, le jeune garçon a reconnu en garde à vue avoir touché de l’argent en échange de ce renseignement. Aux enquêteurs, cet élève jure qu’il n’avait pas la moindre idée de ce qu’Abdouallakh Anzorov, qui avait en possession une liasse de billets, projetait. 

"COMBATTRE CETTE IDÉOLOGIE MORTIFÈRE"


Après son entretien avec Emmanuel Macron lundi après-midi, le recteur de la Grande mosquée de Paris appelle à l'unité dans le combat contre l'islamisme radical, "cette idéologie mortifère".

Islamisme radical : le recteur de la Grande Mosquée de Paris appelle à "combattre cette idéologie mortifère"

"IL FAUT ALLER ENCORE PLUS LOIN"


Sur LCI, Marlène Schiappa a détaillé les mesures prises conte le terrorisme depuis 2017.

"IL FAUT ALLER ENCORE PLUS LOIN"


Sur LCI, Marlène Schiappa a détaillé les mesures prises conte le terrorisme depuis 2017.

ENQUÊTE SUR UN SITE NEONAZI 


Le parquet de Paris a ouvert dimanche une enquête après la diffusion sur un site internet néonazi de la photographie du professeur décapité vendredi, rapporte l'AFP. Cette photographie avait été postée sur le compte Twitter de l'assaillant, Abdoullakh Anzorov, pour revendiquait son crime.


L'enquête pour "diffusion d'images de violence", confiée aux policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a été ouverte après le signalement de la diffusion du cliché par l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT), a précisé à l'AFP le parquet de Paris. Cette dernière avait déposé plainte lundi matin pour "publication incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine", a indiqué à l'AFP son directeur général et porte-parole, Guillaume Denoix de Saint-Marc.


"On a œuvré pour faire disparaître la photo de la tête coupée de tous les réseaux sociaux, ce qu'on a réussi à faire via Pharos (plateforme de signalement de contenus illicites sur internet, ndlr), Twitter et Facebook, mais il reste quelques sites" qui n'ont pas retiré le cliché, a-t-il regretté.

PERQUISITIONS 


Une cinquantaine de perquisitions administratives ont eu lieu lundi matin contre des personnes ou des structures soupçonnées d'être liées à la mouvance islamiste. Le but affiché du ministère de l'intérieur : "harceler ceux qui propagent le séparatisme". 

NEUTRALITÉ DANS LES SERVICES PUBLICS 


Depuis 2017, le "conseil des sages de la laïcité a été créé sous Jean-Michel Blanquer pour prendre à bras le corps la question de la laïcité", a expliqué Marlène Schiappa.

 

"Nous voulons étendre l'obligation de neutralité dans les services aux délégations de services publics", a-t-elle déroulé dans l'optique de "mener un combat culturel contre l'hydre islamiste". 

EXPULSIONS D'IMAMS 


"Les actes doivent primer, le président de la République l'a dit", a rappelé Marlène Schiappa, évoquant la proposition de loi sur le séparatisme de Macron. Elle explique que "la France entend mettre fin à la pratique des "imams détachés"", sans donner le nombre de personnes concernées par cette pratique.


"Il faut aller plus loin, dans le respect des prérogatives de chacun", a ajouté Marlène Schiappa. "Nous faciliterons par exemple le rapport à la dissolution des associations qui prêchent cette idéologie [l'obscurantisme]"

RÉSEAUX SOCIAUX


Marlène Schiappa a convoqué les patrons des réseaux sociaux et des plateformes en ligne mardi matin place Beauvau .Elle attend des "propositions concrètes" pour savoir comment bloquer les contenus haineux sur les réseaux sociaux.


"Nous avons besoin que les réseaux sociaux prennent leurs responsabilités"

"CYBER-ISLAMISME" : 3000 CONTENUS ISLAMISTES FERMES ET 1000 SITES SUPPRIMES


Interrogée sur LCI, Marlène Schiappa annonce que le combat du gouvernement est centré sur le "cyber-islamisme". "On a une génération de jeunes qui se sont radicalisés" derrière leurs écrans. 


Depuis le début de l'année, "3000 contenus islamistes à visée terroriste ont été supprimés et 1000 sites ont été déréférencés", a détaillé la ministre. 

"NOUVELLE FORME DE JIHADISME"


L'assaillant avait le statut de réfugié, et n'était pas connu des services de renseignements, c'est une "nouvelle forme de jihadisme, des gens qui ont décidé de répondre à une fatwa", a expliqué Gérald Darmanin, insistant sur l'importance de poursuivre et condamner les "tous ceux qui l'ont poussé, tous ceux qui ont mis en pâture cet enseignant"

MOSQUÉE DE PANTIN FERMÉE


 Le préfet doit signer l'interdiction de la mosquée de Pantin ce lundi soir, a affirmé Gérald Darmanin.

34 OPÉRATIONS DE POLICE


Le ministre de l'Intérieur est revenu sur les opérations de police de ce lundi matin en lien avec l'enquête sur l'attentat. "Le président de la République nous a demandé d'accélérer un certain nombre de procédures", a détaillé le minitre lundi soir. 


La veille, Emmanuel Macron a réuni ses ministres autour d'un conseil de défense pour établir des mesures et des "actions concrètes" pour lutter contre le terrorisme et la haine en ligne. 

TÉMOIGNAGE 


La mort du professeur d'histoire vendredi a eu lieu devant chez lui. Encore sous le choc, Stéphane livre son témoignage. 

MOSQUÉE DE PANTIN FERMÉE 


Alors que depuis 2017  "356 lieux de radicalisation ont été fermés" sous Emmanuel Macron et que plus de "411 étrangers fichés islamistes" ont été expulsés, Gérald Darmanin a expliqué qu'il a demandé ce lundi soir au préfet de Seine-Saint-Denis de fermer la mosquée de Pantin, dont l'imam avait relayé le message du parent d'élève qui avait posté la vidéo incriminant le professeur tué. 

"FAIRE EN SORTE QUE LA SIDÉRATION CHANGE DE CAMP"


"Le président de la république nous a demandé d’accélérer un certain nombre d'opérations", explique Darmani qui précise que 34 opérations de police ont eu lieu. Ces opérations "ont pour but premier de faire en sorte que la peur, la sidération change de camp", ajoute le ministre de l'Intérieur.

EMMANUEL MACRON 


Dans un tweet publié ce lundi soir, le président de la République annonce avoir reçu le Premier ministre irakien pour "faire point sur l'initiative engagée ensemble" contre le "terrorisme islamiste". 


"Lutter contre le terrorisme islamiste, c'est combattre l'ennemi à la racine, sur les théâtres d'opérations. C'est aussi garantir une stabilité qui passe par la souveraineté de l'Irak." a-t-il écrit.

LE SÉNAT VOTE UNE PROPOSITION DE LOI


Le Sénat a voté lundi en première lecture une proposition de loi de sa majorité de droite contre l'islamisme radical, afin d'inscrire dans la Constitution la prééminence des règles de la République, contre l'avis du gouvernement qui juge le texte inefficace.


La proposition de loi, adoptée par 229 voix pour et 23 abstentions - sans vote contre - a peu de chances de poursuivre son parcours parlementaire. Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a estimé que "ce texte-là, même si l'intention est plus que louable, ne pourra résoudre quoi que ce soit".

DARMANIN AU 20 H


Dans quelques minutes, le ministre l'Intérieur est l'invité de Julien Arnaud au 20 heures de TF1. Suivez son interview sur le live. 

BARAKACITY 


L'association BarakaCity, menacée de dissolution par le gouvernement qui l'accuse de proximité avec l'islam politique voire avec l'extrémisme, contestera en justice une telle mesure, ont annoncé ses avocats lundi dans un communiqué.


Me Vincent Brengarth et William Bourdon ont annoncé avoir "reçu mandat de contester la décision de dissolution administrative qui pourrait être prise et plus généralement d'entreprendre toute démarche juridique de nature à préserver les droits de l'association BarakaCity".


Ils déclarent "également la saisine préventive de la rapporteuse spéciale de l'ONU sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression", Mme Irene Khan.


Outre BarakaCity, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) est également menacé de dissolution - et les deux associations nient fermement tout penchant extrémiste.

HOMMAGE NATIONAL 


C'est dans la cour de la très symbolique Sorbonne que l'hommage à Samuel Paty aura lieu ce mercredi.

L'hommage à Samuel Paty aura lieu dans la cour de la Sorbonne mercredi

MAIRE DE CONFLANS-SAINTE-HONORINE


Dans un entretien accordé à Libération, Laurent Brosse, le maire de Conflans-Sainte-Honorine, est revenu sur le drame qui choqué la ville des Yvelines. Selon l'élu divers droite, trop peu de choses ont changé depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015.


Appelant à la "fermeté" de l'Etat envers les associations "ennemies de la République", l'édile a salué le projet de loi sur le séparatisme présenté le 6 octobre dernier comme une "première réponse". "Mais il peut en avoir d'autres", a-t-il ajouté. 

"CYBER-ISLAMISME"


Ce mardi dès 9h30,  les patrons France des réseaux sociaux et des plateformes Facebook, Google, Twitter, Tiktok et Snapchat, vont rencontrer la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa dans le cadre de la "lutte contre le cyber-islamisme", a annoncé lundi l'entourage de la ministre, dans le but "d'améliorer la lutte contre les messages haineux".

DECRYPTAGE 


Pourquoi le gouvernement veut s’attaquer au financement des associations et lieux de culte musulmans ?


"Le problème du financement étranger, c'est qu'il est conditionné. Si une puissance ou une organisation étrangère apporte de l'argent à une mosquée, en contrepartie elle impose un imam. Aujourd’hui, il est possible de contrôler le financement étranger mais on ne peut pas l’interdire", la sénatrice UDI Nathalie Goulet donne des éléments de réponse à LCI.fr.

Pourquoi le financement du culte musulman est-il dans le collimateur du gouvernement ?

PARLEMENT EUROPÉEN


Le Parlement européen a ouvert lundi sa séance plénière par une minute de silence en hommage au professeur décapité vendredi en France, le président de l'institution David Sassoli saluant le "combat" de l'éducation contre "la terreur".


"C'est avec beaucoup d'émotion que je vous propose de faire une minute de silence en hommage à Samuel Paty, à toutes les victimes du terrorisme et à toutes celles et tous ceux qui le combattent au quotidien par leur métier, leur engagement et leur exemple", a déclaré M. Sassoli, avant l'hommage des quelques eurodéputés présents dans l'hémicycle à Bruxelles. 


Cette séance plénière du Parlement européen, qui doit se dérouler jusqu'à vendredi, est menée principalement par visioconférence en raison de la crise sanitaire.

LE POINT SUR l'ENQUÊTE


Quinze personnes étaient en garde à vue ce lundi après-midi dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty, vendredi à Conflans-Saint-Honorine. On fait le point sur les investigations.

Assassinat de Samuel Paty : 15 personnes en garde à vue, le point sur l'enquête

Urgent

HOMMAGE NATIONAL A LA SORBONNE


La cérémonie d’hommage à Samuel Paty aura lieu dans la cour de La Sorbonne mercredi 21 octobre en fin d’après midi. Ce choix a été fait en accord avec la famille du défunt.


Considérée comme le "temple de la connaissance, lieu historique de l’enseignement universitaire français, foyer du génie français, la Sorbonne est le monument symbolique de l’esprit des Lumières et du rayonnement culturel, litteraire et éducatif de la France", comme nous le fait savoir l'Elysée, ce lieu "a toujours su être une tribune pour l’expression des libertés et des idées, un lieu qui aujourd’hui revêt une dimension symbolique forte".

GERARD LARCHER AU SÉNAT 


Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a ouvert la sénace ce lundi avec un hommage à Samuel Paty. Apportant son soutien à la "famille et aux amis de la victime", il a affirmé sa volonté de "continuer à apporter une réponse ferme de la République à la hauteur du danger", avant d'observer une minute de silence avec les parlementaires.

Urgent

QUINZE PERSONNES EN GARDE A VUE 


Quinze personnes sont en en garde à vue, dont quatre collégiens dans l'enquête sur l'assassinat terroriste de Samuel Paty, apprend-on de source judiciaire.

DARMANIN A L'ASSEMBLEE


Le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi à l'Assemblée nationale la création de 330 emplois supplémentaires dans les services de renseignement dans le budget 2021.


Auditionné par la commission des Lois de l'Assemblée, saisie pour avis sur son budget, Gérald Darmanin  a insisté sur l'effort consenti par l'Etat pour renforcer les services de renseignement.


Ainsi, depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, "1.136 emplois" auront été créés dans ce secteur. Le budget du ministère de l'Intérieur est en hausse, de "325 millions d'euros", avait annoncé mardi dernier M. Darmanin.

CASTEX


Au congrès des présidents des régions à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, Jean Castex a assuré qu'après les "perquisitions diligentées" ce lundi matin "ciblant des individus radicalisés", "d'autres actions et mesures vont suivre contre la haine en ligne et sur les associations ennemies de la République, sur le renseignement et la surveillance de ces réseaux et individus qui s'en prennent aux fondements de nos valeurs et du pacte républicain"


"Le président de la République avait annoncé aux Mureaux un projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains. Ce texte nous permettra de renforcer notre arsenal face à des visées et des actions que nous n’accepterons jamais", a-t-il détaillé.

LIEN ÉTABLIT ENTRE L'ASSAILLANT ET LE PARENT D’ÉLÈVE


Le terroriste de Conflans-Sainte-Honorine avait contacté sur les réseaux sociaux le parent d'élève auteur de la vidéo postée quelques jours avant l'attentat. 


Ce père s'était plaint sur Facebook du cours de l'enseignant qui avait montré une caricature de Mahomet en classe. Il est actuellement garde à vue.

HAINE EN LIGNE 


"Les réseaux sociaux ont joué un rôle dans ce que nous vivons aujourd'hui", a expliqué à l'AFP la députée LREM Leaticia Avia, dont une loi contre la haine en ligne a été en grande partie retoquée par le Conseil constitutionnel. 


"J'en appelle à ce que l'on prenne de nouvelles dispositions", a lancé l'élue, qui souhaite faire " aboutir à l'échelle nationale et européenne des dispositions fortes et exigeantes vis-à-vis des réseaux sociaux, tout en protégeant notre liberté d'expression."


Dans le détail, la députée a évoqué notamment des mesures de modération des contenus, en responsabilisant les plateformes pour "mieux examiner les contenus et mieux traiter les signalements".

CHRISTINE LAGARDE 


En tant que "fille et petite-fille d'enseignant", la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), s'est associée ce lundi, lors d'un discours au congrès des Régions de France à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)  à "l'indignation" suscitée par l'assassinat de Samuel Paty. 


"Il n'y a pas de mot pour qualifier l'indigne, l'inacceptable et la monstruosité que cette réaction solidaire et collective de la Nation toute entière pour se lever contre l’obscurantisme", a ajouté Mme Lagarde, avant de préciser qu'elle s'y associait "pleinement en qualité de personne".

GARDE A VUE 


Billal Righi, le président de l'ONG Ummah Charity, basée dans l'Oise, a été placé en garde à vue dans le cadre des perquisitions suite à l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine. 


Lors de ces perquisitions, l'intéressé a refusé "de communiquer la clé de déchiffrement des es ordinateurs et téléphones portables". 


Billal Righi avait annoncé samedi sur son compte Twitter avoir lancé une cagnotte de soutien au parent d'élève qui avait pris position contre Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie décapité vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet. 


Il avait également adressé son "soutien" à ce "frère" au "grand cœur", avant d'annoncer, toujours sur Twitter, avoir "dû supprimer la cagnotte" à la demande de l'association de cet homme "qui craignait des pressions".

APPEL A LA "COMMUNAUTÉ MUSULMANE" : "RÉVEILLEZ-VOUS"


Devant le collège du bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, où enseignait Samuel Paty, l'imam de Drancy Hassen Chalghoumi a lancé ce lundi un appel à la "communauté musulmane : les recteurs des mosquées, les imams, les parents, et les responsables associatifs", à se "réveiller". "C'est votre avenir qui est en jeu" a-t-il martelé. 


Condamnant les "assassins" qui poussent de "jeunes naïfs" à "aller jusqu'à la vengeance", il appelle à une "justice à la hauteur de ces crime". 


L'imam a également "demandé pardon" à la famille de Samuel Paty. ""Car c'est au nom de notre religion qu'il [l'assaillant] a commis ce crime". 

MACRON A REÇU LA FAMILLE DE SAMUEL PATY


Macron a reçu lundi matin à l'Elysée la famille de Samuel Paty et lui a exprimé
ses condoléances, a fait savoir la présidence. Le chef de l'Etat a témoigné de son soutien aux proches de ce professeur d'histoire-géographie, assassiné vendredi, qui avait choisi de montrer des caricatures de Mahomet à ses élèves.


L'Elysée précise avoir discuté avec la famille de l'organisation de 

l'hommage national qui lui sera rendu mercredi.

LE CFCM REÇU À L'ELYSÉE


Le président de la République, Emmanuel Macron, reçoit des représentants du Conseil français du culte musulman (CFCM), en présence du ministre de l’Intérieur,  Gérald Darmanin, à 16h aujourd'hui au Palais de l’Elysée.

LE FOOTBALL FRANÇAIS RENDRA HOMMAGE A SAMUEL PATY


Le football professionnel va rendre hommage à Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie décapité vendredi, en observant une minute de silence avant chaque match de Ligue 1 et de Ligue 2 ce week-end, a annoncé la Ligue (LFP), réunie lundi en Assemblée générale.


En plus de ce moment de recueillement, le portrait de l'enseignant sera diffusé sur les écrans géants des stades, et chaque acteur du jeu (joueurs, entraîneurs, arbitres) portera un brassard noir en sa mémoire, a précisé l'instance.

EXCLUSIF


Quel était le contenu du cours de Samuel Paty ?

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

LIBERTÉ D'EXPRESSION


Sandrine Maurot a appelé les croyants de toutes confessions à diffuser largement des caricatures de leur propre religion.

Une pasteure invite tous les croyants à publier des caricatures pour défendre la "liberté d'expression"

FOCUS


Le ministère de l'Education nationale a mis en place un dispositif, s'appuyant sur les équipes "valeurs de la République".

Atteintes à la laïcité : quel rôle jouent les médiateurs de l'Education nationale ?

LA FAMILLE DE S. PATY REÇUE À L'ELYSÉE


La famille de Samuel Paty a été reçue ce lundi matin par Emmanuel Macron. L'hommage national qui doit être organisé mercredi en l'honneur du professeur tué a été évoqué avec ses proches. 

DARMANIN AU 20H DE TF1


Ce soir, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sera l'invité du JT de 20H de TF1. Le ministre de l'Intérieur s'exprimera notamment au lendemain du Conseil de Défense lié à l'attentat de Conflans Sainte-Honorine et aux décisions qui ont été prises. 

L'ENQUÊTE


La fille de l'homme qui a posté une vidéo se plaignant de l'enseignement du professeur d'histoire-géographie et qui appelait "à écrire au collectif contre l'islamophobie en France, à l'inspection académique, au ministre de l'Education nationale ou au président de la république", n'a pas assisté au cours en question, nous indique-t-on de source judiciaire. 

ENQUÊTE


Sa présence laisse craindre une implication des mouvements radicaux dans cet attentat.

Professeur décapité : qui est Abdelhakim Sefrioui, cet islamiste radical placé en garde à vue ?

RÉACTION


Joint par LCI, l'imam de Drancy Hassen Chalghoumi a réagi à l'assassinat de Samuel Paty.

PROCÈS DES ATTENTAT DE JANVIER 2015


Le président de la cour d'assises spéciale a rendu hommage ce lundi à Samuel Paty, professeur d'histoire assassiné vendredi à Conflans-Sainte-Honorine.

"Samuel Paty a eu raison" : au procès des attentats de janvier 2015, l'hommage au professeur assassiné

Info tf1/lci

L’ENQUÊTE


Selon nos informations, à l’issue d’un travail d’enquête important, il a été établi qu’un collégien de 15 ans a permis au terroriste d’identifier Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie tué vendredi. 


Interpellé, le jeune garçon a reconnu en garde à vue avoir touché de l’argent en échange de ce renseignement. Aux enquêteurs, cet élève jure qu’il n’avait pas la moindre idée de ce qu’Abdouallakh Anzorov, qui avait en possession une liasse de billets, projetait. 

MARINE LE PEN


"Aucun étranger fiché S pour islamisme, en situation régulière ou irrégulière ne doit rester sur le sol français. Les binationaux fichés S pour islamisme doivent être déchus de leur nationalité française" a-t-elle ajouté.

MARINE LE PEN


Marine Le Pen a appelé à l'armement obligatoire de la police municipale et la création de centres pénitentiaires adaptés pour lutter contre l'islamisme en France.

Infos précédentes

Scènes d'horreur vendredi 16 octobre aux confins des Yvelines et du Val-d'Oise. Un professeur d'histoire-géographie a été décapité en fin d'après-midi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) avant que des policiers n'abattent son meurtrier présumé dans la ville voisine d'Éragny (Val-d'Oise). Très rapidement, le parquet antiterroriste s'est saisi des faits. 

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire à Conflans-Sainte-Honorine

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessus

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 13.000 cas recensés en 24 heures en France

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : 3000 contenus supprimés, 1000 sites déréférencés

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

EN DIRECT - Présidentielle américaine : Donald Trump attaque le "désastreux" Dr. Fauci "et tous ces idiots" lors d'un appel avec ses équipes

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent