EN DIRECT - Attentat de Conflans : une marche blanche pour Samuel Paty

EN DIRECT - Attentat de Conflans : une marche blanche pour Samuel Paty
Police

ATTENTAT - L'enquête se poursuit après la mort Samuel Paty, le prof assassiné à Conflans-Sainte-Honorine pour avoir montré des caricatures de Mahomet. Selon nos informations, le terroriste Abdouallakh Anzorov avait annoncé son intention de "régler le problème à sa manière" au père d'une élève et au militant islamiste Abdelhakim Sefrioui. Suivez les dernières infos en direct.

Live

MARCHE BLANCHE


Une marche blanche a été entamée ce mardi à 18h30 à Conflans-Sainte-Honorine par des habitants de la ville, des proches, ainsi que des collègues de Samuel Paty afin de lui rendre hommage.

MARCHE BLANCHE


Une marche blanche a été entamée ce mardi à 18h30 à Conflans-Sainte-Honorine par des habitants de la ville, des proches, ainsi que des collègues de Samuel Paty afin de lui rendre hommage.

 MEMOIRE


Un hommage national doit être rendu mercredi à partir de 19h30 à Samuel Paty dans la Cour de la Sorbonne en présence du chef de l'Etat Emmanuel Macron. Dans un tweet, la ministre de l'Enseignement supérieur a fait savoir ce mardi soir qu'elle serait également présente à cette cérémonie.

REACTIONS


D’ici quarante-huit heures, suite à un arrêté délivré lundi soir par le préfet, le lieu de culte, considéré par les autorités comme un repaire de la "mouvance islamiste radicale", devra fermer ses portes "pour une durée de six mois".

Fermeture de la mosquée de Pantin : "On est en train de tout mélanger", estiment les fidèles

CHARLIE HEBDO


En réaction à l'assassinat terroriste du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty vendredi, l'hebdomadaire Charlie Hebdo consacrera sa Une de mercredi à "la république décapitée". Riss, le directeur de la rédaction, a dessiné des têtes de pompier, de factrice, de juge, d'infirmière et d'Emmanuel Macron, avec la question "A qui le tour?"


"Les libertés d'enseigner, de s'exprimer, de discuter et de s'interroger mutuellement construisent, mot après mot, notre langage commun, base de toute démocratie. Il ne fait aucun doute aujourd'hui qu'à travers leurs victimes c'est la démocratie tout entière que ces assassins veulent décapiter", écrit Riss dans son éditorial. "L'acte est tellement inouï qu'il est au-dessus de nos forces d'admettre que nous sommes témoins d'une violence inédite, d'un événement qui fera date et nous contraindra à admettre qu'il y a un 'avant' et un 'après'", estime le directeur de la rédaction.


L'attaque contre Samuel Paty, professeur, est survenue trois semaines après celle devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris, alors que se tient jusqu'au 10 novembre le procès des attaques de janvier 2015 qui avaient décimé la rédaction de l'hebdomadaire. La rédaction du journal a fait l'objet de nouvelles menaces, de la part d'Al-Qaïda notamment, depuis la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre pour l'ouverture du procès.

ENSEIGNEMENT 


Dans un communiqué diffusé ce mardi 20 octobre, les collègues de Samuel Paty s'inquiètent de "l’impact des réseaux sociaux" sur leur métier.

Les réseaux sociaux, "un véritable fléau dans l’exercice de notre métier" dénoncent les collègues de Samuel Paty

OBSERVATOIRE DE LA LAÏCITE


Jean Castex entend "renouveler" prochainement l'Observatoire de la laïcité, une instance placée sous son autorité et dont "le statut et les missions font l'objet d'une réflexion" afin d'être davantage "en phase" avec le futur projet de loi de lutte contre les séparatismes, a annoncé Matignon mardi à l'AFP. 


"L'observatoire de la laïcité doit évoluer, parce qu’on ne peut pas se contenter de publication de rapports et de guides pédagogiques pour accompagner l’action du gouvernement", indique Matignon, en soulignant, et comme l'illustre l'assassinat sauvage d'un enseignant vendredi dernier, que "la menace contre la République a radicalement changé". "Il doit évoluer, parce qu'il doit être possible en France de défendre la laïcité sans être taxé d’islamophobie et de défendre la laïcité sans être instrumentalisé politiquement", ajoutent les services du Premier ministre.


"La volonté du Premier ministre est de renouveler une instance afin qu’elle soit davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes. A l’évidence cette conception n’est pas partagée par tous et le gouvernement en tirera toutes les conclusions dans les prochains jours", prévient encore Matignon qui précise également que le Premier ministre recevra "dans les tout prochains jours" le président de l'Observatoire, l'ex-ministre PS Jean-Louis Bianco, dont le mandat expire en avril, "pour lui faire part de la décision du gouvernement.


Créé en 2007 "afin d'assister le gouvernement et mieux faire respecter le principe de laïcité dans les services publics", l'Observatoire divise jusqu'au sein de la majorité. 

HOMMAGE EN OCCITANIE


Les caricatures des dessinateurs de Charlie Hebdo, dont certains ont perdu la vie lors de l'attentat terroriste du 7 janvier 2015 seront projetées demain, mercredi, sur les façades des hôtels de Région à Toulouse et Montpellier, a indiqué Carole Delga, la présidente de la région Occitanie. 

FINANCEMENT DU TERRORISME


Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a promis ce mardi de faire des "propositions très concrètes" pour renforcer la lutte contre le financement du terrorisme.


"Avec (le ministre délégué aux Comptes publics) Olivier Dussopt, nous ferons au Premier ministre et au président de la République des propositions très concrètes, d'abord pour couper tout financement français ou de l'étranger aux associations cultuelles qui prétendent défendre l'intérêt général et qui en fait financent le terrorisme (et) pour lutter contre l'anonymat des cryptomonnaies qui permet de lever des dizaines de milliers d'euros pour financer des actes terroristes", a déclaré le ministre à l'Assemblée nationale.


"Ma responsabilité est de faire en sorte de couper, au moindre euro près, tous les financements qui vont vers les associations cultuelles, culturelles, qui peuvent avoir le moindre lien, non seulement avec le terrorisme mais avec l'islam politique, avec son idéologie, avec le salafisme", a-t-il ajouté.

ENGAGEMENT


La secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement annonce sur Twitter avoir signé, avec les associations et fédérations de l'éducation populaire, une déclaration d'intention afin de renforcer les actions du gouvernement contre tous les séparatismes.

DEPLACEMENT PRESIDENTIEL


Emmanuel Macron vient d'arriver à la préfecture de Bobigny où il doit présider une séance de la cellule de lutte contre l'islamisme et le repli communautaire. Il est accompagné par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Il doit prendre la parole publiquement vers 17h30.

NE PAS S'EXCUSER


"Cette lutte contre l'islamisme doit être une priorité collective. Depuis 2017, c'est la priorité du gouvernement sans discontinuité. (...) Il temps d'arrêter de nous excuser de mener ce combat", souligne Marlène Schiappa. 

LOI DE SÉPARATISME 


"Nous devons identifier les auteurs intellectuels de cet assassinat, énonce Jean-Michel Blanquer. Ils sont nombreux, ils ont un projet politique, celui de l'Islam politique. Nous luttons contre cela à travers la loi de séparatisme et des mesures mises en oeuvre." 

RESEAUX SOCIAUX


Lors de la séance de questions au gouvernement, Jean Castex a affirmé ce mardi vouloir "reprendre le sujet" de la haine en ligne en créant un "délit de mise en danger par la publication de données personnelles" sur internet.


La majorité avait tenté de s'attaquer à cette question à travers une proposition de loi de la députée LREM Laetitia Avia, en grande partie retoquée par le Conseil constitutionnel. "La censure du Conseil constitutionnel doit nous amener à reprendre ce sujet sous une autre forme, qui devra créer un délit de mise en danger par la publication de données personnelles", a poursuivi le premier ministre, estimant que "c'est bien parce qu'il a été désigné par les réseaux sociaux que Samuel Paty a été assassiné". "Nous ne pouvons plus nous résoudre à assister passivement au déchaînement de la haine sur les réseaux sociaux", a-t-il affirmé. 


Les enseignants du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine ont d'ailleurs exprimé mardi dans un communiqué leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux" après l'assassinat de leur collègue.

L'HOMMAGE NATIONAL SUR TF1 ET LCI


Demain, mercredi, TF1 et LCI mettent en place un dispositif exceptionnel afin de retransmettre en direct l'hommage national à Samuel Paty. Une cérémonie en l'honneur du professeur d'histoire-géographie, assassiné vendredi dernier à proximité du collège de Conflans-Saint-Honorine où il enseignait, est donnée dans la cour d'honneur de l'Université de la Sorbonne à Paris. 


▶️ Dès 18h, LCI propose une émission spéciale présentée par Emmanuel Ostian.


▶️ À partir de 19h, TF1 diffuse une édition spéciale présentée par Julien Arnaud avec Adrien Gindre, chef du service politique.


▶️Dès 19h30, l'hommage national est retransmis en direct.


▶️ À l'issue de la prise de parole du président de la République qui concluera cette hommage national, l'édition spéciale se poursuit sur TF1. Sur LCI, une émission spéciale présentée par Darius Rochebin et Amélie Carrouer sera consacrée au thème "La République menacée : que faire ?"

EXTREMISME


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a exprimé son souhait de voir certaines associations dissoutes, après l'attentat perpétré à Conflans-Sainte-Honorine. En tout, 51 d'entre elles sont dans le collimateur du gouvernement.

BarakaCity, CCIF : pourquoi ces organisations sont-elles dans le collimateur des autorités ?

ASSOCIATIONS SUSPECTÉES EN IMAGES 


Suite à l'assassinat de Samuel Paty, deux associations sont suspectées d'islamisme radical. L'intégralité du journal télévisé de 13h à retrouver en replay. 

FERMETURE DE LA MOSQUÉE DE PANTIN EN IMAGES 


L'intégralité du journal télévisé de 13h à retrouver en replay. 

FAIRE BLOC 


"L'horreur a encore frappé, déplore Valérie Rabault, la présidente du groupe socialistes et apparentés. La terreur a franchi un cap. L'égorgement d'un professeur orchestré et mis en scène sur les réseaux est une méthode inédite d'une barbarie sans nom. Face à ce crime, nous avons tous une responsabilité : faire bloc. Défendre la liberté, la laïcité. Il ne faut pas avoir la main qui tremble pour aller chercher ceux qui combattent la République, pour protéger les enseignants dont les signalements doivent être pris au sérieux et transmis à la justice." 

LES COLLÈGUES DE SAMUEL PATY RÉCLAMENT SÉCURITÉ 


"Nous savons que le drame qui touche notre collège bouleverse l'ensemble de la profession, écrivent les professeurs du collège du Bois d'Aulne, collègues de Samuel Paty, dans un communiqué adressé à la presse. Nous réaffirmons, plus fort que jamais, notre attachement à ces valeurs et notre détermination à les transmettre au quotidien dans l'intérêt des élèves." 

"Par ailleurs, nous exprimons notre vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux. La rapidité avec laquelle l'information est diffusée au plus grand nombre et son aspect irréversible sont un véritable fléau dans l'exercice de notre métier. Aussi, nous réclamons le droit d'exercer notre profession dans le respect de la liberté pédagogique et en toute sécurité."

LUTTE CONTRE LE TERRORISME 


"Nous ne devons pas tomber ni dans la naïveté, ni dans la facilité, alerte Jean Castex. La République n'a pas attendu ce drame atroce pour agir. Depuis les attentats en 2015, et particulièrement depuis 2017, une loi a été votée pour lutter contre le terrorisme. 

Elle renforce nos moyens juridiques pour mieux suivre les individus dangereux. Plus de 8.000 personnes font l'objet d'une surveillance permanente. Près de 2.000 postes ont été crées pour nos services de renseignements. 32 attentats soit près d'un attentat par mois ont été déjoués", se félicite-t-il.  

ISLAM RADICAL 


"L'ennemi est là, affirme le premier ministre Jean Castex cet après-midi face à l'Assemblée Nationale. Il est clairement identifié et je n'ai pas peur de le désigner. Cet ennemi, c'est l'islamisme radical. C'est une menace permanente qui peut venir de l'extérieur. Mais qui peut aussi recruter ses tueurs parmi nos propres compatriotes. L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté. 

"Il se cache, agit dans l'ombre, et avec lâcheté, mais il ne peut en aucun cas être confondu avec ces millions d'hommes et de femmes  français ou étrangers qui vivent dans notre pays en respectant les valeurs et les lois de la République."  

HOMMAGE 


"Samuel Paty a été martyrisé pour avoir fait son métier auprès de ses élèves, rappelle Jean Castex, premier ministre face à l'Assemblée Nationale cet après-midi . Il voulait simplement éveiller leur conscience et les préparer à devenir des femmes et des hommes libres et éclairer. Demain, et en accord avec sa famille, un hommage national sera rendu par le président de la République." 

ENNEMI 


"La république s'est forgée dans l'épreuve et souvent elle a dû recourir à la force pour se protéger, lance Patrick Mignola, président du groupe MoDEM.  Nous sommes à nouveau confronté à l'exigence de l'Histoire. L'ennemi qu'elle doit combattre aujourd'hui, c'est l’islamisme. Pas un jour ne doit passer sans frapper nos ennemis et ceux qui les arment, sans entraver ceux qui dérivent vers la violence en dévoyant leur religion. Il font honte aux musulmans de France."

"Pas un jour sans expulser les étrangers radicalisés et les imams qui prêchent la supériorité de la foi sur la loi. Pas un jour sans débusquer les mosquées où on ne se retrouvent plus pour prier mais pour s'isoler."

NOUS SOMMES UNIS


"Les députés de la nation viennent de rendre hommage à la mémoire de Samuel Paty, un professeur, un éclaireur de conscience, un citoyen qui avait appris l'histoire des Hommes et qui en délivré les clefs à nos enfants, énonce Richard Ferrand, le président de l'Assemblée Nationale. Il a été assassiné parce qu'il développait l'esprit critique de futurs citoyens dans une France respectueuse de toutes les convictions, les croyances, les religions, où l'expression est libre. Nous sommes unis, debout, résolus à combattre les inspirateurs de son assassinat."

RÉACTION


"Nous disons la reconnaissance de la Nation à Samuel Paty" a réagi Boris Vallaud, député et porte-parole du Parti socialiste ce mardi après l'hommage rendu sur le perron de l'Assemblée nationale.

VIDÉO


Voici en vidéo l'hommage rendu par les députés de l'Assemblée nationale à Samuel Paty.

ASSEMBLÉE NATIONALE


Une minute de silence a été observée par les députés en hommage au professeur Samuel Paty, suivie de La Marseillaise.

ASSEMBLÉE NATIONALE


En hommage à Samuel Paty, les députés de l'Assemblée nationale se sont réunis sur le perron, tous vêtus d'une écharpe bleu blanc rouge, alors qu'une pancarte à l'effigie du professeur assassiné a été installée sur cette colonnade du Palais-Bourbon.

ENQUÊTE


Dans le cadre d'une enquête qui se poursuit et qu'une dizaine de personnes a été placée en garde à vue après l'assassinat de Samuel Paty vendredi dernier à Conflans-Saint-Honorine, une seizième personne a été placée en garde à vue, de source judiciaire à LCI. Il s'agit d'un collégien.

QUESTIONS


La décision de fermer la mosquée de Pantin suscite l'incompréhension parmi les fidèles de la mosquée.

SCHIAPPA


La ministère déléguée à la laïcité Marlène Schiappa a réuni ce mardi matin les réseaux sociaux et plateformes et leur a demandé de prendre leurs responsabilités contre le cyber-islamisme. 


Dans son propos liminaire, Mme Schiappa, a expliqué qu'il s'agissait "d’inverser la logique de signalement" et que les plateformes fassent "remonter de manière proactive les contenus illicites tels que ceux relatifs à l’apologie du terrorisme". "C'est une coopération en mode agile, en bonne intelligence, dans le respect des intérêts privés des entreprises, et dans l’intérêt des citoyens", a-t-elle poursuivi, en relevant que cette mobilisation conjointe serait "une première en France dans le numérique".


Dans un communiqué, la ministre a fait valoir que "internet n'(était) pas une zone de non droit". "L'apologie du terrorisme n'a pas sa place: l'Etat est là face à un enjeu de sécurité nationale", a-t-elle ajouté.

VIDÉO


Retour sur le parcours du terroriste avant l'attaque.

LIVRE DE CARICATURES 


En réaction à l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty, les 13 régions de France ont décidé de publier un livre de caricatures politiques et religieuses pour le diffuser dans les lycées, a annoncé ce lundi le président de Régions de France Renaud Muselier. 

Assassinat de Samuel Paty : un livre de caricatures bientôt diffusé dans les lycées

IMMIGRATION


Les procédures sont rendues difficiles à la fois par le droit et des obstacles techniques.

Pourquoi il n'est pas toujours possible d'expulser des étrangers en situation irrégulière

PAS DE FAILLE POUR DUPOND-MORETTI


Sur France Inter ce mardi matin, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a indiqué qu'il n'y avait pas eu de "faille" dans l'affaire de l'attentat de Conflans-Saint-Honorine : "Il n’était pas signalé comme individu fiché S ou 'susceptible de' (ndlr : commettre un attentat)."

HOMMAGES EN CLASSE LE 2 NOVEMBRE PROCHAIN


"La rentrée du 2 novembre, nous y travaillons, nous voulons marquer le coup, avec la minute de silence mais aussi avoir tout un travail pédagogique et nous voulons qu'il n'y ait aucun angle mort, c'est-à-dire que ce qui se passera se passera dans toutes les écoles, tous les collèges et tous les lycées de France, sans exception", a-t-il martelé. 

"Ce que nous devons faire pour la rentrée, c'est une véritable séquence éducative conçue de manière consensuelle, (...) en lien avec les organisations syndicales, unies autour des enjeux de la protection des professeurs", a indiqué Jean-Michel Blanquer ce mardi matin sur BFM TV.

DARMANIN ET MACRON A BOBIGNY DANS L'APRES-MIDI


Selon nos informations, le président de la République Emmanuel Macron et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin se rendront à la préfecture de Bobigny ce mardi après-midi. Le chef de l'Etat y présidera une séance de la Cellule contre l'islamisme et le repli communautaire.

LA LÉGION D'HONNEUR A TITRE POSTHUME POUR SAMUEL PATY


Sur BFM TV ce mardi matin, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé que Samuel Paty, allait recevoir la Légion d'honneur à titre posthume et sera également fait Commandeur des Palmes académiques. "Il sera fait commandeur des palmes académiques, c’est emblématique, c’est l’ordre qui va avec les professeurs, le monde de l’éducation. Encore une fois, son martyr vaut bien cette reconnaissance de l’institution", a indiqué le ministre.

HOMMAGE 


Le vice président du Rassemblement National indique qu'il sera présent mercredi dans la cour de la Sorbonne pour rendre hommage au professeur décapité la semaine dernière. "Nous pensons à Samuel Paty, à la communauté enseignante. Aujourd'hui, le meilleur hommage que nous pourrions leur rendre, c'est d'agir", termine-t-il. 

L'intégralité de l'interview politique du 20 octobre à retrouver sur LCI. 

LIBERTÉ D'EXPRESSION


A la question, "les réseaux sociaux doivent-ils être responsables des contenus publier sur leur plateforme comme le serait un directeur de journal", la réponse de Jordan Bardella est ferme. "Non", répond-t-il à Elizabeth Martichoux sur LCI. "Je ne veux pas donner ce pouvoir aux GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple). Ce pouvoir de liberté d'expression doit être entre les mains de la justice française. (...) Il faut permettre aux autorités policières et judiciaires de lever l'anonymat plus rapidement sur les réseaux sociaux." 

ETAT COUPABLE 


"Samuel Paty est mort d'avoir été laissé seul déplore le vice-président RN. L'Etat est coupable d'avoir laissé ce professeur seul alors qu'une plainte avait été déposée. (...) Certains parents d'élèves appellent les professeurs à la neutralité.  Donc, les professeurs se censurent. Il faut arrêter de reculer. Si nous reculons, ils avanceront."

NATIONALITÉ FRANÇAISE 


"Beaucoup de Français ne supportent plus les migrations anarchiques, lance Jordan Bardella. Nous sommes face à un communautarisme de conquête. Ils veulent imposer à l'ensemble de la société leurs propres interdits." 

"La nationalité française s'hérite ou elle se mérite. Ce n'est pas parce que vous êtes arrivés avec un statut plus ou moins litigieux de réfugiés de guerre que vous devez obtenir automatiquement un titre de séjour ou la nationalité française."

ASSOCIATIONS 


"Il ne s'agit pas aujourd'hui de toucher au droit d'association, mais de dissoudre certains groupuscules contraires à la République", énonce Jordan Bardella.

DROIT D'ASILE


"Le terroriste ne fuyait pas la guerre, rectifie Jordan Bardella, vice président du RN ce matin sur LCI face à Elizabeth Martichoux. Il n'avait rien à faire en France. Les juges l'ont maintenu sur le territoire national. Si vous venez de pays en guerre, vous pouvez demander l'asile. Or, aujourd'hui, le droit d'asile est dévoyé. Si vous ne venez pas d'un pays en guerre, il faut être expulsé. Vous devez rentrer chez vous. C'est un principe de précaution à prendre pour les Français." 

JUSTICE


"Eric Dupont-Moretti, c'est Taubira en pire. C'est le symbole du laxisme judiciaire en France, souligne Jordan Bardella ce matin sur LCI. Il n'est pas là pour défendre la loi, mais pour la faire appliquer. Il doit se mettre au travail."

"Il dit que la sécurité et l'ensauvagement en France est un fantasme. Or, la sécurité est une préoccupation majeure, rétorque-t-il. Les islamistes usent d'actes toujours plus barbares. Aujourd'hui, on peut sortir dans la rue et se prendre un coup de couteau. (...) Nous, nous sommes favorable à un tour de vis en matière pénale", dit-il. 

IMMIGRATION 


"La question sous-jacente au fondamentalisme islamiste, c'est l'immigration. Nous demandons depuis des années un moratoire. (...) Si vous ne fuyez pas la guerre, vous devez rentrer chez vous", lance Jordan Bardella, vice président du Rassemblement National sur LCI. 

INTERVIEW POLITIQUE : JORDAN BARDELLA 


La mosquée de Pantin va fermer, pendant au moins 6 mois. "Il ne faut pas se contenter de cette mosquée, commente Jordan Bardella, vice président du Rassemblement National. Quarante-sept sont sous influence islamiste. (...) Nous attendons une législation de guerre. Nous sommes en guerre aujourd'hui et nous devons prendre la mesure de ce qu'il se passe" depuis 2012, premier attentat à Toulouse avec Merah. 

L'intégralité de l'interview à retrouver sur la chaîne LCI. 

MOSQUÉE DE PANTIN


Selon le ministère de l'Intérieur à LCI, la fermeture de la mosquée de Pantin, demandée par Gérald Darmanin, sera effective dans 48 heures.

ENQUÊTE


Voici les derniers éléments sur l'enquête concernant l'assassinat du professeur Samuel Paty, survenu vendredi dernier à Conflans-Saint-Honorine.

Infos précédentes

Scènes d'horreur vendredi 16 octobre aux confins des Yvelines et du Val-d'Oise. Un professeur d'histoire-géographie a été décapité en fin d'après-midi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) avant que des policiers n'abattent son meurtrier présumé dans la ville voisine d'Éragny (Val-d'Oise). Très rapidement, le parquet antiterroriste s'est saisi des faits. 

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessus

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

EN DIRECT - Attentat de Conflans : une marche blanche pour Samuel Paty

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent