EN DIRECT - Attentat de Strasbourg : un proche de Cherif Chekatt mis en examen

Police
TERRORISME - Alors que les gardes à vue de quatre membres de la famille de Cherif Chekatt ont été levées ce week-end, un proche de l'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg a été mis en examen, lundi 17 décembre au soir. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la fourniture de l'arme utilisée lors de l'attaque, qui a fait 5 morts. Les dernières informations en direct.
Live

CE QU'IL FAUT RETENIR


Cherif Chekatt a été abattu par la police

- L'auteur des coups de feu, Cherif Chekatt, 29 ans, fiché S et né à Strasbourg, a été neutralisé par la police, jeudi soir, dans le quartier du Neudorf, après 48h de traque. Alors qu'une brigade de police tentait de l'interpeller après l'avoir repéré, Cherif Chekatt a ouvert le feu sur trois fonctionnaires qui ont répliqué et l'ont abattu. 


- Le parquet de Paris a indiqué que la dépouille de Cherif Chekatt a été formellement identifiée. 


>> Le récit de la traque jusqu'à sa neutralisation


La revendication

- Daech a revendiqué jeudi soir l'attentat de Strasbourg. Néanmoins, cette appartenance de Cherif Chekatt à l'organisation terroriste devra encore être confirmée par l'enquête. 


>> Quel crédit apporter à celle-ci ? 


Le terroriste 

-  Cherif Chekatt est l'auteur présumé d'une fusillade qui a eu lieu mardi 11 décembre un peu avant 20h dans le centre historique de Strasbourg à proximité du marché de Noël. Il devait être interpellé le matin même dans une affaire de tentative d'homicide et extorsion. Il n'était pas à son domicile. Il avait fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne, pour des faits de droit commun. 


>> Le parcours sanglant de Cherif Chekatt


Le bilan 

- Le bilan s'est alourdi dimanche après le décès d'une cinquième victime. Onze autres personnes ont été blessées, certaines étant toujours dans un état grave. 


L'enquête 

- La section anti-terroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'affaire dès mardi soir et a ouvert une enquête pour "assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Six personnes qui avaient été placées en garde à vue après l'attentat, parmi lesquelles les parents de l'assaillant et deux de ses frères, ont été libérées au cours du week-end "en l'absence d'éléments incriminants".  Un complice présumé de Cherif Chekatt a été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "acquisition, détention et cession d'armes de catégorie B par au moins deux personnes en relations avec une entreprise terroriste".

Urgent

ENQUÊTE

Un proche de Cherif Chekatt a été mis en examen, lundi soir, a appris l'AFP de source judiciaire. Agé de 37 ans, cet homme est soupçonné d'avoir fourni le terroriste de Strasbourg en armes. Il a été inculpé des chefs d'"association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "acquisition, détention et cession d'armes de catégorie B par au moins deux personnes en relations avec une entreprise terroriste".

ENQUÊTE


Deux individus ont été interpellés et placés en garde à vue ce lundi. Ils sont  soupçonnés d'être liés à la fourniture du revolver. 

ENQUÊTE


Selon nos informations,  un proche du tueur va être présenté à un juge d'instruction. Toujours en garde à vue, il a été déféré au parquet de Paris en vue de sa présentation à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire ouverte aujourd'hui, notamment des chefs d'assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste. Son placement en détention provisoire a été requis, selon le parquet de Paris. L'homme est soupçonné d'avoir joué un rôle dans la fourniture de l'arme à feu utilisée par Cherif Chekatt, selon une source proche de l'enquête.

TÉMOIGNAGE


Les parents du terroriste présumé se sont exprimés au micro de France 2 après leur sortie de garde à vue. 

"S’il avait parlé de ce projet-là, je l’aurais dénoncé à police", affirme le père de Cherif Chekatt

"S’il avait parlé de ce projet-là, je l’aurais dénoncé à police", affirme le père de Cherif Chekatt

ÉMOTION 


Quatre jours après l'attentat, le Racing club de Strasbourg a retrouvé le chemin des terrains ce samedi à Reims, où il s'est incliné 2-1. Un match lors duquel les joueurs alsaciens arboraient un maillot spécial, sur lequel était inscrit "Strasbourg mon amour". 


"Comme Strasbourg nous nous relèverons", a déclaré sur Twitter le défenseur strasbourgeois Pablo Martinez.

VIDÉO 


La fin de ces 48h de traque racontée par nos confrères de TF1.

Attentat de Strasbourg : la fin de 48 heures de traque

Attentat de Strasbourg : la fin de 48 heures de traque

EMMANUEL MACRON A STRASBOURG


Emmanuel Macron a rencontré pendant plus d'une demi-heure quelques membres des forces de l'ordre intervenus en première ligne pour tenter d'arrêter l'équipée meurtrière de Chérif Chekatt.


Parmi eux, les quatre soldats de l'opération Sentinelle qui avaient blessé Chérif Chekatt lors de l'attentat mardi soir. L'un d'eux a raconté comment une balle du tireur avait ricoché sur son fusil d'assaut. Il s'est également entretenu avec des policiers qui avaient échangé des tirs avec le jihadiste ainsi que celui qui l'a abattu jeudi soir. Emmanuel Macron les a félicités pour leur "courage" et leur "professionnalisme".

HOMMAGE 


L'hommage d'Emmanuel Macron aux victimes 

Urgent

PLAN VIGIPIRATE


Haussé à son niveau le plus haut, après l'attaque de Strasbourg, le plan Vigipirate a été ramené au niveau "Risque attentat", indique le Gouvernement.

EN DIRECT DE STRASBOURG


Emmanuel Macron salue les forces de l'ordre, une à une. Il rencontrera les familles des victimes, peu de temps après.

EN DIRECT DE STRASBOURG


Emmanuel Macron se recueille Place Kléber

Urgent

EN DIRECT DE STRASBOURG


Emmanuel Macron est arrivé à Strasbourg pour rencontrer les familles des victimes et remercier les forces de l'ordre. Le Président est actuellement Place Kléber, où il vient de déposer une rose blanche, devant le lieu de recueillement des Strasbourgeois. 


La Marseillaise, entonnée par les forces de l'ordre et les personnels de secours réunis sur la place, résonne sur la place. Emmanuel Macron apparaît très ému. Il salue les policiers de la BST, un à un, les "remerciant pour [leur] travail remarquable". "Merci pour votre engagement, je sais que ces derniers jours, cela a été très dur", remercie Emmanuel Macron. 

Urgent

VICTIMES


Confirmant les informations de plusieurs médias transalpins, le ministère italien des Affaires étrangères indique à l'AFP que la quatrième personne décédée est Antonio Megalizzi, un journaliste de 28 ans. 

HOMMAGE 


Ce vendredi, l’entraîneur du RC Strasbourg Thierry Laurey, a déclaré en conférence de presse que son équipe allait "essayer de rendre la meilleure copie possible à Reims pour rendre hommage aux victimes". "Il faut que tout le monde reparte de l'avant. C'est très difficile j'en conviens, mais c'est la vie qui est comme ça", a-t-il ajouté avant un déplacement à Reims samedi en L1. Les joueurs du Racing évolueront samedi à Reims avec un maillot rendant hommage aux victimes de la tuerie, où on peut lire "Strasbourg mon amour".


"On s'imagine toujours qu'on aurait pu être là dans ces rues fréquentées par tout le monde, confie encore le coach. Il y a des gens qui n'ont pas eu de chance. Il faut que la vie reprenne petit à petit pour nous et pour les gens qui ont vécu ça". Jeudi, "l'arrêt de la cavale" du tueur "s'est produit à 200 mètres du stade": "Il est évident que tout a été fait pour que les garçons se sentent le plus rassurés possible et puissent donner le meilleur."

VIGILANCE ESCROQUERIE


La Préfecture du Bas-Rhin met en garde les strasbourgeois : "des personnes profitent de la situation pour escroquer des pièces d'identité et des numéros de carte bancaire sous prétexte de l'enquête en cours". 

Urgent

INTERVENTION D'EMMANUEL MACRON DEPUIS BRUXELLES


Le président de la République s'exprime à l'issue du Conseil Européen. "Il s'est tenu dans un contexte de l'attentat terroriste de Strasbourg. Je m'y rendrai après cette conférence de presse, sur les lieux. Je serai aux côtés des victimes et je remercierai les forces de l'ordre. Je veux remercier le Parlement européen pour le grand sang-froid qu'il a eu lors de cet attentat", a déclaré Emmanuel Macron. 


Il a également précisé qu'une législation très stricte serait adoptée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme sur les contenus en ligne, prenant en exemple, que les contenus en ligne faisant l'apologie du terrorisme seront retirés au bout d'une heure.

Info tf1/lci

Une quatrième victime de l'attentat de Strasbourg est décédée ce vendredi, indique le Parquet de Paris. La victime était en urgence absolue dans un état critique.

Urgent

UN QUATRIÈME DÉCÈS

Le parquet de Paris a annoncé le décès d'une quatrième personne ce vendredi après-midi

SOLIDARITÉ


Le Kelsch comme outil de solidarité, sur le marché de Noël de Strasbourg.

MARCHE DE NOEL


Christophe Castaner était présent pour la réouverture du Marché de Noël, ce vendredi matin.

TRAQUE 


Ce ne sont pas des policiers d'élite qui ont abattu Cherif Chekkat. Qui sont ces policiers de la BST ? 

Chérif Chekatt abattu par la BST : qui sont les agents qui se cachent derrière cet acronyme ?

Chérif Chekatt abattu par la BST : qui sont les agents qui se cachent derrière cet acronyme ?

HOMMAGE


Les Strasbourgeois joueront à Reims avec un maillot spécial en hommage à leur "ville meurtrie" et aux victimes de l'attentat de mardi.

 RADICALISATION


Quid de la radicalisation dans le Bas-Rhin ? Selon Le Parisien, il y a 224 personnes signalées et suivies par les services de police. Pour la seule ville de Strasbourg, le chiffre est de 110. A titre de "comparaison nationale, le nombre de signalements est de 15,6 pour 100 000 habitants au niveau national et de 13,2 pour 100 000 habitants pour le Bas-Rhin", a précisé la préfecture au quotidien.

Urgent

MACRON À STRASBOURG


Selon nos informations, le président de la République se rend ce vendredi en fin d'après-midi dans la capitale alsacienne endeuillée. "Le chef de l’Etat souhaite venir soutenir les familles des victimes et rendre hommage à leur proche décédé ou blessé", nous indique l'Elysée. "Il saluera également les forces de l’ordre particulièrement mobilisées depuis plusieurs jours."

RÉCAP'


Le procureur de la République a donné des détails notamment sur la traque et la manière dont les policiers avaient retrouvé le suspect.

VIDÉO - Attentat de Strasbourg : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du procureur

VIDÉO - Attentat de Strasbourg : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du procureur

DÉCRYPTAGE


Après l'attentat de mardi, LCI a interrogé Serge Garcet, chercheur au Centre d'Etude sur le Terrorisme et la Radicalisation.

Attentat de Strasbourg : comment passe-t-on de délinquant à terroriste ?

Attentat de Strasbourg : comment passe-t-on de délinquant à terroriste ?

CASTANER


Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, justifie la décision de la réouverture du marché de Noël. "Nous avons pris cette décision pour défendre l'honneur de Strasbourg et de la France", affirme-t-il.

CASTANER


En visite au marché de Noël de Strasbourg ce vendredi, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, dénonce "la revendication totalement opportuniste de Daech" au lendemain de la mort du tireur, qualifié de "soldat" par le groupe terroriste État islamique.

POINT PRESSE DU PROCUREUR


L'intégralité de la conférence de presse de Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, au lendemain de la mort de Cherif Chekatt.

MARCHÉ DE NOËL


Le lieu, emblématique de la capitale alsacienne, a rouvert ce matin.

Urgent

ENQUÊTE


Sept personnes sont toujours en garde à vue ce vendredi matin. Il s'agit de quatre membres de la famille de Cherif Chekatt et trois (dont deux nouvelles cette nuit) de l'entourage proche. Le point presse du procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, se referme.

MARCHÉ DE NOËL


Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, vient d'arriver au marché de Noël pour la réouverture. Il salue les forces de l'ordre.

ENQUÊTE


"L'enquête a été étendue hier soir pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique. L'enquête va se poursuivre sur d'éventuelles complicités", ajoute le magistrat parisien.

CONFRONTATION


"Ce quartier du Neudorf retenait toute l'attention des forces de l'ordre mobilisées. C'est une patrouille de police qui a repéré un individu dont le signalement pouvait correspondre à l'homme recherché. Il a alors fait mine d'entrer dans un immeuble, situé au numéro 74 de la rue de Lazaret", explique le procureur Rémy Heitz. Le terroriste a ouvert le feu sur les policiers. "Deux des trois policiers ont alors riposté."

APPEL À TÉMOINS


"De très nombreuse surveillances, des perquisitions ont été mis en place dès mardi. L'appel à témoin et le numéro 917 ont permis de recueillir 800 appels", indique le procureur parisien. 

Urgent

POINT PRESSE DU PROCUREUR DE PARIS


Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, commence sa conférence de presse avec un point sur le bilan humain : "Nous déplorons la mort de trois personnes, une quatrième victime est en état de mort cérébrale. Parmi les douze personnes blessées, une se trouve en urgence absolue et quatre autres sont hospitalisées."

MARCHÉ DE NOËL


Le père Noël est sur place avant la visite de Christophe Castaner. 

MARCHÉ DE NOËL


Une forte présence policière et militaire pour la réouverture du lieu.

MARCHÉ DE NOËL


Le marché de Noël de Strasbourg se prépare à rouvrir dans une heure.

GOUVERNEMENT


Sur Radio Classique ce vendredi 14 décembre, Florence Parly, la ministre des Armées, s'exprime au sujet de la polémique des fichés S. "C'est un fichier qui permet de suivre des personnes dont on pense qu'elles sont susceptibles de commettre des actes répréhensibles mais qui n'en n'ont pas commis", explique-t-elle. "Nous sommes en France, dans un pays de liberté dans lequel on ne peut pas (...) arrêter quelqu'un pour le seul motif qu'on pense qu'il va peut-être commettre quelque chose" et ce qu'il soit "étranger ou français".

STRASBOURG


Le tweet du premier adjoint au maire de Strasbourg ce vendredi.

ENQUÊTE


Au lendemain de la mort de Cherif Chekatt, le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, va s'exprimer depuis le tribunal de grande instance de Strasbourg. Il prendra la parole à 11h.

GOUVERNEMENT


Sur LCI, Stanislas Guerini, le délégué général de LaREM, estime qu'il "faut continuer à vivre" malgré la menace terroriste. "C'est à notre mode de vie que les terroristes s'attaquent, au sens de la fête. Il ne faut pas reculer, être fier de nos traditions", assure-t-il.

STRASBOURG


Au lendemain de la mort de Cherif Chekatt, abattu par les policiers dans le quartier de Neudorf, les traces sont encore visibles. 

CASTANER


Sur Europe 1 ce vendredi 14 décembre, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, ne milite pas pour un changement des réglementations actuelles sur les fichés S. "Ce sont des outils, pas des décisions judiciaires. C'est aussi bête que vouloir soigner une maladie en cassant le thermomètre", affirme-t-il chez nos confrères.

CASTANER


Sur Europe 1 ce vendredi 14 décembre, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, confirme que "le risque terroriste existe." "Depuis le 17 novembre, il n'y a pas une heure que je ne vis pas sans le risque terroriste. Je le dis constamment", appuie-t-il. "Même si Daech est diminué à l'international, le risque endogène existe en France."

CASTANER


Sur Europe 1 ce vendredi 14 décembre, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, indique que "l'enquête n'est pas close". "Rien n'indique que (Cherif Chekatt) était intégré dans un réseau ou qu'il a pu avoir des protections particulière dans ce cadre." Le ministre indique aussi que des opérations ont été menées dans le 7e arrondissement de Paris dans l’entourage du terroriste.

Une fusillade dans le centre-ville a fait au moins deux morts - une troisième victime se trouvant en état de mort cérébrale - et plusieurs blessés, dont certains grièvement, dans le secteur de la rue des Grandes arcades et de la place Kleber, selon la police.  Selon nos informations, l'assaillant blessé par des militaires de Sentinelle avant de prendre la fuite. Le tireur "identifié" et connu pour des faits de "droit commun", a affirmé Christophe Castaner. Ainsi que l'avait annoncé LCI dans un premier temps, le tireur est un jeune homme français, âgé de 29 ans et fiché S pour radicalisation. Un avis de recherche au nom de Cherif Chekatt a été diffusé par les forces de l'ordre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter