EN DIRECT - Explosion rue de Trévise : six immeubles menacés d'effondrement, trois autres inhabitables

Police
EXPLOSION - Les enquêteurs tentent de reconstituer le scénario de la très forte explosion survenue dans une boulangerie du 9e arrondissement de la capitale, qui a fait 4 morts et plus de 50 blessés. Si les enquêteurs ont désormais plusieurs certitudes, il reste de nombreuses zones d'ombre.

Comment expliquer la très violente explosion survenue samedi rue de Trévise à Paris ? Les enquêteurs tentent toujours de comprendre les causes de ce drame qui a fait quatre morts et fait trembler les immeubles de tout un quartier du IXe arrondissement. Plus de 50 personnes ont été blessées et 80 personnes cherchent des solutions de relogement, du fait de l'interdiction d'habitation qui frappe 9 immeubles, dont 6 risquent l'effondrement. La cellule d'information du public mise en place par la préfecture de police pour les victimes et leurs proches a reçu près de 1000 appels. 


L'hypothèse d'une explosion due au gaz est désormais certaine mais l'enquête ne fait que commencer. S'agit il d'une négligence ? D'un mauvais fonctionnement ? D'un défaut d'entretien ? De nombreuses zones d'ombre persistent toujours pour expliquer ce drame rarissime dans la capitale.   Suivez les dernières informations dans notre live ci dessous.  

 

Live

HOMMAGE

HOMMAGE

BROSSAT

La Fédération des assurances s'occupera d'indemniser les habitants jusqu'au 31 mars, mais les travaux prendront certainement plus de temps. Ian Brossat assure sur LCI : "La mairie s'occupera d'eux, soit à travers des hôtels, soit des logements sociaux. [...] Personne ne sera laissé sur le bord de la route, c'est bien le moins que la mairie puisse faire." 80 personnes sont concernées par cette situation, dont certains habitaient dans les trois hôtels concernés par le risque d'effondrement.

BROSSAT

"Il n'y a pas de risque immédiat", annonce Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la mairie de Paris, qui annonce des travaux de consolidation. "La prudence commande de ne pas retourner dans ces immeubles". Lesquels immeubles sont au nombre de neuf : six risquent effectivement l'effondrement, et trois autres le risqueraient également si les six premiers venaient à s'effondrer.

Urgent

DANGER


Six immeubles dans le centre de Paris sont menacés d'effondrement après la violente explosion survenue samedi matin, et trois autres sont également inhabitables jusqu'à nouvel ordre, selon un arrêté signé mercredi par la maire de Paris, et dont l'AFP a pris connaissance.


Le risque d'effondrement n'existe pas "à court terme", selon une source proche de la mairie, mais pour l'écarter, les six immeubles, dont celui où a lieu l'explosion, doivent subir d'"importants travaux". Trois autres sont inaccessibles, et enfin quatre bâtiments seront inoccupés le temps de réaliser des travaux moins conséquents.

RUE DE TRÉVISE


Le quartier est toujours bouclé deux jours après l'explosion rue de Trévise.

ZONE SINISTRÉE


La zone frappée par l'explosion est toujours inaccessible ce lundi et réservée pour les enquêteurs, techniciens et spécialistes ainsi que les architectes de la Ville de Paris qui doivent inspecter les structures des autres bâtiments.

CE QU'IL FAUT RETENIR


- BILAN - L'explosion qui s'est produite samedi 12 janvier vers 8h45 au 6 de la rue de Trévise a fait 4 morts, 2 pompiers, une touriste espagnole et une habitante de l'immeuble. Le bilan définitif fait par ailleurs état de 9 blessés graves et 45 blessés légers. Au total, 7 pompiers font partie des blessés dont 1 grièvement. Plus aucun pronostic vital n'est engagé. 


-ZONE D'OMBRE-  L'enquête a été confiée à la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ). L'explosion est due au gaz. C'est désormais une certitude. Mais ses causes sont encore incertaines et de nombreuses zones d'ombre persistent : négligence, mauvais fonctionnement, défaut d’entretien ? L’endroit précis de la fuite n’a pas encore été déterminé avec certitude. Autre zone d'ombre : où a eu lieu l'explosion ? L’endroit précis de la fuite n’a pas encore été déterminé avec certitude. Mais la zone de recherches se concentre au rez-de-chaussée et au sous-sol. Donc la piste d’une fuite aux étages supérieurs est désormais exclue.


- SINISTRÉS - La cellule d'information mise en place par la préfecture de police pour les victimes et leurs proches avait reçu 1000 appels lundi. La zone détruite est toujours  à l'exception des  techniciens et spécialistes et des architectes de la Ville de Paris qui doivent inspecter les structures des autres bâtiments.

NOUVEAU BILAN

58 victimes dont 4 sont décédées et . Plus aucun pronostic vital n'est engagé.

ACCES INTERDIT

Invité de France Info ce lundi matin, le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a indiqué que 12 bâtiments aux environs de la rue de Trévise restaient "totalement interdits" après que leur structure "a été fragilisée" par le souffle de l'explosion. "Aucun accès n'est possible" avant que des mesures de "travaux d'urgence, d'étaiement et de renforcement" soient appliquées. Le tout pourrait "prendre des mois pour  ceux qui sont les plus touchés", craint l'élu.

LES POMPIERS RENDENT HOMMAGES A LEURS CONFRÈRES MORTS DANS L'EXPLOSION

DES MOIS DE TRAVAUX

UNE QUATRIÈME VICTIME RETROUVÉE DANS LES DÉCOMBRES

CELLULE D'URGENCE


Le CHU d'Ile-de-France a annoncé sur Twitter ce dimanche que la cellule d'urgences médico-psychologique "sera à nouveau présente demain lundi 14 janvier de 10h à 19h" à la mairie du IXe arrondissement "pour les personnes concernées par l'explosion de la rue de Trévise".

EXPLICATIONS


Joint par l'AFP, le directeur exécutif de GRDF Christian Buffet a indiqué qu'il était "trop tôt pour identifier la cause de cet accident", qualifiant également cet accident d'"assez exceptionnel" par sa gravité et son ampleur.

SITUATION


Le point complet sur la situation au lendemain de l'explosion rue de Trévise.

HOMMAGE


Samedi, l'acteur français Pierre Niney, à l'affiche du film "Sauver ou Périr" dans lequel il campe le rôle d'un pompier gravement brûlé, a rendu hommage aux deux soldats du feu décédés dans l'explosion rue de Trévise.

RÉACTION


Ce dimanche, dans un communiqué de presse relayé sur Twitter, GRDF a réagi aux propos d'Alexandre Vesperini : "GRDF s’inscrit en faux quant à ces déclarations et tient à rappeler que le réseau de gaz parisien fait l'objet d'une surveillance permanente et d'un contrôle rigoureux."

"VÉTUSTÉ" DU RÉSEAU


"Les Parisiens et les Parisiennes ne sont pas forcément conscients de cette vétusté" du réseau gazier a estimé ce dimanche au micro de LCI, Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz. 


Et de détailler : "il se trouve qu'il a été constitué en grande partie à la fin du 19e et au debut du 20e siècle à une époque ou le gaz c'était très performant, très moderne mais ce réseau est confronté au vieillissement." 

DÉCRYPTAGE


Comment expliquer l'explosion très violente de la rue de Trévise samedi 12 janvier à Paris. Les faits, les victimes, les éléments de l'enquête... voici ce que l'on sait sur ce drame qui a fait 4 morts.

Explosion rue de Trévise à Paris : 4 morts, ce que l'on sait

Explosion rue de Trévise à Paris : 4 morts, ce que l'on sait

PRÉCISION


Si cela reste encore à confirmer, le corps de la personne retrouvée dans les décombres pourrait être celui de la jeune femme portée disparue et qui était toujours recherchée par les secours dimanche matin, a indiqué une source proche de l'enquête. Celle-ci "habitait un appartement situé au-dessus du point de l'explosion et (qui) pourrait se trouver sous les décombres", avait déclaré un peu plus tôt dans la matinée un porte-parole des pompiers. 

QUATRIÈME MORT


Selon le parquet de Paris, une quatrième personne est décédée des suites de l'explosion survenue samedi. Il pourrait s'agir d'une jeune femme, résidant dans le bâtiment principalement touché, qui était portée "manquante" depuis la catastrophe et sur laquelle les secours concentraient leurs recherches depuis lors.

POMPIER ENSEVELI


Le Général Moulin, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, a donné des nouvelles ce dimanche du pompier resté enseveli sous les décombres plus de deux heures hier. "Il va bien, il va beaucoup mieux", a-t-il déclaré, précisant que ce dernier est "conscient" et soulignant que "le contre-coup va être difficile pour lui évidemment".

SOLIDARITÉ


Les œuvres sociales des Pompiers de Paris ont lancé une collecte de dons en soutien aux familles du caporal-chef Simon Cartannaz et du sapeur de première classe Nathanaël Josselin.

POURSUITE DES OPÉRATIONS


"Une trentaine d'hommes et de spécialistes travaillent et œuvrent aux cotés de la ville de Paris", ce dimanche a précisé le Général Moulin, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, lors de sont point presse.  


Et de détailler : "la consolidation de bâtiments se fait au fur et à mesure grâce aux architectes de sécurité et charpentiers de la ville de Paris et à nos nombreux spécialistes sapeurs-pompiers de Paris, qu'ils soient spécialistes en reconnaissance sauvetage en milieu urbain, en intervention en milieu périlleux ou alors membres de l’équipe cynothechnique avec la présence des chiens."

DURÉE DES OPERATIONS


"Les opérations seront terminées à l'issue du déblaiement complet du bâtiment", a indiqué ce dimanche le Général Moulin, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, précisant que les opérations de sécurisation se poursuivraient encore au moins durant 48 heures "mais peut-être la semaine entière".

PERSONNE MANQUANTE


Une personne est toujours portée "manquante" ce dimanche. "Il nous manque vraisemblablement une personne qui serait sous les décombres, à l'heure où je vous parle",  a indiqué le Général Moulin, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, lors d'un point presse. 


Il s'agirait d'un habitant du "bâtiment principal" touché par l'explosion, a-t-il précisé, indiquant que les opérations de reconnaissance et de sécurisation se poursuivent. "Nous déblayons à la main dans des zones étayées sécurisées, pierre par pierre et les chiens continuent de chercher évidemment. 

POMPIERS "DANS LA DOULEUR"


"Nous sommes extrêmement peinés, nous avons perdu encore deux des nôtres", a expliqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus ce dimanche au micro de LCI. Et de poursuivre : "pour nous cette terrible devise 'sauver ou périr' a encore une fois eu du sens hier."

POLÉMIQUE


"L'heure est au recueillement, à l'accompagnement des victimes, l'heure n'est pas aux polémiques", s'est agacée ce dimanche au micro de LCI, Delphine Bürkli, maire LR du 9ème arrondissement de Paris, invitée à réagir aux mises en cause du réseau de gaz parisien, présenté comme vétuste.

NETTOYAGE


Dès samedi soir, des internautes décrivaient des services d'entretien de la Ville de Paris à l'oeuvre aux abords de la rue de Trévise où étaient amassés de nombreux débris.

AIDE AUX SINISTRES 


"Toutes les personnes qui avaient besoin d'être relogées l'ont été", a indiqué ce dimanche Delphine Bürkli, maire LR du 9ème arrondissement de Paris, évoquant un "élan de solidarité". Et de détailler :  "de très nombreux hôteliers nous ont spontanément proposé des nuitées"

SURVEILLANCE


"Jusqu'à tard dans la nuit, un dispositif de surveillance a été établi" pour notamment "vérifier que le feu ne reprenne pas", a expliqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus. "Suite à ces dispositifs de surveillance, nous poursuivront notre présence pour faire des rondes et consolider ces vérifications."

RÉSEAU DE GAZ 


Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, après l'explosion de la boulangerie du 9e arrondissement, affirme ce matin dans une interview au Parisien que "l'état du réseau de gaz est catastrophique", évoquant une "vétusté avancée".

RELOGEMENT


La Mairie de Paris a annoncé dans un communiqué samedi soir que : "tous les habitants ont trouvé une solution de relogement. 38 personnes nécessitant un hébergement d’urgence ont notamment été relogées par la municipalité dans des hôtels."

 

La mairie annonce aussi que douze immeubles dans la zone seront inaccessibles pour une durée de 48h au moins. 

VIDÉO

RÉCIT


Voici le récit dramatique de cette journée du 12 janvier rue de Trévise.

PORTRAIT


Elle figure parmi les trois personnes décédées dans l'explosion et avait trois enfants.

Explosion à Paris : qui est la touriste espagnole décédée rue de Trévise ?

Explosion à Paris : qui est la touriste espagnole décédée rue de Trévise ?

RISQUES


Le député de Paris Sylvain Maillard a annoncé que pas moins de 12 immeubles des rues Trévise, Montyon, Bergère et Sainte Cécile étaient inaccessibles.

MACRON


Le président de la République Emmanuel Macron a réagi à l'explosion survenue ce samedi matin dans une boulangerie de Paris. "Solidarité aux familles, proches et camarades des deux héros sapeurs-pompiers morts aujourd’hui. 

Pensées pour toutes les victimes de cette explosion" a tweeté le chef de l'Etat.

HOMMAGE


Les Sapeurs-Pompiers de l'Yonne ont rendu hommage aux deux pompiers morts dans l'explosion à Paris ce samedi. L’un des deux sapeurs-pompiers décédés, le Caporal Nathanaël Josselin, opérait pour eux depuis 2007.

PORTRAITS 


Présents sur les lieux pour une fuite de gaz, les deux jeunes pompiers ont sacrifié leur vie pour secourir les personnes présentes dans l'immeuble.

La cagnotte pour les deux pompiers tués dans l'explosion rue de Trévise dépasse 230.000 euros

La cagnotte pour les deux pompiers tués dans l'explosion rue de Trévise dépasse 230.000 euros

CELLULE


La préfecture de police vient d'annoncer l'activation d'une cellule d'information après la tragique explosion survenue dans une boulangerie parisienne. "Les proches des victimes et les personnes concernées par l’événement peuvent obtenir des renseignements au 0 805 200 450" a tweeté la préfecture.

RÉACTION


L'ancien ministre Patrick Kanner a eu une pensée pour les victimes de l'explosion rue de Trévise. "Je souhaite saluer l'action et le courage des sapeurs pompiers, dont deux ont dramatiquement perdu la vie" a notamment déclaré le sénateur du Nord.

ANNÉE NOIRE


Sept décès de soldats du feu sont notamment à déplorer sur la seule année 2018.

Explosion à Paris : le lourd tribut des sapeurs-pompiers après une année 2018 tragique

Explosion à Paris : le lourd tribut des sapeurs-pompiers  après une année 2018 tragique

ETAT DES BÂTIMENTS


"Certains bâtiments sont vraiment détériorés et pourraient s'écrouler à tout moment", a déclaré plus tôt dans l'après-midi le commandant Eric Moulin lors d'un point-presse.

CONDOLÉANCES


Via le compte Twitter du ministère de l'Intérieur et un communiqué, la ministre des Armées Florence Parly, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire Laurent Nunez ont adressé "leurs sincères condoléances" auprès des familles des deux pompiers décédés lors de l'explosion.

PRÉCISIONS


Selon l'AFP, la troisième personne décédée dans l'explosion, une Espagnole, était une touriste présente à Paris avec son mari. Elle "vient de mourir à l'hôpital" explique le ministère des Affaires Etrangères espagnol à l'agence de presse.

TROISIÈME VICTIME


Voici le tweet du ministère des Affaires Etrangères espagnol, Josep Borrell Fontelles, annonçant le décès de cette troisième victime.

Urgent

NOUVEAU BILAN


Selon le gouvernement espagnol, une Espagnole a été tuée dans l'explosion due au gaz à Paris.

Voici la photo du commerce avant l'explosion. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Explosion rue de Trévise à Paris

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter