EN DIRECT - Incendie mortel à Paris : la suspecte mise en examen et écrouée

Police
DRAME - Un incendie d'une rare violence a fait 10 morts rue Erlanger, dans le 16e arrondissement de Paris dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 février. C'est le feu le plus meurtrier dans la capitale en près de 14 ans. Une femme a été rapidement interpellée, mise en examen et écrouée. Elle pourrait avoir mis le feu intentionnellement. Elle avait fait l'objet de plusieurs internements en hôpitaux psychiatriques.
Live

PLACEMENT EN DÉTENTION


La suspecte de l'incendie, a été mise en examen vendredi dans la soirée et placée en détention provisoire. 

Au terme de sa garde à vue, cette dernière avait été présentée à un juge d'instruction puis mise en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "destruction par incendie de nature à créer un danger pour les personnes" et "destruction par incendie ayant entraîné la mort", a précisé le parquet de Paris. 

Urgent

PLACEMENT EN DÉTENTION


La suspecte de l'incendie, a été mise en examen vendredi dans la soirée et placée en détention provisoire. 

Au terme de sa garde à vue, cette dernière avait été présentée à un juge d'instruction puis mise en examen dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "destruction par incendie de nature à créer un danger pour les personnes" et "destruction par incendie ayant entraîné la mort", a précisé le parquet de Paris. 

FIN DE GARDE À VUE


La garde à vue de la suspecte de l'incendie vient de s'achever. La mise en cause sera présentée ce vendredi à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire qui sera ouverte des chefs de destruction par incendie de nature à créer un danger pour les personnes et destruction par incendie ayant entraîné la mort, indique le parquet de Paris.

VIDÉO


Ce jeudi, la suspecte a été à nouveau placée en garde à vue.

PAS D'HOSPITALISATION


La garde à vue de la quadragénaire avait été suspendue mardi après-midi afin de lui faire subir des examens psychiatriques. Cette garde à vue a repris. EAu cours de  la première partie de sa garde à vue, elle a nié avoir commis les faits.

Urgent

RETOUR EN GARDE À VUE


A l'issue de l'examen réalisé  à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, la principale suspecte mise en cause n'a pas été hospitalisée. Elle a été prise en charge par les enquêteurs du 1er DPJ et sa garde à vue va se poursuivre, indique à LCI le parquet de Paris.

BILAN


Les opérations de reconnaissance dans l'immeuble parisien ravagé par l'incendie ont pris fin, ont indiqué jeudi les pompiers, soulignant qu'aucun nouveau corps n'avait été découvert. "Les opérations pour la partie pompiers sont terminées. Le bilan sur place ne va plus évoluer", a déclaré à l'AFP une porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris.

ÉCLAIRAGE


Quelle est la législation anti-incendie dans les immeubles ?

Prévention des incendies : quelles normes dans les immeubles ?

Prévention des incendies : quelles normes dans les immeubles ?

CODE PÉNAL


Quand la médecine s'immisce dans la justice.

Incendie à Paris : ce qu’il faut savoir sur l’irresponsabilité pénale

Incendie à Paris : ce qu’il faut savoir sur l’irresponsabilité pénale

ENQUÊTE


La femme suspectée d’avoir déclenché l’incendie avait été internée à plusieurs reprises.

Incendie meurtrier : que sait-on de l’auteur présumé ?

Incendie meurtrier : que sait-on de l’auteur présumé ?

SÉCURITÉ


Pas de risque d'effondrement ni de reprise du feu. Les investigations vont pouvoir se poursuivre.

Incendie à Paris : l'immeuble de la rue Erlanger a été sécurisé

Incendie à Paris : l'immeuble de la rue Erlanger a été sécurisé

TERRIBLE


Un jour après avoir lancé un appel pour retrouver son fils de 26 ans, habitant de l'immeuble de la rue Erlanger, Patrick Jouclas a annoncé sa mort sur Facebook, CE mercredi 6 février. "Il a été retrouvé dans sa chambre, certainement que son habitude de jouer en ligne avec un casque sur les oreilles l’a empêché d’entendre les alarmes à temps...", a-t-il précisé.

RESCAPÉS


Les rescapés du drame ont été très marqués par cette nuit terrible.

CHOC


Au lendemain de ce terrible drame, le quartier est sous le choc.

IDENTIFICATION 


La justice a identifié six des dix personnes mortes dans l'incendie survenu dans la nuit de lundi à mardi à Paris, le plus meurtrier dans la capitale depuis près de 14 ans, a annoncé mercredi le procureur de la République de Paris.

CONFÉRENCE DU PROCUREUR


Rémy Heitz au sujet des antécédents psychiatriques de la suspecte : "Madame Essia B. a fait l'objet de 13 hospitalisations au sein de l'hôpital Sainte-Anne entre 2009 et 2019. La dernière, du 18 au 30 janvier 2019, a été levée pour décision médicale". Voilà pour les éléments communiqués par le Parquet de Paris ce mercredi.

CONFÉRENCE DU PROCUREUR


La suspecte, "Essia B. a été impliquée dans deux procédures en 2016, l'une pour la mise à feu de vêtements dans un magasin et l'autre pour une contravention de violence. Ces deux procédures ont fait l'objet de classement motivé par l'état mental de la mise en cause", explique Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris. 

CONFÉRENCE DE REMY HEITZ


Le procureur de la République de Paris revient sur le scénario de la nuit. Et confirme que la suspecte était en état d'ébriété. 

CONFÉRENCE DE REMY HEITZ


"Regarde-moi droit dans les yeux, toi qui aimes les flammes, ça va te faire tout drôle quand tout va exploser", a dit la suspecte à son voisin, sapeur-pompier de profession, qui avait appelé la police à la suite d'un différend. 

CONFÉRENCE DE REMY HEITZ


"Je ne suis pas en mesure de vous indiquer aujourd'hui s'il y a eu un seul ou plusieurs départs de feu", explique Rémy Heitz.

CONFÉRENCE DE REMY HEITZ


"A l'heure où je vous parle nous déplorons le décès de 10 personnes, 96 personnes blessées parmi lesquelles 8 sapeurs-pompiers, une personne est toujours en état d'urgence absolu", indique le procureur de la République de Paris 

CONFÉRENCE


Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, est attendu au Tribunal de Paris où il doit tenir une conférence de presse ce mercredi. 

ENQUÊTE

De nouveaux éléments permettent de préciser le profil de la suspecte. Elle est interpellée avec 0,52 g d'alcool par litre de sang et, alors que les policiers s'occupent d'elle, elle clame : "J'ai été cambriolée, ils m'ont prise pour une conne, je vais leur faire payer". 


Quelques temps avant l'incendie, entre minuit 10 et minuit 30, un témoin de la querelle de voisinage qui a précédé le drame, pressent ce qui va venir en appelant la police pour se plaindre du tapage nocturne : "Elle est complètement folle, un jour, il y aura un accident".

INTERVIEW

TEMOIGNAGE

"Je ne pense pas faire l'objet d'un traumatisme mais c'est quelque chose qui marque, c'est sûr. J'ai vu des gens mourir, des gens brûler... J'ai malheureusement vu un monsieur se défenestrer [...]. Une jeune fille dont le plafond commencer à lui fondre dessus."

TEMOIGNAGE

"Il y a une cellule de crise qui a été créée à la cellule du XVIe. On nous a proposé  des HLM, des chambres d'hôtel."

TEMOIGNAGE

"J'ai entendu une violente dispute, un peu avant l'alarme, avec des insultes, de la vaisselle cassée. [...] A titre personnel, je ne la connaissais pas. J'ai du la croiser parce que c'est une voisine. J'ai des nouvelles de tous les voisins que je connais, ils ont réussi à être sauvés."


"J'ai passé la nuit chez une voisine de l'immeuble, et je me suis réfugié chez mon amie, à Boulogne."

TEMOIGNAGE

Thomas, un des habitants de la rue Erlanger, est l'invité de LCI : "Je réalise ce qu'il s'est passé. On pense aux pompiers qui sont intervenus, ceux qui se sont blessés. J'habitais au 5e étage, je ne sais pas ce qu'il reste de l'appartement. On  a passé du temps entre les flammes en attendant les pompiers. Je ne dormais pas : j'ai entendu une alarme, des cris. Je me suis habillé, j'ai vu une fumée épaisse, noire, et j'ai décidé de rejoindre les voisins."

RECHERCHES

Les recherches vont reprendre, porte d'Auteuil, dans le même temps que le travail d'identification des victimes, dont les pompiers pensent que, au vu de l'âge moyen constaté chez les blessés, elles sont relativement jeunes.

DRAME


Retour en images sur une nuit d'horreur.

TÉMOIGNAGE


Sur LCI, le général Jean-Christophe Gallet, commandant de la brigade sapeurs-pompiers de Paris, raconte l'intervention qui a eu lieu la nuit dernière.


Tout d'abord, il a affirmé que les opérations de recherches se poursuivaient "dans les deux derniers étages de l'immeuble" pour retrouver d'éventuelles nouvelles victimes.


"C'était une intervention hors-normes car c'est un immeuble qui comprend plus d'une centaine d'appartement. C'était hors-normes parce que le feu s'est propagé très rapidement", a affirmé Monsieur Gallet.

TÉMOIGNAGE


Selon Jean-Christophe Gallet, commandant de la brigade sapeurs-pompiers de Paris, les victimes de ce drame sont assez jeunes.

HÉROS


Sans Fabrice, le bilan du terrible incendie aurait pu être beaucoup plus lourd...

Incendie meurtrier à Paris : un héros a sauvé la vie d'une dizaine de personnes

Incendie meurtrier à Paris : un héros a sauvé la vie d'une dizaine de personnes

HOMMAGE AUX VICTIMES

Urgent

ENQUÊTE 


A l'issue d'un examen médical et d'un examen de comportement, la personne placée en garde à vue ce matin a été admise à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP). Sa garde à vue a été levée, indique le Parquet. 

GARDE À VUE LEVÉE 


Placée en garde à vue dès ce matin, la principale suspecte dans l'incendie qui a fait 10 morts, a été admise à l'issue d'un examen médical et d'un examen de comportement à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP). Sa garde à vue a été levée, indique le Parquet à LCI.  

"TU VAS PÉRIR DANS LES FLAMMES"


Thomas se trouvait au 5ème étage de l'immeuble de la rue Erlanger touché par l'incendie probablement criminel. Le jeune homme de 22 ans raconte pour LCI ce qu'il a vécu et la dispute qu'il a entendue avant que les flammes ne ravagent les lieux. 


Une querelle aurait éclaté entre un jeune pompier et sa voisine, désormais en garde à vue. "On a tous entendu une dispute, avec de la vaisselle qui cassait, des choses assez violentes, qui a duré une bonne demi-heure." Le pompier aurait alors appelé le 17 avant de croiser sa voisine dans la cage d'escalier. "D’après ce que le monsieur m’a expliqué, la femme l’a menacé en disant : 'Tu es pompier donc tu vas périr dans les flammes'."  

SITUATION

"Six immeubles d'habitation et trois hôtels" ne peuvent pas être réoccupés pour le moment, indique le ministre Julien Denormandie lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale

TÉMOIGNAGE DE POMPIER


L'intervention des sapeurs-pompiers a été particulièrement "délicate", selon Valérian Fuet, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris, qui explique que les flammes s'étaient propagées sur "plusieurs niveaux" et que l'immeuble sur cour était difficile d'accès.


"Le pompier devait déployer son échelle, monter le long de la façade, et gravir étage par étage pour arriver jusqu'à la personne à sauver."

"LA PEUR DE MA VIE"


Fabrice est policier et habite dans l'immeuble du 17 de la rue Erlanger dans le XVIe arrondissement. Il nous raconte comment il a porté secours à ses voisins.

VIDÉO - "Ma priorité, sauver des vies" : un habitant de l'immeuble incendié à Paris raconte comment il est intervenu

VIDÉO - "Ma priorité, sauver des vies" : un habitant de l'immeuble incendié à Paris raconte comment il est intervenu

"J'AI PRÉFÉRÉ SAUVER DES GENS"


Témoignage de Fabrice, un policier habitant dans l'immeuble incendié. Il est intervenu pour sauver des vies au moment où les flammes ravageaient les lieux. 

VIDÉO - "Ma priorité, sauver des vies" : un habitant de l'immeuble incendié à Paris raconte comment il est intervenu

VIDÉO - "Ma priorité, sauver des vies" : un habitant de l'immeuble incendié à Paris raconte comment il est intervenu

LE PROFIL DE LA SUSPECTE


Une femme de 40 ans a été interpellée non loin de l'immeuble, suspectée d'avoir allumé l'incendie qui a fait au moins 10 morts cette nuit. Voici ce que l'on sait d'elle

Incendie mortel dans le 16e à Paris : la suspecte a passé 5 ans en hôpital psychiatrique

Incendie mortel dans le 16e à Paris : la suspecte a passé 5 ans en hôpital psychiatrique

TÉMOIGNAGE


Une habitante de la rue Erlanger raconte ce qu'elle a entendu.

10 MORTS


Le bilan, toujours provisoire, de l'incendie à Paris passe à 10 morts selon le parquet de Paris.

IVRE


La suspecte de l'incendie potentiellement criminel était complètement ivre au moment de son arrestation, peu après 1h, selon nos informations. Elle a été interpellée alors qu'elle mettait le feu à un carton dans une poubelle puis à un foulard enroulé autour d'un rétroviseur. 

MINUTE DE SILENCE


Le Conseil de Paris qui avait lieu ce matin s'est ouvert par une minute de silence. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a prévu de rendre hommage aux victimes à 14h45 à l'Assemblée nationale.

9 MORTS


Le bilan, toujours provisoire, de l'incendie à Paris passe à 9 morts selon les pompiers. 

EMMANUEL MACRON


Le président de la République a rendu hommage aux victimes de l'incendie et a salué le travail des sapeur-pompiers dans un tweet.

CHRISTOPHE CASTANER


Arrivé dans le 16è arrondissement parisien, Christophe Castaner a tenu à saluer "l'immense mobilisation" des sapeurs-pompiers de Paris. Le ministre de l'Intérieur a expliqué comment, au fil de la nuit, les soldats du feu ont "sauvé plus de cinquante personnes dans des conditions vraiment exceptionnelles".

Un immeuble de huit étages a pris feu dans la nuit du 4 au 5 février vers 1h du matin, non loin de la porte d'Auteuil, à Paris.  Le bilan est terrible : 10 morts et 96 blessés. Une quadragénaire a été rapidement interpellée en état d'ébriété, peu après le départ de l'incendie. Elle a été mise en examen vendredi 8 février pour "destruction par incendie de nature à créer  un danger pour les personnes" et "destruction par incendie ayant entraîné la  mort". Elle aurait mis le feu intentionnellement en plusieurs points de l'immeuble. Elle a été placée en détention provisoire.


Cette quadragénaire a effectué treize séjours dans un établissement  psychiatrique parisien entre 2009 et 2019. Depuis le début de l'enquête, le profil et le suivi psychiatriques de la  suspecte sont au coeur des investigations. Elle devait être présentée à un juge vendredi 8 févrieren vue de sa mise en examen. 

Suivez l'évolution de la situation dans notre direct commenté.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Incendie mortel dans le 16e

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter