Fin de prise d'otages au Havre, le suspect interpellé

La prise d'otages qui était en cours depuis la fin d'après-midi ce jeudi au Havre (Seine-Maritime) a pris fin peu avant 23h avec l'interpellation du forcené par les policiers d'élite du Raid.
Police

EN DIRECT - La prise d'otages qui était en cours depuis la fin d'après-midi ce jeudi au Havre (Seine-Maritime) a pris fin peu avant 23h avec l'interpellation du forcené par les policiers d'élite du Raid, qui l'ont poussé à se rendre. Suivez les dernières informations.

Live

La prise d'otages vient de prendre fin avec l'interpellation du forcené par les policiers d'élite du Raid. La sixième et dernière personne qu'il retenait est saine et sauve. 

Le Havre : ce que l’on sait de la prise d’otages désormais terminée

Saluant "un heureux dénouement", Eric Dupond-Moretti adresse à son tour "un très grand bravo aux policiers du Raid pour leur professionnalisme et leur expertise". Le ministre de la Justice précise que "le parquet du Havre va désormais pouvoir enquêter et donner des suites judiciaires" à l'affaire.

Le Premier ministre, Jean Castex, a lui aussi salué "l’engagement du Raid et de l’ensemble de nos forces de sécurité et de secours" à l'issue de la prise d'otages. "Par leur sang-froid, leur courage et leur grand professionnalisme, nos policiers ont une fois encore fait honneur à leur uniforme, ce soir, au Havre."

Edouard Philippe a salué sur Twitter la fin de la prise d'otages, se disant "fier et reconnaissant". L'ancien Premier ministre, redevenu maire du Havre, adresse ses "félicitations et remerciements appuyés aux services de l’Etat, à la police nationale et aux policiers du Raid qui, encore une fois, ont fait un remarquable travail au service de nos concitoyens". 

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, confirme sur Twitter l'interpellation du forcené, soulignant que tous les otages sont "sains et saufs". 

La prise d'otages vient de prendre fin avec l'interpellation du forcené par les policiers d'élite du Raid. La sixième et dernière personne qu'il retenait est saine et sauve. 

Une cinquième personne a été libérée par le preneur d'otages peu après 22h. Une sixième, employée de la banque, reste, elle, retenue par le forcené alors que les négociations se poursuivent avec le Raid. 

Une autre personne a été relâchée par l'homme qui est retranché dans une agence bancaire de la Bred au Havre, nous indique-t-on peu après 21 heures. Il reste deux autres otages. 

Le négociateur du Raid est actuellement en contact avec le preneur d'otages dont les revendications demeurent toujours floues. Selon nos informations, le policier est avec la mère de cet homme de 34 ans et tente de le convaincre de libérer les personnes encore retenues dans cette agence bancaire du Havre. 

Chaque année, le Raid, l'unité d'élite de la Police nationale, intervient "entre 60 et 80 interventions sur des forcenés ou des preneurs d'otages", comme l'a expliqué sur LCI Jean-Michel Fauvergue, l'ancien patron du Raid et actuel député LaREM. 

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a indiqué qu'il suivait la situation "avec beaucoup d’attention, en étroit contact avec le Préfet et le Directeur général de la Police nationale".

L'homme, âgé de 34 ans, est connu des services de police pour des affaires de droit commun, et a également des antécédents psychiatriques. S'il tient des propos confus, l'individu qui se dit salafiste a expliqué "vouloir venger les enfants palestiniens".  L'auteur est également fiché au TAJ (Traitement d'antécédents judiciaires) pour enlèvement, séquestration et port d'arme.

Depuis 16H45, un homme entré dans une agence bancaire Bred-Banque Populaire du centre-ville du Havre détient plusieurs personnes en otage. D'abord au nombre de six, une personne est parvenue à s'échapper et deux autres ont été libérées depuis alors que le Raid est sur place.  

Un heureux dénouement. Alors qu'une prise d'otage était en cours depuis 16h30 dans une agence bancaire Bred-Banque Populaire située dans le centre-ville du Havre ce jeudi, les policiers du Raid, dépêchés sur place en renfort, ont obtenu la reddition du forcené. Âgé de 34 ans et connu pour des affaires de droit commun ainsi que son profil psychiatrique instable, cet homme aux propos confus disait notamment vouloir venger les enfants palestiniens. L'enquête devra permettre d'éclaircir ses motivations. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent