Enfants frappés par la foudre dans le Pas-de-Calais : l'état du jeune garçon gravement blessé évolue favorablement

Police
DirectLCI
FOUDROYÉS - Plusieurs jeunes garçons ont été frappés par la foudre ce mardi après-midi alors qu'il se trouvaient sur la pelouse du stade de la Scarpe à Saint-Nicolas-lez-Arras, dans le Pas-de-Calais. L'un des jeunes joueurs a été gravement blessé et dû être réanimé. Il a été transporté au CHR de Lille. Ce mercredi matin, son état évolue favorablement.

Un accident aussi rare que dramatique. Dans la commune de Saint-Nicolas-lez-Arras, plusieurs enfants ont été frappés par la foudre sur un terrain de football, mardi 4 juin, alors que 18 départements du nord de la France se trouvaient en alerte orange à cause des orages. Aux alentours de 18h30, la foudre s'est abattue sur la pelouse du stade de la Scarpe durant un entraînement des moins de 15 ans. 


"On a entendu un crac incroyable ! Comme une petite bombe", ont confié des voisins du stade de la Scarpe, à Saint-Nicolas-lez-Arras, à La Voix du Nord. Selon France 3 Hauts-de-France, sur la vingtaine d'enfants présents, trois jeunes garçons ont été durement touchés. L'un d'entre eux, âgé de 13 ans, a du être réanimé et se trouve dans un état "très préoccupant". 


Vingt-et-un enfants ont été dans un premier temps pris en charge à Arras, huit d'entre eux, ressentant des fourmillements ou encore des maux de tête, ont été transportés au CHR de Lille. Si leur état n'inspire plus d'inquiétude ce mercredi matin, selon La Voix du Nord, celui de Mattéo, dont le pronostic vital est toujours réservé, "évolue favorablement, mais la prudence reste de mise", écrit le quotidien qui explique qu'il a été placé dans un coma thérapeutique. 

Le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry et le maire de Saint-Nicolas Alain Cayet se sont rendus immédiatement sur les lieux. Selon Alain Cayet, l'arrivée de la foudre, très soudaine, a surpris tout le monde "comme un coup de canon". Au début de l'entraînement, "le temps était tout à fait normal, rien ne laissait présager qu'un coup de foudre d'une telle intensité pourrait s'abattre ainsi sur ces jeunes, il n'y avait ni vent particulier, ni pluie, ni tonnerre", a-t-il déclaré à l'AFP. 


Une cellule de soutien psychologique a été mise en place pour les jeunes footballeurs qui étaient à l’entraînement et leurs parents qui attendaient pour les reprendre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter