Enquête ouverte après la profanation de la stèle de l’ancienne synagogue de Strasbourg

Police
DirectLCI
ANTISÉMITISME - La stèle de l’ancienne synagogue des Halles, dans le nord-ouest de Strasbourg, a été vandalisée dans la nuit du vendredi au samedi. La police a ouvert une enquête afin d'identifier le ou les auteurs de la  dégradation, a précisé la préfecture.

Strasbourg encore une fois touchée par un  acte antisémite. Ce samedi 2 mars, au matin, des fonctionnaires de police ont découvert que la stèle de l’ancienne synagogue de Strasbourg avait été vandalisée. 

La stèle sortie de son support

Le monument - qui pèse 1,6 tonne - a été poussé hors de son support, probablement avec un pied de biche, selon des photos publiées sur les réseaux sociaux par le premier adjoint au maire, Alain Fontanel. Il s’est rendu sur place dans la matinée, accompagné du maire (PS) de la ville Roland Ries.

"Je le dis une nouvelle fois : ça suffit !"

"J’ai pris connaissance de la profanation de la stèle à l’emplacement de l’ancienne synagogue, a réagi Roland Ries dans un communiqué. "Je le dis une nouvelle fois : ça suffit ! Ce site en lui-même est une réponse aux auteurs de ces actes odieux car il symbolise à la fois les exactions et les horreurs du régime nazi et la force de résistance du peuple de France car il est aussi dédié à l’allée des justes. L’esprit de ceux qui se sont levés pour sauver les juifs de France dans des conditions terribles est encore là aujourd’hui et c’est celui qui soit nous habiter. Je me suis immédiatement rendu sur place pour constater les dégâts et pour condamner cet acte inacceptable qui vise toute la communauté nationale car les Justes sont l’honneur de la France."


La Sénatrice du Bas-Rhin, Fabienne Keller, a elle aussi exprimé sa colère, décrivant sur Twitter un acte qu'elle juge "ignoble et insupportable". " Les responsables doivent être retrouvés et punis au plus vite. Ça suffit !"

Pour Thierry Roos, porte-parole du Consistoire israélite du Bas-Rhin cité par le journal local, il n'y a "aucun doute c'est un acte intentionnel". "On a voulu effacer le souvenir de la synagogue du quai Kleber en la détruisant deux fois." Comme relevé par l'adjoint au maire, ce lieu de culte avait effectivement été pillé et incendié en 1940 par des jeunesses hitlériennes. 


C'est aussi la deuxième fois en quelques semaines que des monuments strasbourgeois sont profanés. 

Vidéosurveillance et témoignages

En vidéo

Antisémitisme : des dizaines de tombes d'un cimetière juif profanées en Alsace

 La police a ouvert une enquête afin d'identifier le ou les auteurs de la  dégradation, a précisé la préfecture.  "L'enquête explore toutes les pistes -vidéosurveillance et témoignages-  afin de déterminer l'origine intentionnelle ou accidentelle de l'événement",  ainsi que son caractère antisémite, selon une source proche du dossier.


Le 19 février, 96 tombes sur les 245 que compte le cimetière juif de Quatzenheim, au nord-ouest de Strasbourg, avaient été retrouvées recouvertes de croix gammées Le 11 décembre, jour de l'attentat djihadiste contre le marché de Noël de  Strasbourg, un autre cimetière juif avait été découvert profané à Herrlisheim,  au nord-est de Strasbourg: trente-sept stèles et le monument des martyrs de la  Shoah avaient été souillés de graffitis antisémites. Le 3 février, des "propos antisémites violents" avaient été proférés en  marge d'une manifestation des "gilets jaunes" à Strasbourg, selon la préfecture.

   Et en 2015, environ 300 tombes du cimetière juif de Sarre-Union avaient été  vandalisées. L'enquête avait mis en évidence un mobile antisémite et cinq  adolescents, qui avaient reconnu leur participation, avaient été condamnés en  2017 à des peines de huit à 18 mois de prison avec sursis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter