Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison

Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison
Police

ESPIONNAGE - La cour d'assises spéciale de Paris a condamné vendredi deux anciens des services secrets français pour avoir transmis des informations à la Chine.

C'est un procès rarissime. Et pour cause, il met en lumière les failles des services secrets français. Vendredi à Paris, deux ex-agents secrets français ont été jugés aux assises pour avoir trahi au profit de la Chine. Ces deux anciens espions ont été condamnés à Paris à 8 et 12 ans de prison.

Les deux hommes sont d'anciens agents de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service d'espionnage français. Ils se sont côtoyés au contre-espionnage. Ils étaient jugés pour "livraison d'information à une puissance étrangère", "atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation", "intelligence avec une puissance étrangère". 

Lire aussi

Pierre-Marie H., 69 ans, ancien fonctionnaire civil de défense qui a commencé sa carrière au début des années 1980 à la section en charge du contre-espionnage à la DGSE, comme le rapportait Challenges, a été condamné à 12 ans de détention criminelle. Le parquet général avait requis contre lui la peine maximale encourue, 15 ans. 

Henri M., 73 ans, un militaire de carrière qui a passé une partie de sa vie en Chine, a pour sa part été condamné à 8 ans d’emprisonnement, alors que le parquet général avait requis 10 ans d’emprisonnement contre lui. 

Enfin, l'épouse de Pierre-Marie H., qui comparaissait pour "recel de bien provenant d'intelligence avec une puissance étrangère de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation", a elle écopé de 4 ans d’emprisonnement dont 2 ans avec sursis. 

La cour d'assises, composée uniquement de magistrats professionnels, a prononcé à l’égard de tous les trois la peine complémentaire de privation de droits civiques pendant 10 ans. 

Un huis clos nécessaire

Le sujet est sensible puisqu'il s'agit-là d'une affaire de "pénétration par une puissance étrangère des renseignements français", a déclaré l'avocate générale lundi, avant de demander le huis clos. Une demande légitime pour le président pour qui il a paru "nécessaire non seulement de protéger les personnes amenées à témoigner et d’empêcher la divulgation d’informations touchant à la défense nationale".

En vidéo

Comment deux anciens agents ont-ils pu être retournés ?

Les anciens agents ont été mis en examen et placés en détention provisoire en décembre 2017, alors qu'ils étaient déjà à la retraite.

Il tombe amoureux de l'interprète chinoise

Vingt ans plus tôt, Henri M. avait été nommé représentant officiel de la DGSE à Pékin, où il a occupé le poste de deuxième secrétaire à l'ambassade. Mais il a été rappelé en France dès début 1998, après avoir entamé une liaison avec l'interprète chinoise de l'ambassadeur. Il a pris sa retraite quelques années plus tard puis est retourné en Chine en 2003, où il a épousé l'ex-interprète avec laquelle il s'est installé sur l’île de Hainan, dans le sud de la Chine.

Pierre-Marie H. quant à lui s'est fait arrêter à l'aéroport de Zurich avec de l'argent liquide après avoir rencontré un contact chinois sur une île de l'océan Indien. Lui n'a jamais été en poste à l'étranger. 

Comme l'a souligné lundi l'avocate générale, il s'agit d'un procès "rare par les qualifications, rare par la qualité des accusés, rare par la période de prévention". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent