Essonne : la vidéo "révoltante" d'un viol devient virale, deux suspects interpellés

Essonne : la vidéo "révoltante" d'un viol devient virale, deux suspects interpellés
Police

IMAGES RÉVOLTANTES - Interpellée par des signalements en masse de la vidéo du viol d’une jeune femme diffusée sur les réseaux sociaux ce vendredi soir, la Police nationale annonce ce samedi matin avoir arrêté deux individus.

Elle est décrite comme "révoltante" par Marlène Schiappa. Et de fait, les images de la vidéo du viol d'une jeune femme dans l'Essonne sont insoutenables. Diffusées d’abord sur Snapchat, ce vendredi 20 décembre, elles sont ensuite devenues virales, jusqu'à atterrir sur Twitter. C'est là que de très nombreux internautes ont signalé le contenu à la Police nationale, via la plateforme Pharos, permettant ainsi aux forces de l'ordre de rapidement identifier les auteurs et les interpeller ce samedi matin.

Lire aussi

Un acte sexuel "sous la contrainte et la menace"

La séquence dure un peu plus d'une minute. On y voit une jeune femme dont le visage, lorsqu'il n'est pas censuré, est déformé par la terreur, et parfaitement reconnaissable. Debout, elle se colle au mur, comme prise au piège, alors qu'un homme l'interpelle et l'insulte. "Tu cries, tu vas voir le revers que je vais te mettre". Il lui ordonne ensuite de "monter en haut" sans "cogiter", et la menace de l'arrivée d'autres personnes : "Là, on est que deux, mais il y a une équipe qui arrive, nous, on est les plus gentils." S'ensuit la vidéo, capturée plus tard et filmée par un autre individu dans ce qui apparaît comme une cage d'escalier, d'un "acte sexuel qui semble se produire sous la contrainte et la menace", comme l'ont écrit les forces de l’ordre.

Comme souvent, dans ce type d'affaires, c'est d'abord sur les réseaux sociaux qu'on a voulu faire justice. Des prénoms et des noms ont été diffusés, les comptes Facebook des deux hommes massivement partagés, et même les adresses. Mais au-delà de cette chasse à l'homme, de nombreuses personnes ont surtout signalé le contenu à la Police nationale, permettant aux forces de l'ordre de rapidement prendre connaissance des faits. "Nos enquêteurs #Pharos sont mobilisés pour identifier les auteurs de cet acte et de cette vidéo", pouvait-on ainsi lire vendredi à 22h, sur le compte Twitter de la Police nationale qui demandait également à ce que la vidéo ne soit pas relayée. 

Un bon réflexe salué par Marlène Schiappa. Sur Twitter, la secrétaire d'Etat à l’Égalité entres les femmes et les hommes a remercié ceux qui avaient sonné l'alerte et expliqué avoir demandé le retrait des images sur le réseau social. Ce samedi, la police annonçait également avoir interpellé deux suspects.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent