Essonne : les arbres plantés en hommage à Ilan Halimi profanés

Christophe Castaner s'est rendu ce lundi à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) où une stèle en hommage à Ilan Halimi a été dégradée.
Police

FAIT DIVERS - Deux arbres qui avaient été plantés le long de la voie ferrée à Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne en hommage à Ilan Halimi ont été profanés dans la nuit de dimanche à lundi. Cet événement intervient à deux jours des commémorations en hommage au jeune homme et à la veille de la remise du prix Ilan Halimi à Matignon.

Ce sont des agents municipaux qui, ce lundi matin, ont découvert les deux arbres profanés. "Un des deux arbres était coupé entièrement, l'autre l'était à moitié. La photo d'Ilan Halimi était encore là, mais elle a été retirée par les agents pour la préserver...", indique une source proche du dossier à LCI. 

Ces deux arbres, parmi lesquels un olivier, avaient été plantés pour l'un en 2006, pour l'autre en 2016, à l'endroit où Ilan Halimi, 23 ans,  avait été retrouvé agonisant, le 13 février 2006, le long d'une voie ferrée de Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne. Transporté à l'hôpital, le jeune homme était décédé des suites de ses blessures quelques heures plus tard. 

Lire aussi

Une plainte déposée

La ville de Sainte-Geneviève-des-Bois a porté plainte ce lundi et une enquête a été ouverte pour tenter de retrouver le ou les auteurs des faits. Ce triste événement intervient à la veille de la remise du prix Ilan Halimi à l'hôtel Matignon et deux jours avant la cérémonie en hommage au jeune homme dans l'Essonne. 

Mercredi en effet, comme chaque année depuis 2006, une cérémonie commémorative en hommage à Ilan Halimi doit se tenir à 10 heures pont de la Fouille à Sainte-Geneviève-des-Bois.

Christophe Castaner s'est rendu sur place ce ce lundi soir. Visiblement ému (voir la vidéo ci-dessus), le ministre de l'Intérieur a fustigé la hausse fulgurante (+74%) de l'antisémitisme en France en 2018. "L'antisémitisme continue à frapper les esprits. L'antisémitisme fait mal", a martelé le locataire de la place Beauvau, estimant que "c'est la République qu'on attaque" par ces actes. "Au nom du gouvernement, au nom de la France, nous pleurons ce soir la mémoire d'Ilan Halimi, comme nous l'avons pleurée il y a 14 ans." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter