Eure : des jeunes tentent de prendre d'assaut un commissariat, le syndicat Alliance dénonce un acte d'une "violence inouïe"

Police

FAIT-DIVERS - Le syndicat de police Alliance a dénoncé "la violence inouïe" d'une attaque contre le commissariat normand de Val-de-Reuil-Louviers commise, selon lui, par "une trentaine d'individus" dans la nuit de jeudi à vendredi. De son côté, la préfecture évoque "quelques vitres cassées".

La presse locale évoque plus d'une heure d’affrontements. Le commissariat de Val-de-Reuil-Louviers dans l'Eure a été pris pour cible par un groupe de jeunes dans la nuit de jeudi à vendredi, nécessitant le déploiement de renforts en urgence et le recours à des gaz lacrymogènes pour disperser les assaillants. 

"Dans la nuit du 27 au 28 juin 2019 jusqu'à 04h00 du matin, une trentaine d'individus ont tenté de prendre d'assaut le commissariat de police", détaille le syndicat Alliance dans un communiqué, dénonçant "la violence inouïe" de l'attaque. Le syndicat affirme que "les effectifs présents, peu nombreux et renforcés en urgence" ont dû repousser "des assauts d'individus cagoulés et masqués auteurs de nombreux tirs de mortiers et de caillassages". Un affrontement qui se serait échelonné près de deux heures durant, selon le site d’information Actu.fr .

Jets de projectiles

De son côté, la préfecture de l'Eure, interrogée par l'AFP, a indiqué que "des groupes de jeunes avaient commencé à lancer des projectiles sur la façade du commissariat de Val-de-Reuil et avaient été repoussés" par les forces de l'ordre. "Quelques vitres ont été cassées", a précisé la préfecture, alors que le syndicat parle également de véhicules "dégradés".

Une enquête de flagrance a été ouverte des chefs de "dégradations volontaires de biens d’utilité publique en réunion" et "violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique avec armes par destination", précise encore Le Figaro.Pour l’heure, la police travaille sur l’identification des assaillants, et aucun n'a été interpellé.

Lire et commenter