Les Lilas : un homme menaçant meurt après avoir reçu des coups de taser

Les Lilas : un homme menaçant meurt après avoir reçu des coups de taser

FAIT DIVERS - Un homme âgé de 36 ans qui marchait, ensanglanté, dans les rues des Lilas (Seine-Saint-Denis) jeudi est décédé après avoir reçu des coups de taser de la police. L'individu aurait proféré de menaces de mort avant d'être interpellé.

Il marchait dans les rues des Lilas (Seine-Saint-Denis) en criant "Allah Akbar", ensanglanté, en se frappant le visage avec une brique. Prévenue par des témoins en fin de matinée, la police municipale a d'abord tenté d'intervenir auprès de cet homme, âgé de 36 ans, en vain. 

Le trentenaire présenté comme "déséquilibré" et qui menaçait de "tuer tout le monde" s'est ensuite réfugié dans une boulangerie. Alertés par la police municipale, des fonctionnaires de police dépêchés sur les lieux sont alors intervenus et ont fait usage de leur pistolet à impulsion électrique à trois reprises pour l'interpeller, a indiqué une source proche de l'enquête, confirmant une information du Point. L'un des agents a été mordu, précise une source policière.

En arrêt cardio-respiratoire

L'auteur, en arrêt cardio-respiratoire, a été transporté vers un hôpital, où il est décédé quelques heures plus tard.

L'enquête pour tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique et menaces de mort réitérés a été confiée à la police judiciaire. L'IGPN, la police des polices n'a pas été saisie à ce stade.

Une autopsie prévue vendredi devra déterminer les causes du décès, non simultané aux tirs, a ajouté la source proche de l'enquête.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.