Prof poignardé à mort à Courbevoie : "obnubilé" par son renvoi de la fac, le suspect en voulait aussi à sa victime

Police
DirectLCI
MEURTRE - Un ancien étudiant a reconnu qu'il a "tué son enseignant de plusieurs coups de couteaux" mercredi 5 décembre, au pôle universitaire privé Léonard-de-Vinci à Courbevoie. Il a livré sa version des faits aux enquêteurs.

Interpellé mercredi pour le meurtre de son ancien professeur à Courbevoie (Hauts-de-Seine), le suspect, un ancien étudiant pakistanais a reconnu qu'il a "tué son enseignant de plusieurs coups de couteaux". "Très difficile à interroger" selon les enquêteurs, l'homme de 37 ans est apparu "totalement obnubilé pas son éviction de la fac".  La procureure de la République de Nanterre, Catherine Denis, a précisé jeudi que le suspect en voulait personnellement à sa victime. 

Un dessin "insultant pour le Prophète"

L'ancien étudiant du pôle universitaire Léonard de Vinci en voulait à son ancien professeur d'anglais, un Irlandais de 66 ans. Ce dernier aurait "fait un dessin qu'il aurait diffusé en cours en 2016", que le meurtrier présumé avait considéré comme "insultant pour le Prophète". Mais "rien ne permet d'accréditer sa version", car "personne ne se souvient d'un tel incident", a précisé la magistrate. 


Catherine Denis précise que l'homme, sans domicile fixe, n'est "connu d'aucun service de renseignement",  il ne présente pas "d'élément de radicalisation", mais il est plutôt quelqu'un de "très religieux, très pieux, très pratiquant".  Arrivé en France en 2016 avec un visa étudiant, il n'avait pas validé sa première année de management, entraînant son renvoi, qu'il contestait sans cesse en revenant dans l'établissement. 

23 plaies sur le corps de la victime

Une caméra de vidéosurveillance avait filmé le suspect le jour des faits. Il discutait calmement avec la victime, devant l'établissement avant qu'il ne l'attaque avec un couteau à viande dissimulé sur lui, le blessant mortellement. L'autopsie a révélé 23 plaies, dont cinq à la tête, trois au cou, six au thorax, et plusieurs "lésions de défense" au bras. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter