Saint-Denis : une femme enceinte retrouvée morte, son conjoint en garde à vue

Police

FAIT DIVERS - Une femme de 20 ans, enceinte de trois mois, a été retrouvée morte mercredi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Elle avait déposé une main courante la veille contre son conjoint, qui a été interpellé et placé en garde à vue. Mais la mort pourrait s'expliquer par une grossesse extra-utérine.

Un homme a été placé en garde à vue ce mercredi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) après que sa femme, enceinte de trois mois, a été retrouvée morte. Âgée de 20 ans, la jeune femme avait déposé la veille une main courante après des violences conjugales contre son conjoint âgé de 22 ans, d'après la mairie. Une information judiciaire a été ouverte pour violences volontaires par conjoint ayant entraîné la mort sans intention de la donner, a indiqué le parquet.

En garde à vue, son compagnon a reconnu l'avoir giflée mardi matin. Dans sa main courante, elle avait de son côté évoqué des "coups de poing", selon une source proche de l'enquête à l'AFP. Le médecin a relevé des traces de coups sur son visage, d'après cette même source. 

Mais selon les premières conclusions du légiste révélées par la presse, la jeune femme présentait une grossesse extra-utérine qui pourrait être à l'origine de son décès, les coups seuls ne pouvant expliquer sa mort.   

Lire aussi

C'est un voisin qui a prévenu les secours après avoir entendu des cris, a indiqué la mairie. D'après RMC, la victime a été découverte inconsciente par un voisin, portant des traces de coups. Elle a été ranimée par les secours avant d'être prise en charge à l'hôpital Delafontaine, où elle a succombé à ses blessures. Son bébé n'a pas survécu.

En vidéo

70 féminicides : "C'est inacceptable", déplore Nicole Belloubet

Dans un communiqué, le maire de la ville Laurent Russier (PCF) avait réagi : "À nouveau, le sexisme a tué", écrit-il. 

Chaque année, en France, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-conjoint.  En 2017, 125 personnes sont mortes victimes de la violence de leur partenaire ou de leur ex-partenaire, dont 109 femmes et 16 hommes, contre 138 en 2016 et 136 en 2015, selon les derniers chiffres communiqués par le gouvernement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter