Un corps, "s'apparentant" à celui d'Oliver, l'adolescent disparu en Seine-Saint-Denis, a été retrouvé

Le canal de l'Ourcq à Paris.
Police

ENQUÊTE - Un corps "s'apparentant" à celui d'Oliver, le jeune homme de 17 ans porté disparu depuis une semaine après une violente rixe sur les berges du canal de l'Ourcq à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), a été retrouvé jeudi.

Le corps d'Oliver, porté disparu depuis une semaine après une bagarre sur les berges du canal de l'Ourcq à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), a-t-il été retrouvé ? Le parquet de Bobigny a indiqué qu'un corps "s'apparentant" à celui de l'adolescent de 17 ans a été retrouvé jeudi après-midi. Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, "il y a peu de doute" sur l'identité de ce corps, qui "n'était pas dans le canal". Dans les jours précédents, les enquêteurs avaient sondé ce canal qui traverse le nord de Paris et la Seine-Saint-Denis.

Lire aussi

L'agression avait été filmée

Ce jeune homme, originaire de Sevran, avait été frappé dans la nuit du 6 au 7 novembre lors d'une violente rixe sur les berges du canal, pour un motif dont on ignore encore la cause. Des images de l'agression avaient été diffusées sur Snapchat, sur lesquelles on voit la victime le visage en sang, allongée sur le sol. On entend sur la vidéo une voix masculine lancer : "casse-toi, casse-toi dans l'eau", selon Le Parisien. 

Quatre interpellations

Quatre personnes ont déjà été interpellées dans cette affaire, dont deux se trouvaient encore en garde à vue jeudi, pour "tentative d'homicide en bande organisée, arrestation, séquestration ou détention arbitraire d'otages et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime". Le premier s'était présenté de lui-même à la police mardi, et le second a été interpellé mercredi alors qu'il rentrait de Thaïlande. Les deux autres suspects, âgés de 17 ans, ont été mis en examen lundi. L'un a été placé en détention provisoire et le deuxième libéré sous contrôle judiciaire.

Des appels à la vengeance ont circulé sur les réseaux sociaux depuis la disparition de l'adolescent, avant que sa mère n'appelle au calme dans les médias, implorant qu'on lui "rende" son fils "même s'il est mort".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter