Une femme voilée poignardée en pleine rue dans la Loire

Police

AGRESSION - A Sury-le-Comtal dans la Loire, une femme de 24 ans a été conduite à l’hôpital dans un état grave mercredi 11 septembre, après qu’un homme fortement alcoolisé lui a porté plusieurs coups de couteau en pleine rue. La victime, de confession musulmane, était avec ses enfants et son mari. L'agresseur a été interné en psychiatrie.

Mercredi 11 septembre à Sury-le-Comtal, dans la Loire, une mère de famille voilée a été poignardée en pleine rue, a-t-on appris jeudi auprès du parquet. Son agresseur, un homme très alcoolisé, a été depuis hospitalisé en psychiatrie. 

L'agression de la jeune femme s'est déroulée mercredi vers 18h30 sous les yeux de son conjoint et de leurs deux enfants, âgés de 4 et 2 ans, dans ce village du Forez de 6.500 habitants. Les coups de couteau ont occasionné une dizaine de plaies au niveau du cou, de la nuque, du dos et du thorax. Les jours de cette femme de 24 ans, transportée à l'hôpital dans un état grave par son époux, ne sont plus en danger. Le médecin-légiste qui l'a examinée a fixé son interruption totale de travail (ITT) provisoire à 15 jours et elle a pu regagner son domicile jeudi, selon le parquet de Saint-Étienne.

Épisodes dépressifs

"A l'arrivée des gendarmes, l'individu étant toujours menaçant avec son couteau, il a été nécessaire de l'immobiliser par un tir de pistolet à impulsion électrique", précise jeudi soir le procureur de la République à Saint-Étienne, David Charmatz. L'agresseur, conduit à l'hôpital, n'a pas pu être entendu "en raison d'un fort taux d'alcoolémie et parce que son état a été jugé incompatible avec la garde à vue car il relevait de soins psychiatriques urgents". L’attaque, d'une rare violence, "n'a pas a priori de connotation religieuse et le passage à l'acte de l'auteur reste totalement incompréhensible", a indiqué le procureur.

Habitant de Montbrison (Loire), âgé de 59 ans, il n'est pas connu de la justice mais il souffrirait régulièrement, selon son entourage, d'épisodes dépressifs. "Il n'a pas expliqué son geste, ni émis de menaces ou propos lors de la commission des faits qui pourraient éclairer son comportement", ajoute le chef du parquet stéphanois. Un peu plus tôt, le quinquagénaire s’en était aussi pris à deux hommes dans la rue sans raison apparente, sans les blesser. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter