Drogue et armes dans un clip : après Grenoble, une nouvelle affaire à Villeurbanne

Drogue et armes dans un clip : après Grenoble, une nouvelle affaire à Villeurbanne
Police

DÉJÀ-VU - Dix jours après l'affaire des vidéos de Grenoble, un adolescent a été interpellé jeudi à Villeurbanne, près de Lyon, après la diffusion d'un clip dans lequel il s'affichait armé et vantait le trafic de stupéfiants.

Les images suscitent la colère à Villeurbanne, commune limitrophe de Lyon. Dix jours après l'affaire des vidéos de Grenoble, un adolescent a été interpellé jeudi dans cette commune proche de Lyon, après la diffusion d'un clip dans lequel il s'affichait armé avec d'autres jeunes promouvant le trafic de stupéfiants, selon la police.

Publié en mai dernier, cette vidéo a été découverte par la municipalité via une pétition lancée samedi dernier par les riverains, et l'arrestation d'un adolescent identifié comme le rappeur au centre du clip. 

"Tonkin est devenu un lieu de règlement de compte armé"

Tourné dans le quartier du Tonkin, connu pour l'implantation des dealers, le clip le mettait en scène "porteur d'un pistolet semi-automatique" et "entouré de jeunes exhibant des armes et faisant l'apologie de la consommation de stupéfiants", indique la Direction départementale de la Sécurité publique dans un communiqué.

Sur Change.org, les habitants du Tonkin dénoncent une délinquance invivable, entre "les agressions sur personnes vulnérables" et "les trafics de tout genre", décrivent "les véhicules brûlés abandonnés qui servent de planques pour les stupéfiants", tout comme "les locaux techniques des logements sociaux". 

Lire aussi

Selon le texte de la pétition, "l’arrêt du tramway Tonkin est devenu un lieu de règlement de compte armé entre les bandes rivales de dealers". Les riverains assurent que "entre le 1er juin et 30 août de cette année, les habitants ont assisté à trois fusillades à rafales de Kalachnikov en direct". Le clip ne montre pas explicitement des images de violence envers des personnes, mais dans la première scène où il apparaît, le rappeur fait semblant de tirer dans la foule. Mis au courant de la situation, Gérald Darmanin a commandé des opérations dans le quartier. 

L'accusé nie tout trafic de drogue

Le jeune homme, âgé de 17 ans et déjà connu de la justice, a été interpellé ce jeudi. Il a été mis en cause car étant "porteur d'un pistolet semi-automatique" et "entouré de jeunes exhibant des armes et faisant l'apologie de la consommation de stupéfiants", indique la Direction départementale de la Sécurité publique. Il a été placé en garde à vue et présenté au parquet vendredi en vue d'une comparution immédiate. 

L'affaire fait écho à celle des vidéos tournées dans un quartier de Grenoble, montrant des hommes cagoulés et armés autour d'un point de deal, qui avaient provoqué la colère des autorités et déclenché une opération de police à la demande du ministre de l'Intérieur. L'accusé avait assuré que tout était factice. Dix jours après, l'adolescent arrêté à Villeurbanne nie lui aussi tout trafic de stupéfiants. Il a affirmé avoir utilisé un pistolet à billes ainsi qu'un jouet en forme de katana et avoir réalisé le clip "dans le but de faire un maximum de vues sur YouTube dans un but mercantile", précise la police.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent