Une femme filme et dénonce un homme en train de se masturber dans le TGV

Une femme filme et dénonce un homme en train de se masturber dans le TGV
Police

HARCÈLEMENT - La passagère d'un TGV Paris-La Rochelle a filmé et dénoncé samedi soir un homme en train de se masturber à côté d'elle. Elle a annoncé ce lundi qu'elle porterait plainte, tandis que la SNCF a affirmé regretter "ces conditions de voyage difficiles".

"Paris - Poitiers en TGV avec un mec qui change de place et s'assoit en face de moi, me regarde et qui se masturbe... y'a encore du boulot !" Samedi, Natacha Bras a filmé et dénoncé un homme qui se masturbe à proximité d'elle dans le train Paris-La Rochelle. Publiée sur Twitter, la vidéo a été partagée des centaines de fois depuis.

"Je l'ai vu mettre sa main dans son pantalon, au début je me suis dit qu'il se grattait peut-être mais ça a continué, et ce monsieur s'est masturbé devant moi pendant tout le trajet d'une heure et demie", a expliqué Natacha Bras, citée par France Bleu. Cette informaticienne de profession, également vice-président de "MoiAussiAmnésie", une association dédiée aux victimes de traumatisme après des violences sexuelles, a affirmé qu'elle porterait plainte ce lundi, "avec toutes les vidéos que j'ai filmées et qui sont plus ou moins explicites".

J'ai filmé car c'était peut-être mon seul moyen de défense- Natacha Bras

"Je ne savais pas quoi faire, le wagon était presque vide, je n'ai pas vu de personnel de bord jusque Poitiers, gare où est descendu l'homme qui s'est masturbé (...) je ne pensais pas que cela pouvait arriver dans un TGV", explique la femme originaire de Poitou-Charentes, précisant avoir été "sidérée" sur le moment. "J'ai filmé car c'était peut-être mon seul moyen de défense", poursuit-elle.

La SNCF a réagi à la publication de cette vidéo sur Twitter, affirmant "[regretter] ces conditions de voyage difficiles". "Si cela venait à se reproduire, n'hésitez pas à le signaler au Chef de Bord ou à joindre le service d'urgence SNCF au 3117 ou au 31 177 par SMS", a ajouté la compagnie ferroviaire.

"La réponse de la SNCF est que j'aurais dû appeler le numéro, mais je ne le connaissais pas, je pense qu'il est trop peu diffusé", a rétorqué la jeune femme, qui, comme le rappelle France 3, pourrait être poursuivie pour avoir filmé une personne sans son consentement puis avoir diffusé les images, un délit puni d'un an d'emprisonnement et de 45.000 € d'amende. Quant à l'homme, il pourrait être poursuivi pour exhibition sexuelle, un délit puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent