Maine-et-Loire : un homme bat sa femme à mort à coups de latte de lit et de matraque télescopique

Police

FÉMINICIDE - Un homme de 35 ans a été mis en examen vendredi pour coups mortels aggravés sur sa femme et écroué, a indiqué le procureur de la République d'Angers à un correspondant de l'AFP.

Les faits seraient survenus mardi soir ou dans la nuit de mardi à mercredi au domicile du couple à Saint-Michel-et-Chanveaux, au nord-ouest du Maine-et-Loire. Un homme de 35 ans, qui a reconnu avoir frappé son épouse "à l'aide d'une latte de lit et d'une matraque télescopique" a été mis en examen vendredi pour coups mortels aggravés et écroué, a indiqué le procureur de la République d'Angers à un correspondant de l'AFP. 

Au moment des faits, le fils unique de la famille, âgé de 10 ans, était présent dans la maison située dans ce village de 400 habitants, intégré à la commune nouvelle d'Ombrée d'Anjou. "La victime était couverte d'ecchymoses sur les jambes et les bras. Elle présentait aussi un doigt cassé", a précisé Yves Gambert, qui attend les résultats des examens plus approfondis après l'autopsie.

Mercredi matin, le suspect, sans emploi et inconnu de la justice, avait prévenu lui-même les secours après avoir, dit-il, retrouvé son épouse, âgée de 33 ans, inconsciente dans son lit au lendemain d'une violente dispute à l'issue de laquelle, toujours selon lui, chacun serait parti se coucher de son côté. "Il y a beaucoup de détails à recoller. Sur l'heure du décès, les analyses du médecin légiste ne s'accordent pas avec les déclarations de l'époux. Mais celui-ci s'exprime très peu. Il n'a pas précisé le mobile", a ajouté le procureur de la République d'Angers.

Selon les déclarations des proches, rapportées par le procureur, le couple avait connu de multiples ruptures. Il avait déménagé il y a seulement quelques mois de Loire-Atlantique pour s'installer dans le village où la victime poursuivait une activité de couturière à domicile. 

Sur le même sujet

Lire et commenter