Femme enceinte attaquée dans l'Aisne : les chasseurs jugent "impossible" que leurs chiens soient en cause

Femme morte tuée par des chiens : ce que l'on sait
Police

FAIT DIVERS - Depuis le décès d'Elisa P. mortellement mordue par des chiens samedi dernier en forêt de Retz dans l'Aisne, les chasseurs n'ont cessé de se défendre. Pour eux, il est impossible que leurs canidés s'en soient pris à cette femme enceinte âgée de 29 ans.

Ils étaient 21 à participer le 16 novembre dernier en forêt de Retz dans l'Aisne à cette chasse à courre encadrée par une quarantaine de chasseurs à pieds ou à cheval. Ces 21 chiens ont été emmenés samedi dernier, comme les 41 autres de leur chenil par un vétérinaire commis d'office pour que divers prélèvements, ADN notamment soient effectués. 

Ces canidés de race anglo-français de petite vénerie sont en effet au cœur de l'enquête ouverte après la mort d'Elisa P. , jeune Béarnaise âgée de 29 ans et enceinte de six mois, qui promenait un de ses American Staffordshire ce même jour au même endroit. C'est son compagnon qui, alerté par un coup de fil de la jeune femme, a retrouvé son corps sans vie, dans un ravin, entourés selon lui par des chiens. 

Pour les membres du Rallye de la passion qui organisait la partie de chasse, comme pour la société de Vènerie, il est "impossible", que leurs chiens aient attaqué et mortellement mordue la jeune femme. Selon eux, les anglo-français présents n'avaient ni trace de sang, ni blessure après cette chasse à courre. Le chevreuil d'ailleurs qu'il chassait n'a jamais été attrapé. 

Par ailleurs, la société de Vènerie insiste sur le fait que cette race de chien n'est "pas du tout agressive" avec les humains". Pour eux, l'événement tragique est dû soit à d'autres chiens présents en forêt ce jour, soit au propre chien de la victime qui présentait lui au moment de sa découverte et alors qu'il était encore en vie des blessures importantes à la tête. 

Lire aussi

Prélèvements sur 67 chiens

Dans un communiqué publié mercredi dernier, le procureur de la République de Soissons, Frédéric Trinh, avait indiqué que : "l’autopsie réalisée à l’institut médico-légal de Saint-Quentin a permis de déterminer que le décès s'était produit entre 13 heures et 13 heures 30 et avait pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu'à la tête, certaines morsures étant ante mortem et d'autres post mortem".  

En vidéo

Femme enceinte tuée par des chiens : son compagnon raconte

Une enquête de flagrance du chef d’homicide involontaire par agression de chien a été ouverte et confiée à la section de recherche de la gendarmerie d'Amiens.   Des prélèvements ont été effectués sur 67 chiens -62 du Rallye de la passion et cinq appartenant à Elisa P. et à son compagnon-. Les analyses génétiques et la comparaison des prélèvements auront notamment pour finalité d'identifier le ou les chiens mordeurs.  Les résultats devraient être connus dans les prochains jours. 

Mercredi soir, une information judiciaire a été ouverte ouverte aujourd'hui contre X du chef d'"homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter