Finale de la CAN entre l'Algérie et le Sénégal : 2500 policiers et gendarmes mobilisés à Paris pour assurer la sécurité

Police

SÉCURITÉ - Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a annoncé ce mercredi que le dispositif de sécurité dans la capitale à l'occasion de la finale de la CAN 2019 qui opposera l'Algérie au Sénégal vendredi soir serait le même que celui mis en place le 14 juillet. Quelque 2500 policiers et gendarmes seront mobilisés aux abords des Champs-Elysées, ainsi que 300 sapeurs-pompiers.

Il veut éviter les débordements connus le 11 juillet dernier. Pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), 650 policiers et gendarmes avaient été mobilisés pour assurer la sécurité dans les rues de Paris. Malgré la présence des forces de l'ordre, plusieurs incidents avaient éclaté dans la capitale, notamment des magasins qui avaient été pillés avenue de la Grande Armée. 

Trois jours plus tard, pour la demi-finale, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait réquisitionné quatre fois plus d'hommes et de femmes pour qu'il n'y ait aucun dérapage. 2500 policiers et gendarmes étaient ainsi en place dans les rues de capitale dimanche soir pour assurer la sécurité, alors que des milliers de personnes célébraient à la nuit tombée la victoire de l'Algérie, qui l'a emporté 2-1 face au Nigeria

Lire aussi

"Je mettrai en place le même dispositif dans la perspective de cette finale de la CAN. J'appelle vraiment tous les gens qui se réjouissent, et dont je comprends la joie puisque l'équipe qu'ils soutiennent gagne, à vraiment se comporter normalement. Il en va aussi de ce qu'ils veulent défendre, de l'image de l'équipe qu'ils veulent supporter", a insisté le préfet de police à l'occasion du conférence de presse. 

"Je crois que c'est vraiment important parce que malheureusement se créent des amalgames dans les commentaires publics sur ce que l'on supporte, qui l'on est et ce pourquoi on le fait. Pour moi, les gens qui viennent sur les Champs-Elysées et qui ont le droit de venir sont des citoyens joyeux, et je ne les qualifie d'aucune façon et de quelque façon que ce soit du moment qu'ils se tiennent bien". 

"Enormément de vidéo-verbalisations"

Concernant les soirées des quart et de demi-finale, le préfet de police a assuré qu'"énormément de vidéo-verbalisations" avaient été menées. "Ceux qui n'ont pas eu de comportements réguliers vont commencer à recevoir assez vite un certain nombre de contraventions", a-t-il assuré. 

"J'appelle vraiment à ce que ces comportements soient réguliers. Monter sur des voitures qui roulent, c'est dangereux et c'est pas très malin. Faire du wheeling avec son deux-roues au  milieu de la foule, c'est dangereux et pas très malin. Tout ça bien évidemment connaîtra des sanctions", a ajouté le préfet de police. "Nous n'intervenons pas dans ces cas-là dans la foule par que nous ne voulons pas provoquer des mouvements de foule pour les faire cesser mais il ne faut pas penser que tout cela se faire en toute impunité. La vidéo-verbalisation fonctionne très bien et les suites contraventionnelles seront apportées ainsi d'ailleurs que toutes les suites judiciaires s'il y avait des événements graves." 

Stations de métro fermées ce mercredi

Ce mercredi 17 juillet, à l'occasion du match pour la 3e place au cours duquel la Tunisie affronte le NIgeria, plusieurs stations de métro desservant les Champs-Elysées sont préventivement fermées. 

Des fermetures mises en place à la demande de la préfecture de police de Paris. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter