Finistère : la mère des deux enfants assassinés avait porté plainte contre leur père pour menaces de mort indirectes sur mineurs

Finistère : la mère des deux enfants assassinés avait porté plainte contre leur père pour menaces de mort indirectes sur mineurs
Police

FAIT DIVERS – Un père de famille et ses deux faux-jumeaux âgés de 11 ans ont été retrouvés morts jeudi devant le siège de l'association Don Bosco à Landerneau (Finistère). Dans une lettre, le père, contre lequel sa femme avait déjà porté plainte à deux reprises, explique son geste désespéré.

Au lendemain de la découverte des corps sans vie d'un père de famille et de ses deux enfants devant le siège de l'association Don Bosco qui intervient dans les services aux personnes handicapées notamment, des explications viennent d'être apportées à ce geste désespéré. Les gendarmes chargés des investigations ont en effet retrouvé au domicile de ce père de famille né en 1962 un mot dans lequel il donne les raisons qui ont motivé ce double assassinat suivi d'un suicide.  

"Dans cette lettre, il exprime sa rancœur à l’égard des services en charge de sa fille handicapée, tant pour ce qui concerne l’aide financière que l’accompagnement social, s’estimant défavorisé par rapport aux aides apportées à son ex-épouse, dont il est séparé depuis 2011 et divorcé depuis 2017, détaille le procureur de la République de Brest Jean-Philippe Récappé dans un communiqué. Il met également en cause le jugement de divorce qui ne lui accordait que des droits de visites et d’hébergement". 

Deux plaintes… classées sans suite

Le magistrat précise par ailleurs que l'épouse du défunt, dont elle était séparée depuis 2011, avait déposé plainte à deux reprises contre son conjoint. La première fois "le 25 septembre 2017, pour appels téléphoniques malveillants". 

La seconde, "le 25 juin 2019, pour des menaces de mort indirectes sur mineurs lors d’une réunion à l’institut médico-éducatif de Landerneau". "Ces 2 procédures ont été classées sans suite, les éléments recueillis ne permettaient pas de caractériser pénalement une infraction, ajoute le procureur. Saisi en la forme des référés par la mère des enfants, le juge aux affaires familiales de Brest avait, par décision avant dire droit du 31 octobre 2019, ordonné une enquête sociale et une mesure d’expertise médico-psychologique". 

Lire aussi

Asphyxié et égorgée

Concernant le décès de cet adulte et de ses faux-jumeaux, le procureur indique que l'homme de 57 ans s'est donné la mort par pendaison après avoir assassiné ses deux enfants. "Le jeune garçon a été asphyxié par strangulation et la fillette a été égorgée. Les enquêteurs ont découvert, à proximité de leurs corps, deux couteaux et une cordelette", ajoute-t-il. 

Le père de famille n'avait jamais été condamné dans le passé. "L’enquête se poursuit pour déterminer où et dans quelles conditions ce père de famille a ôté la vie de ses deux enfants avant de se suicider", conclut le magistrat.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent