Garde à vue levée et rappel à la loi pour la figure de l’ultra-gauche interpellée gare Montparnasse

Police
DirectLCI
ARRESTATION - Un homme, connu des services de renseignement français a été interpellé lundi à la gare Montparnasse avec, dans sa valise, une quinzaine de grenades lacrymogènes, assourdissantes et de désencerclement, ainsi que quatre munitions de LBD. Une grande partie d'entre elles n'étaient pas opérationnelles. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il était invité à une conférence sur les techniques et les tactiques du maintien de l’ordre en France. Sa garde à vue a été levée.

Lundi, un peu après 18h, un homme de 33 ans a été interpellé gare Montparnasse à Paris lors d'un banal contrôle policier. D’après nos informations, la garde à vue de cette figure lilloise de l’ultra-gauche au sein du commissariat du VIIe arrondissement de Paris a été levée ce mardi. Il écope d'un rappel à la loi. 


Connu des services de renseignement français, cet homme faisait l’objet au total de deux fiches "S" émises par la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) : l’une pour son appartenance à la "mouvance contestataire radicale" et sa capacité à commettre des actes de violences et de dégradations, une seconde pour être " leader de la mouvance anarcho-autonome lilloise" et "susceptible d’inciter ou de se livrer à des actes subversifs violents contre les institutions ou les forces de l’ordre". 

Une grande partie des munitions étaient inopérantes

Le suspect fait également l'objet d'une fiche "J", lui interdisant formellement de se rendre à Paris. 


Dans sa valise, les policiers parisiens de Brigade des réseaux ferrés ont découvert une quinzaine de grenades lacrymogènes, assourdissantes et de désencerclement, ainsi que quatre munitions de LBD (Lanceur de balles de défense). Cet homme a démenti toute envie d’en découdre. En garde-à-vue, il a expliqué aux enquêteurs qu’il était invité à une conférence sur les techniques et les tactiques du maintien de l’ordre en France. Des expertises sont toujours en cours. Selon nos informations, au moins deux d'entre elles (une munition de LBD et une grenade) étaient en état de fonctionner. Les autres étaient, en revanche, inopérantes. L'homme n'a pas expliqué comment il s’était procuré ces armes.


Son avocate a, elle, annoncé le dépôt d'une plainte contre X pour violation du secret de l'instruction.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter