"C’était sa vie" : le témoignage poignant des parents de Mélanie, gendarme tuée par un chauffard

"C’était sa vie" : le témoignage poignant des parents de Mélanie, gendarme tuée par un chauffard
Police

DRAME - Quatre jours après le drame, les parents et le frère de Mélanie Lemée, jeune gendarme tuée près d'Agen par un conducteur refusant d'obtempérer, témoignent pour TF1 et LCI.

Un destin tragique, et une famille profondément meurtrie. "C’était quelqu’un d’entier, qui mordait la vie à pleine dent", témoigne Christian Lemée, le père de Mélanie. Une personnalité forte, attachante, lumineuse, comme l'ont décrit ses collègues. Sportive accomplie, elle avait notamment représenté la France aux Mondiaux militaires de judo en 2016 en Suisse. "Elle était très généreuse, elle avait toujours le soucis des autres. Déjà petite, à l’école, il fallait toujours qu’elle aide ceux qui avaient des difficultés en classe", se souvient Danièle Letissier, la mère de Mélanie.

Mélanie Lemée avait été affectée cette année comme réserviste à la brigade de proximité d'Aiguillon, non loin de Port-Sainte-Marie. Le prolongement d’une carrière sportive interrompue à cause d’une blessure. "Nous ne pouvions pas lui interdire et la décourager (...) C’était pour elle une véritable passion", explique sa mère. "C’était sa vie, elle lui appartenait", complète son père. "Ça toujours été notre crainte de voir débarquer les gendarmes, parce qu’on savait ce que cela voulait dire", dit-il.

C’était une très grande gendarme, elle était prête à intervenir tout le temps- Marc Lemée, le frère de Mélanie.

Mélanie Lemée venait de réussir l'examen d'officier de police judiciaire. "C’était une très grande gendarme, elle était prête à intervenir tout le temps", reprend Marc Lemée, le frère de Mélanie. Jeudi, à l’état-major de la légion de gendarmerie de Nouvelle-Aquitaine, ce sont ses collègues qui lui rendront un dernier hommage. Elle est le deuxième gendarme décédé cette année dans l’exercice de ses fonctions.

Lire aussi

Le suspect, au casier judiciaire chargé pour des affaires de stupéfiants et de délit routier, a été mis en examen pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique", une infraction punissable de la réclusion criminelle à perpétuité. En garde à vue, il a expliqué avoir refusé de s'arrêter parce qu'il conduisait sans permis, sous l'emprise de stupéfiants, et qu'il venait de faire l'acquisition de cocaïne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent