Gers : un professeur d’histoire-géographie soupçonné d’agressions sexuelles sur des élèves de 5e

Police

FAIT DIVERS - Un professeur d'histoire-géographie d'un collège d'Auch (Gers) a été mis en examen mercredi 13 mars à l'issue de sa garde à vue et placé sous contrôle judiciaire pour agressions sexuelles sur mineures de moins de 15 ans. Au total, 14 de ses élèves ont porté plainte.

Ce sont des élèves de 5e du collège Carnot à Auch dans le Gers qui ont donné l'alerte. Mercredi 13 mars en fin de journée, à l'issue de sa garde à vue, un professeur d'histoire-géographie affecté à cet établissement depuis 2014 a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour d'agressions sexuelles sur mineures de moins de 15 ans. 

La procureure d'Auch a été saisie fin janvier par l'inspection académique qui lui a fait remonter les plaintes de 14 jeunes filles du collège. Les plaignantes faisaient notamment état de comportement inadapté de ce professeur âgé d'une soixantaine d'années, avec notamment, selon la procureur Charlotte Beluet, d'"une grande proximité physique et des caresses dans les cheveux, sur les bras, et pour certaines sur les seins".

Lire aussi

"Loin de toute exagération"

Au cours de l'enquête qui a suivi, les jeunes filles ont pu être entendues courant février au commissariat. "Leurs déclarations paraissent objectives, étayées, et loin de toute exagération", a déclaré la procureure d'Auch à l'AFP. Une information judiciaire est alors ouverte pour les chefs d'"agression sexuelle sur mineures de moins de 15 ans".

L'enseignant d'une soixantaine d'années, qui a toujours exercé ce métier, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire mardi soir, avec notamment une suspension de ses fonctions le temps de la procédure judiciaire, une obligation de soins et une interdiction d'exercer toute activité avec des mineurs.

"Nous ne substituons surtout pas à la justice : nous prenons nos dispositions pour préserver des victimes potentielles, autant que l’agent visé, dans le cadre de la présomption d’innocence. C’est pourquoi, tout aussi logiquement, nous avons rapidement procédé au signalement d’une situation préoccupante auprès du procureur. Pour le reste, nous restons évidemment dans une totale neutralité, et extrême prudence", insiste Mathieu Blugeon directeur des services de l’Education nationale (DASEN) interrogé par La Dépêche. Les investigations se poursuivent.

Lire et commenter