"Samedi prochain, nous ne croyons pas que ça ira mieux" : le scepticisme des policiers avant "l'acte 19" des Gilets jaunes

Police
COMMENT MAINTENIR L'ORDRE ? - Dans quelques jours, ils devront mettre en oeuvre les nouvelles consignes de fermeté réclamées par Edouard Philippe après le saccage des Champs-Elysées. Mais qu'en pensent les policiers ? Mercredi, plusieurs centaines d'entre eux se sont rassemblés sur les Champs-Elysées là où la plaque de leur collègue assassiné Xavier Jugelé a été dégradée.

Des centaines de policiers entourent la plaque commémorative dressée sur les Champs-Elysées en hommage à leur collègue, Xavier Jugelé, assassiné en avril 2017 par un terroriste. Graves,  émus, beaucoup déposent des fleurs puis se recueillent devant cette plaque dégradée samedi dernier lors de l'acte 18 des Gilets jaunes. Beaucoup devront travailler samedi prochain pour maintenir l'ordre dans Paris.


Comment abordent-ils le prochain week-end de manifestations des Gilets jaunes ? Et que pensent-ils des nouvelles mesures annoncées par Edouard Philippe contre les casseurs ? Parmi les policiers rassemblés, c'est le scepticisme qui domine très largement. "Les nouvelles têtes placées à la préfecture de police n’auront pas forcément le temps de prendre les décisions pour samedi, donc c’est la grande inconnue" reconnaît Fabrice Schweitzer, du syndicat Alliance police nationale. "Est-ce qu’on va nous rendre les munitions de lanceurs de balles de défense (LBD) qu’on avait avant et qui étaient efficaces ?" s’interroge-t-il, alors que selon le chef du gouvernement "des consignes inappropriées ont été passées pour réduire l’usage" des LBD (selon lui de la part de la préfecture de police). "En réalité, samedi prochain, nous ne croyons pas que ça ira mieux que samedi dernier" nous affirme également Linda Kebbab, déléguée nationale SGP-FO Police. "Le Premier ministre a annoncé des mesures nouvelles qui ne pourront pas toutes être appliquées samedi prochain" ajoute Philippe Capon, secrétaire général UNSA Police.

En vidéo

Plaque commémorative de Xavier Jugelé dégradée : les policiers s'indignent

"Samedi dernier, nous avons laissé faire"

Parmi les mesures annoncées par le Premier ministre Edouard Philippe : l’interdiction de manifester dans les quartiers "les plus touchés", notamment les Champs-Elysées. "On l’a déjà expérimenté par le passé, ça ne s’était pas bien passé puisque c’était le week-end où l’Arc de Triomphe avait été saccagé. Ce que nous demandons, à l’UNSA, c’est que la réactivité face aux casseurs puisse être beaucoup plus rapide. Samedi dernier nous avons laissé faire, nous avons attendu trop longtemps avant d’intervenir" déclare Philippe Capon. "On est sur des manifestations qui ne sont pas déclarées, qui ont été interdites et ont malgré tout eu lieu. On peut sanctuariser les Champs-Elysées, des personnes viendront entourer des forces de l’ordre. Les institutions républicaines sont réparties sur plusieurs arrondissements, si ce n’est pas l’Elysée ils iront à l’Assemblée nationale ou aux Grands magasins" complète Linda Kebbab.

"C’est toute la doctrine du maintien de l’ordre qui est à revoir"

Le Premier ministre a également promis de nouveaux moyens tels les drones ou des produits destinés à marquer physiquement les fauteurs de troubles. "Les peintures ça peut être efficace, les marqueurs chimiques ça peut être efficace, mais après la justice va en faire quoi ? Un manifestant marqué au marqueur chimique déjà il faut l’identifier et l’interpeller, monter une procédure, et après en ce qui concerne la justice on n’a pas de jurisprudence sur le maintien de l’ordre avec les marqueurs chimiques" prévient Philippe Capon. Linda Kebbab ajoute : "La peinture marquante ça aide mais ça ne sera pas effectif samedi. Or nous sommes dans une urgence. Cela fait plusieurs semaines que notre organisation parle des marqueurs, mais également d’une meilleure répartition des canons à eau, avec un réglage de ceux-ci pour qu'ils soient efficaces. Aujourd’hui, on est sur un réglage minimal qui n’est pas forcément dissuasif. C’est toute la doctrine du maintien de l’ordre qui est à revoir."

"Les seuls punching-balls émotionnels de ces personnes ce sont les policiers"

"Bien sûr que des choses sont positives, notamment la responsabilité financière des casseurs, mais est-ce que ça va effrayer les personnes avec des idéologies nauséabondes ? J’en doute. Certains vont trouver dans ces annonces des raisons supplémentaires de venir" nous assure Linda Kebbab, ajoutant : "Ces mesures gouvernementales sont en réalité du ressort de la justice et donc sauf à trouver un consensus entre les trois pouvoirs on sait très bien qu’on est dans des effets d’annonces politiques".


Selon cette dernière, "ce que nous voulons surtout ce sont des mesures sociales et politiques importantes et certainement pas qu’on envoie la police aller trouver une solution pour des gens qui sont dans une véritable souffrance sociale, ont le sentiment d’une démocratie qui est galvaudée et avec un système économique améliorable. Mais aujourd’hui, les seuls punching-balls émotionnels de ces personnes ce sont les policiers". Olivier Hourcau, secrétaire national d’Alliance, attend lui que le gouvernement accompagne ses annonces de mesures législatives. "Les policiers attendent des gestes, des signes forts, des sanctions exemplaires au niveau judiciaire" estime-t-il.

"Nous sommes borderline chaque fois, donc nous espérons qu’il n’y aura pas de drame"

Avec des consignes de fermeté plus strictes envers les manifestants, les policiers seront encore plus sous pression samedi. Avec la peur de la bavure ? "Tous les samedis nous évitons un drame, soit pour les forces de l’ordre, soit pour les habitants. Nous sommes borderline chaque fois, donc nous espérons qu’il n’y aura pas de drame" aspire Philippe Capon, d'UNSA Police. "La police parisienne ne se permettra pas de faire un écart. Elle est très bien encadrée, et avant que la bavure n'arrive, de l’eau coulera sous les ponts" pense Fabrice Schweitzer, d'Alliance police nationale. "Mais nous ne sommes jamais à l’abri, nous restons des êtres humains et nul n’est infaillible."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter