Blessure du Gilet jaune Jérôme Rodrigues : la piste du tir de LBD relancée par un rapport de police

Police

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

ENQUETE - Selon un rapport de police, un policier aurait reconnu avoir fait usage d'un LBD au moment où le Gilet jaune Jérôme Rodrigues a été blessé à l’œil, samedi dernier dans le quartier de Bastille, à Paris. La victime, contactée par LCI, demande au police "d'assumer jusqu'au bout".

L'enquête pour savoir ce qui est réellement arrivé à Jérôme Rodrigues avance. Ce Gilet jaune a-t-il été grièvement blessé à l'œil, touché par un tir de LBD ? L'hypothèse est relancée par des informations du journal Le Parisien. Le quotidien a consulté un rapport d'un policier en poste dans une compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) et adressé mardi à sa hiérarchie, dans lequel il a finalement reconnu s'être servi de son LBD au moment où Jérôme Rodrigues a été blessé. Sans pour autant qu'un lien entre le  tir et la blessure à l’œil du militant soit formellement établi. Son arme a-t-elle touché le Gilet jaune ?

Lire aussi

"Qu'il assume"

"Si le mec assume, qu'il assume jusqu'au bout", a réagi mercredi soir Jérôme Rodrigues, contacté par LCI au téléphone. "C'est une réalité, il m'a tiré dessus. J'ai été attaqué deux fois." La figure des Gilets jaunes répète sa version : "La grenade n'a servi qu'à disperser les gens autour de moi pour mieux m'atteindre. L'IGPN, quand il m'a interrogé, m'a confirmé qu'il y avait eu deux tirs".

En vidéo

Tir de LBD : "Si le mec assume qu'il assume jusqu'au bout", affirme Jérôme Rodrigues

"J'attendrai que l'IGPN rende son résultat", en outre réagi Philippe de Veulle, l'avocat de Jérôme Martines, sur LCI. "La version du ministère de l'Intérieur était complètement différente, nous l'avons réfutée. Nous considérons que c'est une blessure liée au LBD compte tenu de l'hématome"

En vidéo

"La version du ministère de l'Intérieur était complètement différente", affirme l'avocat de Jérôme Rodrigues à propos de la blessure de son client

Comme l'impose la procédure, ce tir présumé avait été préalablement signalé parmi les 18 utilisations de LBD recensées place de la Bastille samedi mais l'horaire renseigné n'était pas le bon. "Nous avons eu connaissance de ce rapport aujourd'hui (mercredi). Il a été immédiatement transmis à l'IGPN. Aucun élément contenu dans cette note ne permet d'affirmer ou d'infirmer l'une ou l'autre des thèses", a affirmé auprès de l'AFP le ministère de l'Intérieur, des déclarations confirmées à LCI.

"C'est à l'IGPN qui mène l'enquête sous l'autorité du parquet de Paris, qu'il appartient d'établir les faits. Le ministère de l'Intérieur communiquera  à l'IGPN l'ensemble des documents dont il aura connaissance", a poursuivi Beauvau. La veille, une vidéo dévoilée dans l'émission Quotidien sur TMC semblait bien confirmer l'usage d'un LBD.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter