Gilets jaunes : deux équipes de LCI agressées

Police
AGRESSION - Une équipe de LCI a été violemment agressée ce samedi à Rouen alors qu'elle couvrait le rassemblement de Gilets jaunes dans la ville normande. Un agent de protection a été blessé. Plusieurs plaintes ont été déposées. Le groupe TF1 condamne ces actes de violence avec la plus grande fermeté et a également porté plainte. A Paris, une autre journaliste de la chaîne a été prise a partie et jetée à terre. La société des journalistes de TF1 a dénoncé des "violences intolérables".

Une équipe de LCI composée de 2 journalistes et deux agents de protection a été violemment prise à partie ce samedi à Rouen par plusieurs agresseurs rassemblés à l'occasion d'une manifestation des Gilets jaunes. L'un des agents de sécurité a été roué de coups et blessé au visage. Soufrant d'une fracture du nez, il a été transporté à l'hôpital. La direction du groupe TF1 condamne ces actes de violence avec la plus grande fermeté. Les quatre membres de l'équipe ainsi que TF1 ont porté plainte.


Une autre équipe de LCI a également été prise à partie, mais à Paris cette fois. Une journaliste reporter d'images a été projetée à terre. Des manifestants ont tenté de lui dérober sa caméra. 

"Aucune colère, aucune revendication ne peuvent justifier qu’un journaliste soit blessé ou agressé parce qu'il fait son travailLa SDJ de TF1

La SDJ de TF1 a exprimé son soutien aux équipes "qui ont subi des violences intolérables". "Aucune colère, aucune revendication ne peuvent justifier qu’un journaliste soit blessé ou agressé parce qu'il fait son travail, déclare la SDJ de TF1 dans un communiqué.  "Dans un climat de défiance envers les médias, les reporters ne doivent pas être les défouloirs de manifestants irresponsables et haineux. La critique est nécessaire mais la violence est inexcusable."

Nombreuses autres agressions en France

D'autres agressions et intimidations de journalistes qui couvraient les rassemblements de Gilets jaunes ont été rapportées ce samedi par plusieurs médias. Toujours à Rouen, une journaliste d'une équipe de France 3 a subi une tentative d'agression physique et des intimidations, rapporte la chaîne régionale. A Pau, un journaliste pigiste a été pris à partie et frappé alors qu'il assurait un direct. A Bourges, une équipe de BFM a été menacée et n'a pu couvrir la manifestation, raccompagnée par des gilets jaunes chantant "la quenelle", chant antisémite popularisé par Dieudonné.

A Toulouse, une journaliste de la Dépêche du midi a été elle aussi prise à partie et menacée alors qu'elle se trouvait seule dans sa voiture. Elle a aussi reçu des menaces de viol. Ces faits surviennent après de nombreuses autres agressions d'équipes de journalistes dans plusieurs villes ces dernières semaines lors de rassemblements de Gilets jaunes.   

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter