Fourgon de police caillassé à Lyon : tout ce qu'il faut savoir

Police
AGRESSION - L'attaque d'un fourgon de police samedi à Lyon lors d'une manifestation des "gilets jaunes" a été filmée depuis le véhicule par un CRS. Elle a provoqué l'indignation du ministère de l'Intérieur pour qui la violence "n'est que d'un seul côté".

"On est pris à partie et on reçoit des pavés". La violente attaque d'un fourgon de police samedi à Lyon lors d'une manifestation des Gilets jaunes, filmée depuis le véhicule, a été largement relayée ce weekend sur les réseaux sociaux. Des images (voir ci-dessus) révélées par LCI qui témoignent de l'extrême tension de la scène. L'agression a notamment été condamnée par les autorités, en premier lieu par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. 

Que s'est-il passé ?

L'attaque s'est déroulée samedi, en marge d'une manifestation de Gilets jaunes. Cette dernière a bloqué pendant deux heures la circulation dans un sens sur l'autoroute A7, qui traverse la ville de Lyon. C'est alors qu'un véhicule de police, appartenant à la CRS autoroutière de Rhône-Alpes, s'est retrouvé bloqué dans les bouchons alors qu'il venait sécuriser les lieux. 


Rapidement, il est pris d'assaut. Sur la vidéo, on voit un manifestant vêtu de noir arriver en courant et sauter sur le capot. D'autres lancent des pierres, frappent la carrosserie. Certains assaillants portent un gilet jaune, d'autres non. La plupart ont le visage masqué. Des forces de l'ordre arrivent finalement pour protéger leurs collègues. La conductrice finit l'échappée en sanglots. "J'ai trop eu peur", l'entend-on souffler à la fin.

Quel est le bilan ?

Les deux brigadiers à bord, un homme et une femme, n'ont pas été blessés. Mais le bilan aurait pu être lourd. Sur LCI, le policier auteur de la vidéo s'est confié. "Oui, j'ai ressenti de la peur mais je savais qu'on était protégé par le fourgon et qu'on pouvait s'extirper tant bien que mal. Moi ça va, je peux gérer, avec mes nombreuses années d'expérience j'ai un recul sur la situation. Mais je n'avais jamais subi un tel défoulement", a-t-il concédé. 

En vidéo

TÉMOIGNAGE TF1/LCI : l'un des policiers caillassés à Lyon raconte l'agression

Si sa collègue "va bien" d'après lui, le brigadier souligne qu'"elle a été choquée". "Elle a repris le travail. Je lui ai dit que de toute façon il fallait sortir de là, c'est normal de pleurer."

Côté dégâts matériels, le fourgon caillassé a vu ses vitres quasi-intégralement détruites, sans compter le capot enfoncé par un manifestant ayant sauté dessus. 

Quelle réaction des autorités ?

Le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez, a estimé sur BFMTV que cette attaque était "emblématique du mouvement", dénonçant l'œuvre de "hordes sauvages" et saluant la réaction des deux policiers qui ont montré "un calme absolu du début à la fin malgré la violence". La veille, sur Twitter, il avait d'ores et déjà adressé son "indéfectible soutien à nos policiers lâchement agressés". 

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait dénoncé auparavant une "violence insupportable". "Demain (ces policiers) seront dans leur commissariat pour enregistrer la plainte d'une femme agressée ou sur le terrain pour porter secours à un commerçant braqué. Leur quotidien : nous protéger. Notre devoir : ne rien laisser passer. STOP !", a tweeté le ministre en soutien aux policiers.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour des "faits de violences avec arme et en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique", confiée à la Sûreté départementale, sans interpellation à ce stade.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter