Gilets Jaunes : la fille de la manifestante tuée compte porter plainte contre le gouvernement

Police
GILETS JAUNES - L'une des filles de Chantal Mazet, tuée lors de la manifestation des "gilets jaunes" en Savoie, samedi 17 novembre, entend porter plainte contre le gouvernement, dénonçant son implication indirecte dans le drame.

Elle a préféré garder son gilet jaune. Alexandrine Mazet a perdu sa mère en début de journée mais ne compte pas pour autant arrêter la mobilisation. Samedi 17 novembre, dans la matinée, Chantal Mazet est décédée à Pont-de-Beauvoisin en Savoie alors qu'elle manifestait avec les "gilets jaunes" de sa région. Sur un point de blocage, une automobiliste qui emmenait sa fille chez le médecin a percuté cette jeune retraitée de 63 ans, paniquée alors que des manifestants frappaient sur sa voiture. 


Sa fille, postée sur un rond-point à Cavaillon, dans le Vaucluse, s'est exprimée auprès de plusieurs médias. "J'ai appelé sur le portable de ma mère ce matin, je suis tombée sur le répondeur. J'ai rappelé 10 minutes après, c'était la gendarmette..." explique-t-elle à nos confrères du Dauphiné Libéré, qui les premiers ont retrouvé sa trace. Elle ajoute auprès de France Bleu Vaucluse : "C'était prévu qu'elle manifeste, on en a parlé encore hier au soir. Elle m'avait dit qu'elle ferait attention, qu'elle resterait passive sur le mouvement, qu'elle ferait acte de présence, et pas plus. Est-ce que les circonstances ont fait qu'elle s'est mise dans une situation compliquée ? Aujourd'hui je n'en sais rien."

Une petite retraitée tranquille

Auprès du Dauphiné, Alexandrine Mazet, dans l'incompréhension, poursuit : "Les voitures sont quasi à l'arrêt, comment c'est possible ? De toute façon, entre être là ou seule à la maison à regarder les infos, je préfère être là..." Selon le journal local, son frère et sa sœur, qui habitent en Savoie, ont fait le déplacement à la gendarmerie après l'annonce du drame. "C'était une petite retraitée tranquille, qui faisait son train train. Elle n'avait pas une trop mauvaise retraite mais voulait juste apporter son soutien" indique sa fille.


Aujourd'hui Alexandrine Mazet ne souhaite pas que la situation s'envenime. Elle appelle au calme et, selon le Dauphiné, "insiste sur le fait que la manifestation doit rester calme et l'ambiance bon enfant". Elle espère "qu'il n'y aura pas d'autre accident". Au micro de RTL, elle ajoute d'ailleurs : "Je veux vraiment que les gens ne se laissent pas submerger par la colère. Ça n'amène jamais rien de bon. Il faut vraiment que les 'gilets jaunes' comprennent que le mouvement est pacifiste." Pour autant, la jeune femme ne souhaite pas en rester là. Hier samedi, elle avait pour ambition de porter plainte contre le gouvernement, même si elle lui reconnaît une responsabilité "indirecte".  Car selon elle, si l'état du pays était différent, "il n'y aurait pas les gilets jaunes dehors et ma mère ne serait pas morte".  "Ce n'est pas la faute de l'Etat", a répliqué Christophe Castaner ce dimanche sur Europe 1, précisant que le rassemblement de Pont de Beauvoisin n'était "pas déclaré".  


Après cette nuit, le bilan du mouvement des "gilets jaunes" était revu à la hausse : un mort et 409 blessés. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter