Gilets jaunes : l'IGPN saisie après la blessure à l'œil d'un militaire en permission à Montpellier

Police

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

ENQUÊTE - Un militaire en permission a été blessé à l'œil, vraisemblablement par un tir de lanceur de balles de défense (LBD), en marge d'affrontements en casseurs et forces de l'ordre samedi. Une enquête a été ouverte et confiée à l'IGPN, la police des polices, pour faire toute la lumière sur cet incident.

La police des polices est saisie. Une enquête a été ouverte après la blessure, attribuée par plusieurs témoins à un tir de lanceur de balles de défense (LBD), d'un militaire en permission, en marge de heurts entre forces de l'ordre et casseurs samedi à Montpellier, lors de la nouvelle journée de mobilisation des Gilets jaunes, a indiqué lundi le parquet. 

"Nous avons ouvert une enquête pour violences volontaires confiée à l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) afin de déterminer comment cette blessure est survenue", a déclaré à l'AFP Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier. Une autre enquête confiée à l'IGPN a été ouverte concernant la blessure au front d'un jeune homme en marge de la manifestation de Gilets jaunes du samedi précédent, le 19 janvier, a-t-il indiqué. 

Lire aussi

Le militaire, âgé de 21 ans, qui ne participait ni à la manifestation de Gilets jaunes ni aux heurts qui ont suivi, a été blessé à l'os malaire, au niveau de l'œil. C'est à 22h30, alors que la manifestation était terminée et qu'une "déambulation de casseurs" était en cours dans le centre-ville de Montpellier, que "des fonctionnaires de la BAC ont essuyé des jets de bouteilles et ont utilisé leurs armes collectives de défense. Il y a eu du tir de 'flashball' à cette occasion", a indiqué ce lundi 28 janvier le préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, qui s'exprimait lors de ses traditionnels vœux à la presse.

Le militaire va porter plainte

Selon lui, trois tirs de LBD ont été enregistrés samedi à Montpellier, deux par la Brigade anti-criminalité (BAC) et un par la gendarmerie. "Un militaire en permission qui sortait d'un restaurant avec ses camarades a dit d'abord qu'il avait été blessé par une balle qui avait ricoché", a ajouté le préfet face à la presse. Le militaire qui a été hospitalisé, "va porter plainte, l'IGPN est saisie et donc il y aura une enquête qui permettra de restituer les faits dans leur vérité", a-t-il affirmé. 

En vidéo

Gilets jaunes : l'IGPN saisie après la blessure de Jérôme Rodrigues

Une autre enquête confiée à l'IGPN, la police des polices, a été ouverte concernant la blessure au front d'un jeune homme en marge de la manifestation de Gilets jaunes le 19 janvier, le samedi précédent la blessure à l’œil du militaire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter