Il a reconnu ne pas être âgé de 18 ans : qui est vraiment l'auteur présumé de l'attaque à Paris ?

Il a reconnu ne pas être âgé de 18 ans : qui est vraiment l'auteur présumé de l'attaque à Paris ?

INCERTITUDE - Après l'attaque au couteau perpétrée vendredi 25 septembre près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" à Paris, le principal suspect a été interpellé et a reconnu les faits. Il disait s'appeler Ali H. et être âgé de 18 ans, mais confronté à un document pakistanais retrouvé dans son téléphone, il a admis que c'était faux.

Le profil de l'assaillant présumé de la rue Nicolas Appert se précise. Des doutes demeuraient concernant l'identité du jeune homme qui a sérieusement blessé deux personnes près des anciens locaux de Charlie Hebdo vendredi 25 septembre dans le 11e arrondissement de la capitale. L'analyse de son matériel électronique, notamment de son téléphone portable, a toutefois permis d'en savoir plus. Et ce mardi lors d'une conférence de presse, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a confirmé qu'il ne s'appelait pas Ali H. et n'avait pas 18 ans comme il l'avait d'abord assuré.

Une source proche du dossier nous indiquait lundi que les enquêteurs avaient découvert, à l'intérieur de son téléphone portable, la photo d'une pièce d'identité lui appartenant et sur laquelle figurait un autre nom que celui donné initialement. Selon ce document, l'assaillant présumé serait bien pakistanais mais contrairement à ce qu'il a assuré, ne serait pas né en 2002 mais en 1995, et s'appellerait Zaheer Hassan Mahmoud. "Il a finalement reconnu qu'il s'agissait de sa véritable identité et qu'il était âgé de 25 ans", a déclaré ce mardi Jean-François Ricard, confirmant que le suspect "était totalement inconnu de l'ensemble des services derenseignement". Selon nos infromations, les autorités pakistanaises n'ont toutefois pas encore confirmé qu'il s'agissait de sa réelle identité.

Toute l'info sur

Attaque à l'arme blanche près de l'ex-siège de Charlie Hebdo à Paris

Lire aussi

En vidéo

Attaque à Paris : la conférence de presse du procureur anti-terroriste

"Son projet était d'entrer dans les locaux du journal"

Jean-François Ricard a par ailleurs précisé le parcours de cet homme : "Il a dit avoir quitté le Pakistan en mars 2018 et être arrivé en France en juillet après être passé par l'Iran, la Turquie et l'Italie. Il s'est présenté sous cette fausse identité (celle d'Ali H., 18 ans, ndlr) à l'Aide sociale à l'enfance du Val d'Oise, en tant que mineur non accompagné, et a été pris en charge. ( ) Il n'a aucun titre de séjour mais avait rendez-vous le jour des faits pour sa situation administrative". 

 Le procureur antiterroriste a également confirmé ce mardi que le suspect voulait bien s'en prendre à Charlie Hebdo puisqu'il avait "fait des recherches et ( ) identifié l'immeuble, rue Nicolas Appert, sans être informé que le journal l'avait quitté après les attentats de janvier 2015". L'assaillant présumé,  qui "le jour des faits" "a acheté un hachoir, un marteau et des bouteilles de white spirit", avait même selon lui pour projet "d'entrer dans les locaux du journal, éventuellement, si nécessaire, à l'aide du marteau, ou de les incendier, avec le white spirit. En arrivant dans la rue et en apercevant les victimes, il a pensé qu'elles travaillaient pour le journal et a choisi de les attaquer".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

Est-ce à moi de payer le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pass vaccinal : le Conseil constitutionnel rendra sa décision vendredi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.