Ils se font livrer pour 600.000 euros de smartphones sans les payer : trois hommes mis en examen

Ils se font livrer pour 600.000 euros de smartphones sans les payer : trois hommes mis en examen

Police
DirectLCI
ENQUÊTE - Trois hommes soupçonnés d’avoir commandé pour 600.000 euros de smartphones sans les avoir payés ont été interpellés et mis en examen cette semaine, en Île-de-France.

Trois trentenaires ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, a appris LCI vendredi 26 octobre. Ils sont soupçonnés d’avoir détourné les adresses e-mail et numéros de téléphone de plusieurs employés de deux entreprises françaises - dont le nom n’a pas été dévoilé - et d’avoir, à leurs noms, effectué des commandes de smartphones haut de gamme à une entreprise italienne de vente de produits multimédia. Les appareils ont été délivrés, mais le paiement jamais effectué. Le préjudice s'élève à plus de 600.000 euros. 


A deux reprises courant septembre, les escrocs présumés se font livrer la marchandise dans un entrepôt à Goussainville, dans le Val-d’Oise. Ne voyant pas son chèque arriver, la société italienne décide de porter plainte… D’autant plus qu’elle reçoit, fin septembre, une troisième commande de smartphones ! Valeur de celle-ci : 300.000 euros. La livraison est fixée au lundi 22 octobre à 11h. 

Une livraison surveillée par la BRI

Pour interpeller les auteurs en flagrant délit, les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Versailles, épaulée par les enquêteurs de la police judiciaire (PJ) de Cergy, mettent en place un dispositif de surveillance de l’entrepôt. Ils arrivent tôt et se positionnent de part et d’autre du bâtiment pour pouvoir observer sans être vus. Quand le camion de livraison arrive, les trois individus sont interpellés par les policiers. 


Après 48 heures de garde à vue, ils sont présentés à un juge et mis en examen. Les deux organisateurs de la fraude sont placés en détention provisoire. L’un était connu des services de police pour une escroquerie d’une ampleur bien moindre. Considéré comme complice, le troisième homme, un employé du hangar, est placé sous contrôle judiciaire.   

En vidéo

Attention, le nombre d'escroqueries bancaires explose

La société italienne n’a pu récupérer qu’une partie de sa marchandise, d’une valeur de 300.000 euros. L’enquête de la PJ de Cergy se poursuit afin de retrouver les filières de revente des smartphones. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter