Incendie dans le 11e arrondissement de Paris : que sait-on de ce drame qui a coûté la vie à trois personnes ?

Police

PARIS - Une enquête a été ouverte samedi après un incendie qui a fait trois morts et un blessé grave vers 5 heures du matin rue de Nemours, dans le 11e arrondissement. L'intervention des secours a été particulièrement complexe.

Le drame s'est joué dans un immeuble de six étages situé rue de Nemours, dans le 11e arrondissement de Paris, abritant un restaurant, un hammam ainsi que des logements d'habitations. Un incendie dont l'origine était inconnue samedi après-midi s'est déclaré vers 5 heures du matin, faisant trois morts, un blessé grave "en urgence absolue" et 27 blessés légers, dont un pompier. 

Le sinistre a nécessité l'intervention de 200 pompiers et d'une cinquantaine d'engins, parvenus dans la matinée à venir à bout du feu qui commençait à se propager dans deux cages d'escalier voisines. 

Lire aussi

Des victimes qui cherchaient à fuir les flammes

Plusieurs habitants ont utilisé un échafaudage reliant trois immeubles contigus pour quitter leur domicile. "Des personnes sont sorties par le toit et on grimpé sur l'échafaudage, a confirmé à LCI un témoin présent sur place, dont la grand-mère occupe l'un des immeubles avoisinants. "On a vu une énorme de colonne de fumée qui sortait. On a entendu crier, plein de bruit et on est sorti direct", a également témoigné auprès de l'AFP un riverain de la rue Oberkampf. "On a vu passer les gens évacués, qui étaient pieds nus, ils avaient l'air choqués, certains avaient du mal à respirer. Ils ont été pris en main rapidement."

Selon les premières constatations, les trois personnes décédées dans l'incendie avaient tenté elles aussi d'échapper aux fumées et aux flammes. Parmi elles, "une jeune femme", dont "on ne sait pas si elle s'est défenestrée ou si elle a essayé de passer par l'échafaudage", a indiqué la maire de Paris, Anne Hidalgo, présente sur place. Un jeune homme ainsi que la troisième victime auraient été pris au piège de la fumée et du feu en tentant également de sortir. "Toutes les personnes qui sont sorties saines et sauves sont restées confinées dans leurs appartements", a précisé Anne Hidalgo, relayant une constatation faite par les sapeurs-pompiers. 

En vidéo

Anne Hidalgo sur les lieux de l'incendie mortel dans le 11e

Des conditions d'intervention difficiles

Présents rapidement sur les lieux du sinistres, les secours ont dû procéder dans des conditions "complexes", selon leur propre témoignage. "L'intensité du feu était très importante", a indiqué à LCI le capitaine Florian Lointier, porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris. Ce dernier a décrit "des cheminements complexes", "des arcs électriques" et "énormément de fumée et de gaz chauds" qui ont compliqué l'action des sauveteurs. 

Anne Hidalgo a également décrit une intervention "complexe", dans un arrondissement "très dense, avec des immeubles faubouriens et en coeur d'îlot", difficiles d'accès depuis la rue. Les sapeurs-pompiers sont malgré tout parvenus à effectuer une quinzaine de sauvetages à l'aide d'échelles et d'échelles à crochets. 

35 personnes évacuées

Au total, selon nos informations, 35 personnes ont été évacuées du 5 et du 7, rue de Nemours, dont les 27 personnes légèrement blessées qui ont été conduites dans les hôpitaux parisiens. Ces personnes ont été prises en charge par les services de la Ville, qui a ouvert une cellule de crise à la mairie du 11e et activé un numéro d'urgence (0153271111) en vue du relogement et de la prise en charge psychologique de ces personnes. "Nous allons suivre ces situations individuellement", a indiqué Anne Hidalgo. La mairie du 11e arrondissement a accueilli certaines personnes "dans l'attente d'informations quant à leur possible réintégration ou, au moins visite, de leur appartement pour récupérer des affaires", a indiqué de son côté le maire de cet arrondissement, François Vauglin.

La mairie a précisé dans un communiqué que les sinistrés pouvaient également contacter le Centre d'action sociale de la ville de Paris (CASVP) de l'arrondissement, situé au 130, avenue Ledru-Rollin, à partir de lundi matin.

Une enquête ouverte

Le parquet a annoncé samedi matin l'ouverture d'une enquête, confiée à la 2e DPJ, pour déterminer les causes du drame. Celles-ci restait inconnues samedi en début de soirée et aucune piste n'était alors privilégiée, de l'accident à la négligence en passant par l'acte volontaire. Le laboratoire central de la préfecture de police de Paris était d'ores et déjà sur place, dans la matinée, pour procéder aux premières constatations et tenter de déterminer les origines du sinistre. En l'état actuel des choses, le laboratoire de la préfecture de police n'a guère pu entrer sur le site, qui nécessitait encore d'être sécurisé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter