Cinq, dix ou quarante ans : combien de temps la reconstruction de Notre-Dame pourrait-elle durer ?

Police

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

TRAVAUX - L'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris a réduit en cendres la toiture, l'ensemble de la charpente, une partie de la voûte et la flèche. Le chantier s'annonce colossal. Si Emmanuel Macron souhaite une reconstruction "d'ici cinq ans", les spécialistes du secteur tablent sur un délai beaucoup plus long.

"Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d'ici cinq années", a annoncé Emmanuel Macron mardi soir, au lendemain de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Un délai très ambitieux, tant les dégâts semblent considérables. Alors que chacun souhaite revoir ce symbole historique retrouver sa superbe le plus vite possible, la question de la durée des travaux fait débat. Et certains experts évoquent une voire plusieurs décennies.

Lire aussi

Des travaux de grande ampleur

"L'ensemble de la toiture est sinistrée, l'ensemble de la charpente est détruite, une partie de la voûte s'est effondrée, la flèche n'existe plus", a indiqué mardi matin Gabriel Plus, le porte-parole des pompiers de Paris. Si les deux beffrois, abritant les cloches, ont été sauvés, des doutes subsistent sur l'état de la structure. Une collecte nationale a été lancée par la Fondation du patrimoine pour la reconstruction du monument et les dons annoncés par certaines entreprises et milliardaires se montent déjà à plusieurs centaines de millions d'euros.

Comme Macron, Hidalgo vise 5 ans de travaux

Comme le président, la maire de Paris Anne Hidalgo vise un délai de cinq ans. "En 2024, Paris accueillera le monde à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques. Il nous faut tout faire pour que la cathédrale Notre-Dame ait retrouvé toute sa splendeur à cette occasion", a-t-elle affirmé.

L'ancien ministre de la Culture, Jack Lang, veut aller plus vite encore : "J'entends depuis hier qu'il faudra une décennie, c'est une plaisanterie ! Il faut se donner un délai court, comme on l'a fait dans le passé pour des chantiers d'exception", a-t-il déclaré à l'AFP, évoquant "non pas dix ans, quinze ans, mais trois ans".

Pour le nouveau président de la Conférence des évêques de France (CEF) Eric de Moulins-Beaufort, restaurer le bâtiment prendra des années. "On va être parti pour des années de travaux, ça va être une grande perte, une grande blessure. (...) La chute de la flèche a une portée symbolique considérable, elle représente un doigt tendu vers Dieu, un paratonnerre qui fait venir la Grâce de Dieu vers nous", a-t-il écrit dans un message publiée sur son compte Twitter.

Des experts moins optimistes

Peut-on imaginer Notre-Dame restaurée dès 2022 ? "Irréaliste", a réagi mardi Frédéric Létoffé, l'un des deux présidents du Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques (GMH). "Une restauration entre dix et quinze ans me semble raisonnable", argue-t-il, soulignant notamment que le chantier nécessitera la sécurisation du site, la mise en place d'une protection contre les intempéries et "un étalement des tâches" entre les différents corps de métiers, la reconstruction de la charpente ne pouvant intervenir qu'à la fin.

Pire, selon le directeur de la Fondation de l’Œuvre de Notre-Dame Eric Fischer, il faudra "des décennies" pour reconstruire l’édifice religieux. "Les dégâts vont être considérables. (…) Vu l'ampleur présumée des travaux, quasiment l'intégralité des corps de métiers devra intervenir. Il y aura évidemment des travaux sur la pierre, de charpente, de métallerie, les  installations techniques, comme l'électricité, l'éclairage, la couverture...", a-t-il indiqué à l’AFP alors qu’une enquête a été ouverte pour "destruction involontaire par incendie", a annoncé le parquet de Paris.

Lire et commenter