Incendie maîtrisé sur le site d'une usine classée Seveso à Douai, aucun risque de toxicité

Incendie maîtrisé sur le site d'une usine classée Seveso à Douai, aucun risque de toxicité
Police

FAIT DIVERS - L'explosion d'un camion citerne qui déchargeait son contenu a provoqué un incendie sur le site de l'usine Air Liquide France industrie, jeudi 30 juillet en fin d'après-midi, sans faire de blessés ni provoquer de danger pour les riverains selon la préfecture.

Près de 80 sapeurs-pompiers ont été mobilisés pour venir à bout du sinistre. Un incendie s'est déclaré jeudi 30 juillet vers 17h15 sur le site de l'usine Air Liquide France industrie classée Seveso à Douai. Selon le service d'incendie et de secours du Nord, "plusieurs explosions" ont été entendues. 

"C'est un camion citerne (...) qui déchargeait son contenu sur les quais de déchargement de l'entreprise. Ils étaient certainement en pleine manutention lorsqu'il y a eu une rupture sur une conduite reliant le camion et les cuves de l'entreprise", a expliqué un porte-parole des pompiers à l'AFP.

Les flammes maîtrisées en une heure par les pompiers

Deux camions stationnés à proximité étaient "directement menacés par l'incendie" à l'arrivée des pompiers. L'accès au site a été bloqué par la police pour permettre l'intervention des secours. Des vidéos diffusées vers 18h sur les réseaux sociaux montraient de la fumée noire s'échappant de l'enceinte de l'usine, installée dans une zone rurale à la périphérie de Douai. Mais cette même fumée n'était plus visible une heure plus tard, comme l'a constaté un photographe de l'AFP.

La préfecture assure que l'incendie est désormais maîtrisé. "Il n'a fait aucune victime et il n'y a aucun risque de toxicité", a-t-elle affirmé. "Il n'y a plus de risque pour les riverains et il semble que les dégâts matériels soient limités", a ajouté en début de soirée le maire de Douai Frédéric Chéreau. Un message plus rassurant que celui posté quelques heures plus tôt sur le réseaux sociaux, dans lequel il invitait les habitants "à ne pas sortir de chez eux jusqu'à nouvel ordre".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent