Grève du 5 décembre : les policiers ne pourront pas manifester avec leurs brassards

Grève du 5 décembre : les policiers ne pourront pas manifester avec leurs brassards
Police

Toute L'info sur

Les grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites

INFO LCI – Le directeur général de la police nationale a rappelé ce lundi matin les obligations pour les policiers qui souhaiteraient manifester jeudi, journée de mobilisation nationale.

Pas d’uniforme, pas de brassard, pas de gyrophares. Alors que les syndicats Unsa et Alliance ont appelé à une dernière sommation avant black-out pour jeudi avec des actions dans tous les commissariats, le directeur général de la police nationale a rappelé ce lundi matin dans un télégramme diffusé à tous les chefs de service les « règles déontologiques qui s’imposent aux policiers dans le cadre de l’exercice du droit de manifester en prévision de la journée d’action du 5 décembre ».

Dans le détail, la hiérarchie doit rappeler aux policiers qui auraient l’intention de manifester qu’il leur est interdit de le faire "sur le temps de service, en tenue d’uniforme, en portant le brassard ou encore en usant des moyens du service". Il leur est par ailleurs rappelé que le droit de manifester ne peut faire oublier le code de déontologie et ses principes relatifs aux "obligations de neutralité, du devoir de réserve, de loyauté à l’égard des institutions de la République". Les policiers devront aussi assurer le "libre accès du public aux services de police en charge de l’accueil et de plaintes".

Fermetures symboliques de commissariats

Le bras de fer s’est tendu entre le ministère de l’Intérieur et les organisations syndicales. Ce lundi matin, une centaine de CRS ont déposé casques et boucliers dans une action symbolique devant le cantonnement de Pondorly à Rungis."Les CRS assureront le maintien de l’ordre jeudi prochain, par obligation professionnelle. Mais si aucune réponse favorable ne nous est apportée d’ici là, ils sont déterminés à ne pas assurer leurs missions les jours suivants", prévient Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance.

Lire aussi

"Le gouvernement doit entendre la spécificité du métier de policier, sa dangerosité. Et cela doit se traduire dans la réforme des retraites", poursuit Philippe Capon, secrétaire général d’Unsa. Jeudi, les syndicats ont appelé les policiers à plusieurs actions de 10h à 15h : fermetures symboliques de commissariats, intervention uniquement sur appels d’urgence, contrôles renforcés dans les aéroports et aux péages autoroutiers. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter