INFO LCI - Lyon : l’étrangleur de prostituées interpellé par les policiers de la brigade des mœurs

Police

PRÉDATEUR - C’est une série de plusieurs faits inquiétants qui vient d’être arrêtée par les policiers lyonnais. Selon nos informations, ils ont interpellé jeudi un homme de 21 ans sur son lieu de travail au Corbas qu’ils soupçonnent de viol, d’agressions sexuelles et de violences sur des prostituées.

 C’est une série de plusieurs faits inquiétants qui vient d’être arrêtée par les policiers lyonnais. Selon nos informations, ils ont interpellé jeudi un homme de 21 ans sur son lieu de travail au Corbas qu’ils soupçonnent de viol, d’agressions sexuelles et de violences sur des prostituées. 

La série remonte à début mai. En fin de journée, les policiers reçoivent la plainte d’une prostituée du 7e arrondissement de Lyon qui vient d’être étranglée, jusqu’à perdre connaissance, par un client.

Le lendemain, dans le même quartier, une autre prostituée est retrouvée inconsciente dans son fourgon, un tendeur autour du cou. Grâce aux signalements de la victime, les policiers de la sûreté lyonnaise font le rapprochement avec la victime de la veille.

Une trace ADN grâce à un préservatif

Le 21 mai, dans le quartier Perrache, une nouvelle victime se voit imposer une relation sexuelle par un individu qui prend la fuite, non sans oublier un préservatif rempli de sperme. Les policiers ont désormais un ADN mais il ne matche pas dans la base. Le 3 juin, nouvelle plainte d’une prostituée étranglée par ce qui pourrait être ce même individu. 

Quatre jours plus tard, dans le même quartier, l’agresseur passe à nouveau à l’acte, cette fois-ci avec un couteau, faisant redouter aux enquêteurs un mode opératoire de plus en plus dangereux.

Le dernier fait recensé remonte au 10 juin dernier, une nouvelle victime affirme avoir été étranglée par un individu qui correspond en plusieurs points aux signalements précédents.

Large dispositif pour l’interpeller

L’enquête a connu une avancée fulgurante en début de semaine grâce à un « hit » de l’ADN prélevé dans le sperme retrouvé dans un préservatif. Les policiers ont prélevé l’ADN d’un individu interpellé quelques jours auparavant pour outrage et rébellion et l’ont rentré dans la base. L’ADN de cet individu est bien celui de l’agresseur de prostituées.

Les policiers décident alors de déployer un large dispositif pour le localiser et l’appréhender. L’homme, originaire de Vénissieux et inconnu jusqu’à présent hormis ces faits d’outrage et de rébellion, est interpellé jeudi à 13h30 alors qu’il se rend sur son lieu de travail. Confondu à la fois par l’ADN, des éléments de téléphonie et la vidéosurveillance, il nie pourtant tous les faits lors de la garde à vue. Il a été présenté à un juge d’instruction ce jeudi après-midi. Compte-tenu de la gravité des faits, une information judiciaire va être ouverte.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter