INFO LCI - Saisie record de 52kg d’héroïne au terme d’un "go slow" venu de Hollande

Police

DROGUE - Selon nos informations, la police judiciaire de Bordeaux a saisi plus de 52 kilos d'héroïne lors d'une opération de police visant à démanteler un trafic de cette drogue entre les Pays-Bas et la région de Bordeaux.

Les enquêteurs de l’antenne de l’OCRTIS de Bordeaux viennent d’intercepter 52kg d’héroïne pour une valeur à la revente et au détail estimée entre 3 et 4 millions d’euros. "C’est la saisie d’héroïne la plus importante de 2019 et certainement une des plus importantes de ces dernières années sur le territoire réalisée par la police judiciaire", se félicite auprès de LCI le commissaire Jean-Yves Goriou, chef de la division des affaires criminelles de la PJ de Bordeaux.

Cette enquête minutieuse a commencé début 2018 grâce à un renseignement mettant en lumière l’existence d’un trafic d’héroïne entre les Pays-Bas et la région de Bordeaux.

Un "go slow" plutôt qu'un "go fast"

En début de semaine dernière, les enquêteurs ont suivi un convoi de suspects remonter aux Pays-Bas. Des surveillances ont été réalisées jusque dans la banlieue de Rotterdam où la transaction a été réalisée. Puis ces véhicules sont redescendus jusqu’à un village à proximité de Saintes (Charente-Maritime) où résident les principaux organisateurs de ce trafic.

"Ils ont emprunté les routes secondaires, limitées à 80km/h. On était sur un go-slow plutôt qu’un go-fast étant donné qu’ils ont mis pratiquement 24 heures pour redescendre", poursuit le commissaire.

Voir aussi

Mercredi 20 février, 10 personnes ont été interpellées en Charente et en Gironde. Trois autres aux Pays-Bas grâce à la collaboration de la police hollandaise. Dans les véhicules, des pains d’héroïne ont été découverts dans des caches aménagées. 52kg en tout, dont 11kg très purs qui auraient pu être recoupés jusqu’à cinq reprises.

Le trafic était organisé autour d’un fils, considéré comme le principal protagoniste, de son père, de sa mère qui servait de prête-nom et vivait des minimas sociaux, et de cinq garagistes de la région bordelaise qui leur permettaient de blanchir l’argent de la drogue. La police a saisi 145.000 euros sur le compte bancaire de la mère de famille. Par ailleurs, 200.000 euros d’avoirs criminels ont été saisis, parmi lesquels une voiture de luxe, deux chevaux de course et un catamaran.

Au domicile de la petite entreprise familiale, un laboratoire de conditionnement a été découvert, des mixeurs, une presse hydraulique et des paquetages. 

Les suspects, âgés de 29 à 60 ans ont reconnu les faits en garde à vue. Parmi les 10 interpellés en France, trois d’entre eux ont été relâchés, libres. Ils seront convoqués ultérieurement en vue d’une mise en examen. Les sept autres ont été mis en examen et écroués. Quant au trois individus interpellés en Hollande, les policiers attendent leur extradition prochaine vers la France.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter