INFO LCI/TF1 - Action violente planifiée contre Macron : le principal suspect voulait agir pendant les commémorations du 11-Novembre

Police
DirectLCI
SÉCURITÉ - Six personnes soupçonnées de préparer une "action violente" à l'encontre du président de la République ont été arrêtées mardi matin. Reprochant à Emmanuel Macron sa "politique migratoire", le principal suspect avait confié "vouloir attaquer physiquement le chef de l'Etat" pendant la semaine de commémoration du centenaire de l'Armistice.

Six personnes soupçonnées de préparer une "action violente" contre Emmanuel Macron ont été interpellées ce mardi matin. Quatre personnes ont été arrêtées en Moselle, une en Ille-et-Vilaine et une  en Isère, selon une source proche de l'enquête à LCI. 


Une enquête a été ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Il s'agit à ce stade d'un projet, "imprécis et mal défini d’action violente contre le président de la République", indique la source à notre rédaction. Ces six personnes -  cinq hommes et une femme âgés de 22 à 62 ans- seraient liées à "l'ultradroite". Toutes ont été placées en garde à vue. Les investigations en cours devront établir la réalité et la nature exacte de cette menace.

Le principal suspect voulait passer à l'attaque pendant les commémorations du 11-Novembre

Parmi les six personnes arrêtées, le principal suspect , Jean-Pierre B., est un retraité né en 1956. Selon nos informations, il avait confié fin octobre à l’un de ses proches vouloir attaquer physiquement Emmanuel Macron avec une lame en céramique, soi-disant indétectable aux contrôles de sécurité. Toujours selon nos informations, il voulait mener à bien son entreprise terroriste pendant la semaine de commémoration du centenaire de l'Armistice, quelque part dans l’Est de la France, pendant le parcours du président de la République dans la région. Il reprochait en particulier au chef de l'Etat sa politique migratoire.


Jean-Pierre B.  est décrit comme  proche de groupuscules d’extrême-droite suivis par la DGSI : les Forces françaises unifiées (FFU) ou les Barjols, mouvements identitaires et pro-violences. Sa situation personnelle et financière était jugée très difficile, d’où la crainte, vu son profil de militant d’extrême-droite radicale, d’un passage à l’acte rapide, en geste de désespoir.

Menaces extrémistes venues "de droite comme de gauche"

Ce lundi, lors de l'installation du nouveau directeur de la DGSI Nicolas  Lerner, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est dit "attentif" aux  menaces venues notamment des "mouvements extrémistes de droite comme de gauche,  très actifs sur notre territoire".


Depuis 2017, les enquêteurs ont déjà mené au moins deux autres coups de  filets antiterroristes visant l'ultradroite.

En juin dernier notamment, la police avait démantelé un groupe baptisé AFP (Acrion des forces opérationnelles). 13 de ses membres présumés avaient été interpellés. Selon les  investigations, ce groupe, qui affiche son ambition de lutter "contre le péril  islamiste", avait évoqué des projets d'attaques contre des islamistes sortant  de prison ou des mosquées radicales.    

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter