INFO TF1/LCI - À 16 ans, le proxénète présumé recrutait de jeunes fugueuses

INFO TF1/LCI - À 16 ans, le proxénète présumé recrutait de jeunes fugueuses
Police

FAIT DIVERS - L’affaire est emblématique du rajeunissement parfois spectaculaire du proxénétisme français. Et de l’attrait de plus en plus prononcé qu’il représente pour des voyous à la recherche d’argent facile.

D’après nos informations, trois jeunes hommes sont actuellement en garde à vue dans les locaux de la Sûreté départementale de Rouen. Âgés de 16, 18 et 22 ans, ils ont été interpellés à 6 heures du matin, mercredi 11 décembre 2019, avec l’aide des hommes d’élite de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), dans le quartier sensible des Hauts de Rouen.

Le plus jeune des suspects, déjà incarcéré dans un dossier de proxénétisme, a été extrait de sa cellule pour être interrogé. Aux yeux des enquêteurs, il faisait figure de "leader" du groupe.

Tous sont soupçonnés d’avoir séquestré et forcé plusieurs jeunes filles à se prostituer pendant plusieurs mois. Les victimes sont âgées de 12 à 18 ans seulement. D’après leurs témoignages, elles avaient jusqu’à 15 relations sexuelles tarifées par jour. Les rendez-vous avec les clients étaient pris sur internet. Chaque relation était payée 100 euros, une somme qui était quasi-intégralement récupérée ensuite par les trois proxénètes présumés.

En février, une adolescente parvenait à s'échapper

L’enquête avait démarré le 7 février dernier par un appel à l’aide, celui d’une adolescente fugueuse de 17 ans venue se réfugier dans un foyer d’accueil du département. Elle expliquait avoir réussi à s’échapper d’un appartement dans lequel elle était séquestré depuis plusieurs semaines, et que ceux qui la retenaient la forçaient à vendre son corps. Immédiatement mobilisés, les policiers interpellaient dans la foulée trois jeunes garçons. Face au revirement soudain de la jeune fille dans ses déclarations – parlant finalement de relations consenties et démentant toute séquestration, comme le fera une autre ado de 18 ans interrogée ce soir-là par les enquêteurs – les trois suspects étaient relâchés. La jeune fille de 17 ans, elle, faisait l’objet de mesures de protection sociale.

Les policiers de la Sûreté, chargés des investigations au printemps dernier, feront pourtant plus tard le rapprochement avec deux dossiers similaires. Le scénario ne changeait pas : les suspects recrutaient des jeunes filles en fugue, mineures si possible. "Des proies rêvées pour eux, des filles très jeunes, fragiles et faciles à manipuler" confie un proche du dossier. Ils n’hésitaient pas à les menacer, voire à être violents avec elles. En perquisition, un revolver a d’ailleurs été retrouvé. Les proxénètes présumés promettaient à leurs "proies" que, si elles obéissaient, elles finiraient par empocher de plus en plus d’argent.

Les trois jeunes hommes étaient toujours en garde à vue ce jeudi matin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent