INFO TF1/LCI - Attentat de Nice : quatre personnes en garde à vue, l'enquête se poursuit

INFO TF1/LCI - Attentat de Nice : quatre personnes en garde à vue, l'enquête se poursuit

ENQUÊTE - Deux jours après l'attentat perpétré à Nice, l'enquête se poursuit pour retracer le parcours de l'assaillant et déterminer s'il a pu être aidé par des tiers. Sur place, tandis que les hommages aux victimes se poursuivent, trois nouveaux suspects ont été placés en garde vue. Le terroriste, lui, est toujours hospitalisé.

Alors que les hommages aux victimes se poursuivent à Nice, les enquêteurs continuent leurs investigations pour tenter de déterminer si l'auteur des faits a agi seul ou s'il a bénéficié d'une aide extérieure pour assassiner, ce jeudi 29 octobre, trois personnes dans la basilique de Nice. Selon nos informations, quatre personnes se trouvent actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur cette attaque meurtrière. 

Jeudi, un premier suspect âgé de 47 ans avait été arrêté après avoir été vu aux côtés de l'agresseur sur des images de vidéosurveillance la veille de l'attaque. Il était toujours en garde à vue ce samedi matin. Vendredi, deux hommes, âgés de 33 et 35 ans, ont été interpellés par les policiers de la SDAT, de la BRI et du Raid, dans les quartiers nord de Nice. Et ce samedi, un quatrième homme a été interpellé par les enquêteurs. 

Toute l'info sur

Attentat de Nice

Le pronostic vital du tueur n'est plus engagé

L'un des deux hommes arrêtés ce vendredi avait côtoyé le terroriste la veille de son acte et est toujours, selon nos informations, soupçonné de lui avoir fourni un téléphone portable. L'assaillant, lui, est toujours hospitalisé dans un hôpital de Nice, où son pronostic vital n'est plus engagé. Il devrait être entendu par les policiers dès que les médecins jugeront que son état s'est suffisamment amélioré pour qu'il soit interrogé. 

Ce jeudi 29 octobre, à 08H29, il est entré dans la basilique Notre-Dame-de-l'Assomption, dans le centre-ville de Nice, où il a égorgé une femme de 60 ans, Nadine Devillers, et le sacristain Vincent Loquès, âgé de 55 ans. Une mère de famille brésilienne de 44 ans, Simone Barreto Silva, poignardée à plusieurs reprises, est décédée dans un restaurant à proximité où elle s'était réfugiée.

Lire aussi

Un parcours retracé à la minute près, par les enquêteurs

Dans le cadre de cette enquête, les policiers ont pu retracer le parcours du tueur à l'aide des caméras de surveillance. Un parcours suivi à la minute près que ceux-ci s'attèlent désormais à décortiquer. L'assaillant était arrivé en France la veille ou l'avant-veille de son passage à l'acte. Il était entré en Italie via l'île de Lampedusa le 20 septembre dernier, avant de débarquer  sur le continent, à Bari, dans le sud de l'Italie, le 9 octobre. Il avait quitté mi-septembre la ville de Sfax, au centre de la Tunisie, où il vivait avec sa famille. 

Là-bas, il était connu pour des antécédents judiciaires de droit commun de violence et de drogue, selon la justice tunisienne qui a également ouvert une enquête.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter