INFO TF1 / Un journaliste incarcéré pour des agressions sexuelles présumées sur des mineurs

INFO TF1 / Un journaliste incarcéré pour des agressions sexuelles présumées sur des mineurs
Police

FAIT DIVERS- Un journaliste âgé de 40 ans, Jérôme G., a été interpellé mardi dernier par la brigade de protection des mineurs. Mis en examen jeudi 16 janvier pour "agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans" et pour "détention d’images pédopornographiques", il a été placé en détention provisoire.

Sur son vélo, il semblait sillonner les rues de Paris à la recherche de jeunes garçons. Devant eux, il se faisait passer pour le responsable d’une agence de mannequins, soucieux de dénicher de nouveaux visages pour de futures campagnes de publicité. D’après nos informations, Jérôme G., un journaliste âgé de 40 ans, a fini par être confondu par les enquêteurs. 

La Brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire parisienne l’a interpellé mardi 14 janvier 2020 à son domicile. L’homme, qui a commenté dans un passé encore récent l’actualité footballistique pour différentes chaînes de télévision, était recherché depuis une agression sexuelle commise sur un garçon de 13 ans dans le 7e arrondissement de la capitale, le 4 décembre dernier. 

Lire aussi

Des promesses de maillots de football

Ce jour-là, un homme descendait de son vélo pour aborder cet enfant, alors qu’il s’apprêtait à entrer dans son immeuble. 

Le cycliste expliquait travailler comme agent de mannequins, et disait au garçon souhaiter le photographier, dans la cage d’escalier, à l’abri des regards. Pour convaincre la jeune victime d’enlever peu à peu ses vêtements, il lui promettait un maillot de football. C’est là que le suspect aurait alors commis des attouchements à son encontre, avant de s’arrêter net, sans doute de peur d’être repéré. 

Un mode opératoire qui rappelle beaucoup celui observé le 30 août dernier, cette fois dans le 17e arrondissement de Paris, lors d’une première agression sexuelle, là encore sur un garçon âgé de 13 ans. Chaque fois, les familles des enfants déposaient plainte.

Il a reconnu les faits

La BPM a remonté la trace du journaliste grâce à un important travail de téléphonie et de vidéo-surveillance. En garde-à-vue, il a péniblement reconnu les faits, après avoir dans un premier temps crié son innocence. Lors de la perquisition de son appartement, les policiers ont retrouvé plusieurs fichiers pédopornographiques. Le suspect avait également effectué des recherches sur internet sur des destinations de tourisme sexuel, notamment en Thaïlande.

Le faux agent de mannequins, qui était jusqu’à présent totalement inconnu de la justice, a été mis en examen, jeudi 16 janvier, par un juge d’instruction parisien pour "agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans" et pour "détention d’images pédopornographiques". Il a été placé en détention provisoire dans la foulée. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent