Crash d'un hélicoptère près de Marseille : le Dragon, un appareil pourtant réputé fiable

Crash d'un hélicoptère près de Marseille : le Dragon, un appareil pourtant réputé fiable
Police

SECOURS - Dans la nuit de dimanche à lundi, trois secouristes sont morts dans le crash d'un hélicoptère de la sécurité civile qui devait intervenir dans le Var, alors en alerte pour les intempéries. L'accident de l'appareil, réputé sûr, s'est produit près de la commune du Rove, non loin de la base aérienne de Marignane.

Il est reconnaissable à sa couleur jaune et rouge. Son indicatif d'appel est Dragon. Il est suivi du numéro du département où il est stationné. Basé dans le Gard, à Nîmes, le Dragon 30 s'est écrasé dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 décembre dans les collines du massif de la Nerthe, au nord de Marseille, avec trois secouristes à son bord. 

L'hélicoptère de la sécurité civile intervenait pour une mission de reconnaissance et de sauvetage dans le Var, placé en vigilance rouge pour des phénomènes d'orages, pluies et inondations. "Malgré l'engagement d'importants moyens de recherche (...), les trois occupants de l'hélicoptère ont été retrouvés décédés à 1h30 du matin", ont indiqué dans un communiqué commun le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nuñez en rendant hommage à ces "héros du quotidien".

Lire aussi

Quelques minutes avant l'accident, l'appareil - déjà mobilisé sur un hélitreuillage de sinistrés au Pertuis dans le Vaucluse - avait décollé de la base de Marignane et se dirigeait vers la commune du Luc dans le Var. Pour une raison indéterminée, l'hélicoptère aurait décroché avant d'heurter le relief accidenté du Rove. L'hypothèse d'un accident dû à une visibilité réduite à cause du brouillard a été avancée, sans confirmation. L'enquête a été confiée à la gendarmerie du transport aérien.

Le fleuron de la sécurité civile

Porte-étendard de la sécurité civile, le Dragon a pour fonction principale le secours et sauvetage à personne en milieu périlleux. Sa zone d'intervention ne se cantonne pas aux départements d'implantation et limitrophes. Chaque appareil, pouvant accueillir 4 à 8 passagers en plus de l'équipage selon la mission, peut être déployé sur l'ensemble du territoire dans le cadre des missions Orsec et catastrophes naturelles. 

Rattaché au ministère de l'Intérieur, le Groupement d'hélicoptères de la sécurité civile (GHSC), créé en 1957, compte 35 appareils EC-145 sur 25 bases, dont deux situées en Outre-Mer. L'ensemble de la flotte est mise à la disposition des équipes de secours et d'intervention, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Lire aussi

Réputés fiables, les hélicoptères de la sécurité civile ont pourtant déjà connu des accidents dramatiques. Deux Dragon 64 de Pau, dans les Hautes-Pyrénées, lors de vols en stationnaire, s'étaient abîmes en montagne en 2003 et 2006. Le 25 avril 2009, le Dragon 2B s'était écrasé en Haute-Corse avec cinq personnes à bord. Tous les passagers étaient décédés : une jeune femme et son nourrisson tout juste né, une femme médecin du Samu, ainsi que le pilote et le co-pilote de l'appareil.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter