Ce que l'on sait de la mort d'une jeune femme enceinte attaquée par des chiens dans une forêt de l'Aisne

Femme morte tuée par des chiens : ce que l'on sait
Police

FAIT DIVERS - Elisa P., une femme enceinte âgée de 29 ans a été retrouvée morte des suites de ses blessures, provoquées par les morsures de plusieurs chiens, samedi 16 novembre, dans la forêt de Retz, à Saint-Pierre Aigle (Aisne). Une information judiciaire a été ouverte mercredi. On fait le point sur cette affaire.

Le drame est rarissime. Le corps d'une femme enceinte de six mois a été retrouvé samedi 16 novembre, dans une forêt sur la commune de Saint-Pierre Aigle où elle était partie promener l'un de ses chiens, et où se tenait au même moment une partie de chasse à courre à laquelle participaient 17 cavaliers et une trentaine de suiveurs. 

Le décès de cette femme de 29 ans dans la forêt domaniale de Retz a "pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu'à la tête", a indiqué le procureur de Soissons, Frédéric Trinh, dans un communiqué.

Voir aussi

Que s'est-il passé ?

Samedi 16 novembre, en tout début d'après-midi, Elisa P. part promener l'un de ses cinq chiens, dans la forêt de Retz, situé sur la commune de Saint-Pierre Aigle dans l'Aisne. Dans un post sur Facebook, elle raconte avoir eu un accrochage avec le propriétaire d'un chien non tenu en laisse, un malinois. Selon le communiqué du procureur de la République, la jeune femme a ensuite appelé son compagnon, Christophe, pour lui signaler la présence de "chiens menaçants". 

Interrogé par BFMTV, celui-ci explique être arrivé sur place, depuis son lieu de travail situé à 70 km de là. Bouleversé, il raconte l'avoir localisée après avoir aperçu son 4x4 en bordure de forêt. "C’est là que j’ai croisé des chiens de chasse dans un premier temps puis un cavalier. J'ai continué à la chercher. J'ai appelé Curtis (leur chien, ndlr) et c'est là que Curtis m'a prévenu en aboyant". Puis, il jette un coup d’œil dans le ravin. "J'aperçois alors une trentaine de chiens arriver sur moi. Je m’écarte. Je vois deux chiens arriver sur moi. Je me mets un peu en protection mais ils ne m'ont rien fait. Ils n'ont pas été agressifs. J'ai décidé de descendre dans le précipice pour aller le chercher. Plus je me suis rapproché, plus je me suis rendu compte que ce n’était pas un tronc d’arbre, c’était le ventre de ma femme qui était à découvert. Elle a été déshabillée entièrement. [...]  Elle était dévorée de partout. J'ai repris Curtis qui s'était couché, je l'ai remonté dans ma voiture et j'ai été voir des voisins qui m'ont aidé à appeler la police".

Lire aussi

La société de vénerie, dont 21 chiens participaient à cette chasse à courre, précise à LCI que les canidés ont été sortis du camion, à 13h30 et que le maître d'équipage les a amenés derrière lui en forêt pour procéder à la chasse. Il est alors 13h45, 13h50". Pierre de Roualle, le président de la société, affirme que le maître d'équipage a raconté "avoir rencontré un peu plus tard le compagnon d'Elisa". "Là, les chiens ont échappé à sa surveillance car le monsieur en face lui a confié qu'il avait un chien très méchant, poursuit le président du président de la vénerie. Il ne savait alors rien du drame. Puis il est reparti avec les chiens". 

Que dit l'autopsie ?

Selon le communiqué du procureur, "le décès s'était produit entre 13h et 13h30 et avait pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu'à la tête, certaines morsures étant ante mortem et d'autres post mortem". 

Qui est la victime ?

Passionnée de chiens, Elisa P. était âgée de 29 ans. Enceinte, cette jeune femme prévoyait d'accoucher chez elle, dans le Béarn, sa région d'origine. La jeune femme et son compagnon possédaient cinq chiens , des American staffordshire dont elle postait les photos sur les réseaux sociaux. Elle avait d'ailleurs rencontré son compagnon lors d'un concours canin.

Que doit déterminer l'enquête en cours ?

Le procureur de la république de Soissons a annoncé mercredi 20 novembre l'ouverture d'une information judiciaire "contre X du chef d'homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens". 

Pour l'heure, les investigations sont en cours pour déterminer "l'origine des morsures". "Les analyses génétiques et la comparaison des prélèvements auront notamment pour finalité d'identifier le ou les chiens mordeurs", précise le procureur toujours dans son communiqué. En effet, la victime était propriétaire de cinq chiens et 62 chiens participaient au rallye de la passion "à proximité". En tout, ce sont des prélèvements sur 67 chiens qui ont été effectués.  Dans un communiqué, la société vénerie se défend et assure qu'"au cours des 15 000 journées de chasse à courre organisées chaque année à travers 70 départements, jamais aucun accident corporel humain n’a été relevé, impliquant des chiens de vénerie".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter