Jeunes empoisonnés dans la rue par des "cigarettes" offertes : que se passe-t-il à Roanne ?

Police

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE - Six jeunes Roannais ont été victimes des effets d'étranges cigarettes depuis le week-end dernier. Le mystère est total quant à l'identité des agresseurs et à la substance contenue dans les cigarettes qu'ils proposent en pleine rue. Que sait-on pour le moment sur cette affaire ?

Six jeunes pris de malaises en seulement quelques jours, après avoir consommé d’étranges cigarettes en pleine rue. Une mystérieuse affaire agite la ville de Roanne (Loire) depuis l'identification d'un premier cas, samedi 27 juillet. Une sixième victime se serait déclarée ce mercredi 31 juillet, a appris LCI de source policière. Une enquête judiciaire est ouverte par le parquet de Roanne pour "empoisonnement ou tentative d’empoisonnement". 


Si le mobile semble établi, le vol de téléphones juste après le malaise, le mode opératoire est quant à lui encore flou. La piste de la délinquance locale est privilégiée par le parquet. Rien ne dit par ailleurs que les victimes aient inhalé la même substance. Et c’est justement le produit contenu dans ces cigarettes, offertes en pleine rue par d’illustres inconnus, qui interroge. "Pour identifier le produit en cause, des analyses sont en cours à partir de résidus de mégots récupérés et d’analyses sanguines des victimes", a fait savoir mercredi le parquet. 

L'"herbe chamanique" en cause ?

Mais déjà, plusieurs hypothèses fleurissent : il pourrait s’agir d’un produit de synthèse ou alors d’une forte concentration de cannabis, beaucoup plus puissante que de la simple résine. Dernière théorie formulée par un médecin, celle d’un tabac de synthèse consommé par le passé à la Réunion, appelé aussi "herbe chamanique". Ce dernier indique avoir observé les mêmes comportements chez des consommateurs réunionnais. 


Le procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini, mentionne d'ailleurs auprès de l'AFP "un précédent sur l’Ile de La Réunion" à ce phénomène "assez inquiétant" survenu dans la Loire. 

Du côté policier, la prudence est de mise : rien ne permet de dire à l’heure actuelle quelle hypothèse est privilégiée. De même que la toxicité de la substance, qui serait, dit-on, 400 fois plus puissante que du cannabis. Une simple estimation, réagit-on du côté des services de police.


Les effets de ces cigarettes observés chez les victimes vont de la simple perte de connaissance à l’état de surexcitation et même, pour l’un des cas, à l’altération de la conscience puisque la victime a essayé d’ingérer des graviers à l’arrivée des pompiers. En attendant, les effets semblent immédiats, après seulement une ou deux bouffées de cigarette. Aucun précédent de ce type n'était jusqu'alors connu dans la région. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter