Joinville-le-Pont : un animateur mis en examen, soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette de 4 ans

Joinville-le-Pont : un animateur mis en examen, soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette de 4 ans
Police
DirectLCI
FAIT DIVERS – Un animateur âgé de 19 ans, soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette de 4 ans dans une école maternelle de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), a été incarcéré et mis en examen fin janvier, a-t-on appris dimanche 17 février. L’enquête se poursuit pour déterminer si d’autres enfants ont été victimes des mêmes faits présumés.

Il était animateur depuis la rentrée de septembre 2018. Un animateur âgé de 19 ans du centre de loisirs de l’école maternelle P’tit Gibus, à Joinville-le-Pont, a interpellé fin janvier avant d’être placé en garde à vue. Une source judiciaire a précisé lundi à LCI qu'il a été mis en examen le 26 janvier des chefs de "viol sur mineur de 15 ans et consultation de sites mettant à disposition des images pédopornographiques".  Il a été placé en détention provisoire.


"Le 23 janvier dernier, une petite fille de 4 ans, élève à l’école maternelle P’tit Gibus et fréquentant le centre de loisirs du mercredi (dans les locaux de l’école), s’est plainte de maux de ventre, obligeant ses parents à l’emmener à l’hôpital", explique une source proche du dossier au Parisien qui a révélé l’affaire dimanche 17 février. Des examens ont été par la suite réalisés sur l’enfant. Peu après, le suspect a été arrêté par les policiers de la Brigade territoriale de protection de la famille, ex-"Brigade des mineurs". 

Les parents avertis récemment

Le maire de la ville Olivier Dosne (LR) n’a informé les parents d’élèves que le 12 février par courrier. Il a joint à celui-ci la lettre de la Brigade territoriale de protection de la famille. Dans cette dernière, les policiers expliquent que " tous les enfants scolarisés dans l’école, cités à titre de témoin ou pour lequel il y avait un doute quant à l’attitude de cet animateur ont été entendus par les enquêteurs".


Selon les informations du Parisien, l’animateur aurait consulté des "sites douteux ". Ce dernier qui dort en prison depuis fin janvier était domicilié à Joinville-le-Pont. Il était en poste dans ce centre de loisirs depuis cinq mois avant son arrestation. Il avait obtenu son BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) après un dernier stage qualifiant de trois semaines effectué en août, dans le même centre de loisirs.


Le parquet n’a pas souhaité communiquer sur ce dossier. Olivier Dosne, lui, doit recevoir les parents aux côtés de membres de la Cellule d’urgence médico-psychologique du Samu 94. Les investigations se poursuivent. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter